Une retenue d'eau aménagée pour les activités agricoles

Projet Moyens de Subsistance Durables (PMSD)

Contexte

 

Le Bénin est vulnérable au changement climatique qui se manifeste par une augmentation observée et prévue de la variabilité des précipitations et par des événements météorologiques extrêmes plus fréquents. Sur l’agriculture par exemple, les impacts directs du changement climatique concernent le comportement des cultures et les modifications pédologiques conduisant à une réduction des rendements. Au niveau des cultures, une augmentation des températures moyennes raccourcit le cycle de croissance et conduit à une floraison prématurée. En outre, les rendements agricoles sont en baisse en raison de l'insuffisance des précipitations. L'intégration des pratiques d'adaptation dans le secteur agricole est essentielle pour réduire la vulnérabilité du secteur et de ceux qui en dépendent.

C’est dans ce contexte que le Projet Moyens de Subsistance Durables (PMSD), en s’alignant sur les priorités nationales du Bénin, a été initié et lancé officiellement en Février 2018, après avoir reçu le financement du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) et du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Il est mis en œuvre sous la direction nationale du Centre de Partenariat et d’Expertise pour le Développement Durable (CePED) qui est une structure sous tutelle du Ministère du Plan et du Développement (MPD).

 

Objectifs

Le Projet Moyens de Subsistance Durables (PMSD) vise à soutenir une agriculture et des moyens de subsistance résilients et d’intégrer les considérations relatives aux risques climatiques dans les processus de planification nationaux et infranationaux, afin que les communautés locales soient moins vulnérables aux changements climatiques. Il s’agit de :

  1. Renforcer les capacités des municipalités, des départements, et de tous les ministères concernés, à intégrer les risques et possibilités liés aux changements climatiques dans les processus de planification du développement et de budgétisation
  2. Réduire la vulnérabilité des communautés ciblées, aux impacts négatifs du changement climatique, par la formation technique et des investissements intelligents dans les infrastructures de production agricole et de gestion de l’eau
  3. Améliorer les capacités d’adaptation des collectivités ciblées, par l’appui à la diversification de leurs activités génératrices de revenus.

La zone d’intervention du projet couvre cinq (05) communes réparties dans cinq (05) départements. Neuf (09) villages sont bénéficiaires de la mise en œuvre des activités du projet. Il s’agit de : Kpakpalaré et Kadolasi (commune de Ouaké), Aouiankanmè et Damè (Savalou), Agbodji et Sèhomi (Bopa), Kotan et Danmè-Kpossou (Avrankou), Dakpa (Bohicon). Les communautés de ces localités tirent l’essentiel de leur moyen de subsistance de l’agriculture et des activités connexes.

Résultats attendus

Les résultats attendus sont les suivants :

  1. Le changement climatique et l’égalité des sexes sont inclus dans les plans de développement aux niveaux national et infranational.
  2. Les infrastructures agricoles productives et les compétences humaines sont améliorées pour faire face à l’altération des régimes pluviométriques.
  3. La capacité d’adaptation des communautés est améliorée par une plus grande diversification des activités génératrices de revenus et un environnement favorable à un meilleur accès au financement.

Résultats clés

  • 1332 personnes formées aux pratiques agricoles résilientes aux changements climatiques autour des ouvrages mis en place par le projet ;
  • 9 infrastructures installées dont 4 retenues d’eau et abreuvoirs  et aménagements hydroagricoles dans les localités de  de Kotan et Danmè Kpossou à Avrankou, Agbodji à Bopa, Aouiankanmè et Damè à Savalou et Kpakpalaré et Kadolasi à Ouaké pour les cultures de contre saison ;
  • 213 630 m3 d’eau mobilisés par les retenues d’eau tout au long de l’année ;
  • 35 cadres ( dont 12 femmes) des préfectures et des mairies formés sur l’intégration des changements climatiques dans les Plans de Développement Communal et PAI et l’évaluation environnementale stratégique et la gestion des risques de catastrophes ;
  • 30 agents (dont 8 femmes) des cellules communales ATDA et des ONG formés dans les municipalités bénéficiaires sur l’accompagnement des populations à la base, pour la mise en oeuvre de mesures d’adaptation aux changements climatiques ;
  • 1362 bénéficiaires directs et 8325 bénéficiaires indirects touchés par le projet ;
  • 30 ha emblavés autour des différentes infrastructures installées et plus d’une centaine par nos bénéficiaires qui pratiquent les techniques culturales résilientes apprises ;
  • 1166 personnes formées, dont 954 femmes, aux activités génératrices de revenus (AGR) alternatives à l’agriculture, notamment la fabrication de savon et de gel hydroalcoolique (contre la Covid-19), dans 5 villages bénéficiaires ;
  • 5720 w d’énergie solaire mobilisée pour alimenter nos sites.

 

 

Impact

START DATE

January 2018

END DATE

December 2022

STATUS

En cours

PROJECT OFFICE

Benin

IMPLEMENTING PARTNER

Cent Parten Expertise Dév Dura

DONORS

GOVERNMENT OF BENIN

Global Environment Fund Truste

UNITED NATIONS DEVELOPMENT PRO

TOTAL CONTRIBUTIONS

$5,247,203

DELIVERY IN PREVIOUS YEARS

2018$1,056,592

2019$1,579,625

2020$1,165,726

2021$837,546

2022$184,778

Full Project information