Apprécier la gestion des projets PANA Energie et Biomasse Electricité

Posted 8 juin 2022
Photo de famille des participants au Comité Technique de Gestion

Photo de famille des participants au Comité Technique de Gestion des projets PANA-Energie et Biomasse Electricité

Crédit: PNUD Bénin Roger Attemba

Le comité technique de Gestion (CTG) des projets de Renforcement de la résilience du secteur de l’énergie aux impacts des changements climatiques (PANA Energie) et de Promotion de la production durable de biomasse électricité (Biomasse Electricité) a tenu les 02 et 03 juin 2022 sa dernière session de l’année 2021 et sa première session statutaire au titre de l’année 2022 à Dassa-Zoumè. Cette rencontre a été l’occasion pour les membres dudit comité d’apprécier le niveau de mise en œuvre des recommandations de la dernière session du Comité Technique, d’examiner les progrès réalisés à date, de prendre connaissance des difficultés rencontrées et de planifier les activités restantes à mener pour le compte des deux projets.

Démarré respectivement en juillet 2016 et février 2017, les projets PANA Energie et Biomasse Electricité après plus de 5 ans de mise en œuvre, de résultats et d’impacts dans les zones d’intervention amorcent progressivement leur dernière année d’exécution à la suite d’une prolongation de Biomasse Electricité.

Le Secrétaire Général du ministère de l’Energie, Président du comité technique des deux projets, tout en remerciant le PNUD pour son soutien a énuméré quelques réalisations au nombre desquelles on peut citer pour le projet PANA Energie : (i) l’acquisition de 25 paratonnerres et 50 parafoudres et leurs accessoires pour la protection des infrastructures nationales de production d’électricité ; (ii) la mise en service de deux (02) transformateurs intelligents et leurs accessoires comme mesures d’adaptation pour la résilience aux variabilités et changements climatiques des postes et réseaux nationaux de transport et de distribution d’électricité de la SBEE; (iii) l’implantation et la sécurisation des infrastructures énergétiques (85 lampadaires, 13 mini-centrales) desservant plus de 150 000 habitants ; (iv) la création de plus de 25.000 emplois dont 9.000 directs… Pour le projet Biomasse Electricité, on a(i) le développement d’un programme SMART pour la détermination des éléments de coûts entrant dans la fixation du KW d’électricité produite par gazéification au Bénin par des centrales à biomasse ; (ii) 38 lampadaires solaires photovoltaïques installés la zone d’intervention ; (iii) mise en place d’un guichet unique pour la délivrance des diverses autorisations administratives nécessaires aux porteurs de projets pour l’installation des centrales à base d’énergies renouvelables, (v) la mise en place en cours d’un mécanisme de soutien financier (MSF) aux activités de production d’électricité par gazéification de la Biomasse avec 1,3 millions USD…

Plusieurs présentations et discussions ont été faites et ont permis entre autres de donner des orientations sur des questions stratégiques en lien avec les activités planifiées pour la sortie progressive des deux projets étant donné qu’ils ont amorcé leur dernière année de mise en œuvre. Des préoccupations par rapport au rapatriement des fonds du Mécanisme de Soutien Financier (MSF) et à l’opérationnalisation du mécanisme proprement dit ont été soulevées et les clarifications nécessaires ont été apportées à la grande satisfaction des participants.

Quelques recommandations ont été formulées à l’issue de cette session combinée du CTG des deux projets. Au nombre de celles-ci, on note : (i) le partage avec les acteurs les fiches infographiques et brochures produites sur les réalisations des deux projets pour exploitation et compte rendu aux autorités ; (ii) la poursuite de l’implication des autorités locales dans la mise en œuvre des activités restantes, pour la pérennisation des acquis des deux projets dans les zones d’intervention ; (iii) la réalisation d’un film documentaire de capitalisation des acquis des deux projets

Cette session du CTG des deux projets au titre de 2022 a connu la participation d’environ une quarantaine d’acteurs venus des ministères sectoriels, du secteur privé, des universitaires, du maire de la commune de Dassa et du PNUD.