Allocution de Monsieur Henry-René Diouf, Représentant Résident Adjoint du PNUD à l’atelier de consultation des parties prenantes dans le cadre de l’évaluation de la politique et de la Stratégie Nationale de l’Assainissement (PSNA 2008-2015)

Posted 30 mars 2022

M. Henry René Diouf, Représentant Résident Adjoint du PNUD lors de son discours à l'ouverture de l'atelier de consultation des parties prenantes dans le cadre de l’évaluation de la politique et de la Stratégie Nationale de l’Assainissement (PSNA 2008-2015), Carlton - 30 mars 2022.

(Liste protocolaire)

Mesdames et Messieurs, 

C’est pour moi un grand honneur d’être avec vous pour cet atelier de consultation des parties prenantes dans le cadre de cette première évaluation de politique publique axée sur l’évaluation de la politique et de la Stratégie Nationale de l’Assainissement (PSNA 2008-2015). 

La Représentante Résidente du PNUD, Mme Natasha van Rijn, qui aurait bien voulu se joindre a nous, m'a chargé de vous présenter ses excuses mais également ses mots d'encouragement dans le cadre de la promotion de la redevabilité institutionnelle à travers l’évaluation des politiques publiques menée en collaboration avec la Commission d’Evaluation des Politiques Publiques (CEPP) de l’Assemblée nationale et la Cour des Comptes. 

Les instances malgaches ont fait de l’évaluation des politiques publiques une des priorités nationales pour avoir plus d’informations et de transparence dans la conduite des actions publiques. Le PNUD considère la redevabilité institutionnelle comme indispensable afin de contribuer à renforcer la confiance de la population envers l’Etat. Cela se matérialise à travers le renforcement des capacités techniques et opérationnelles des deux chambres du Parlement qui constituent des voies de recours pour la population et qui sont garantes de la redevabilité institutionnelle et de la lutte contre l’impunité. Par conséquent, nous nous sommes engagés à soutenir la Commission de l’Evaluation des Politiques Publiques de l’Assemblée Nationale, mise en place en octobre 2019, et la Cour des Comptes dans le cadre du projet « Appui à la Gouvernance Démocratique à Madagascar » financé par le Fonds des Nations Unies pour la Consolidation de la Paix. 

Plusieurs activités ont été entreprises et réalisées avec cette Commission de l'Assemblée Nationale et la Cour des Comptes notamment:

-       l’organisation d’un atelier de renforcement de capacités des membres de la commission et de leur équipe technique en décembre 2020 ;

-        l’élaboration et la multiplication du guide de collaboration entre la Cour des Comptes et l’Assemblée nationale ; 

-       l’organisation d’un atelier de consultation multipartite relatif au proposition de loi sur l’évaluation des politiques publiques à Madagascar ; 

-       et la réalisation de diverses réunions techniques pour fixer les axes de politiques publiques à évaluer dans le cadre de cette première évaluation. 

Aujourd'hui, nous voudrions féliciter la Commission de l’Évaluation des Politiques Publiques de l’Assemblée Nationale et la Cour des Comptes d’avoir défini les trois axes d’évaluation dont la Politique et la Stratégie Nationale de l’Assainissement (PSNA) dans le Grand Tàna de 2008 à 2015 et sa mise en œuvre servira de projet pilote pour cet exercice d’évaluation de politique publique à Madagascar. 

Mesdames et Messieurs,

Madagascar s’inscrit dans le mouvement mondial qui vise à atteindre les 17 Objectifs du Développement Durable en 2030. L’un de ces objectifs porte sur la gestion durable de l’eau et l’assainissement (ODD 6). L’accès à des services d’assainissement de qualite concerne tous les aspects de la dignité humaine : depuis la sécurité alimentaire et énergétique jusqu’à la santé humaine et environnementale. L’accès à des services d’assainissements de qualité contribue à l’amélioration du bien-être social et de la croissance inclusive. Par ailleurs, un assainissement médiocre a des effets significatifs sur notre santé, l’économie et l’environnement. Vers le début de cette année 2022, nous avons été témoin de l’inondation qui a frappé plusieurs quartiers d’Antananarivo avec un bilan lourd sur le plan humain et des infrastructures. Ce drame a de nouveau rappelé les différents problèmes des services et infrastructures d’assainissements auxquels fait face la ville des Milles et a relancé les débats dans les espaces publics sur la nécessité de la revue de la politique et stratégie nationale de l’assainissement mise en place en 2008 afin d’améliorer la performance des services d’assainissement dans le Grand Tàna avec une possibilité de généralisation pour les grandes villes et dans toute l’étendue du territoire national. 

C'est dans une visée de soutenir les efforts actuels pour mieux orienter les décisions et les mesures à prendre tout en appliquant le principe de transparence et de redevabilité que le PNUD a apporté son appui à cette initiative de la Commission. Pour le cas présent, les institutions nationales pourront y trouver des éléments clés pour la réactualisation d’une politique d’assainissement adéquate, pour une meilleure mise en œuvre des actions publiques et pour garantir une gestion saine des deniers publics. 

Nous saluons l'implication des parties prenantes dans ce processus évaluatif qui permettra de collecter les données et informations pertinentes dans la conception et la mise en œuvre de la politique et la stratégie nationale d’assainissement, et encourageons la mise en place d'un comité d’accompagnement soutenant l’équipe d’évaluation jusqu’à la rédaction du rapport final d’évaluation. 

Mesdames et Messieurs,

Permettez-nous de saluer en particulier les efforts de la commission de l’évaluation des Politiques Publiques de l’Assemblée nationale et la chambre de la Cour des Comptes chargée de l’évaluation des politiques publiques et audits commandés, en vue de faire avancer la pratique de l’évaluation des politiques publiques à Madagascar. 

Nous voudrions également encourager les différents ministères et les autres parties prenantes (y compris les organisations de la société civile) à prêter main forte à cet exercice pour la promotion de la redevabilité institutionnelle et l’efficacité des institutions à Madagascar. 

Nous voudrions remercier le Bureau du Vérificateur général des comptes de Norvège (Office of the Auditor General of Norway) et de la Cour des Comptes française et leurs experts qui ont accepté d’assister la Cour des Comptes de Madagascar dans la réalisation de cette évaluation en visioconférence malgré leurs emplois du temps chargés. 

Le PNUD Madagascar renouvelle sa volonté de travailler ensemble avec ses partenaires dans le cadre de la mise en œuvre du nouveau document de Programme Pays (CPD) du PNUD de 2021-2023. Nous continuerons à soutenir les efforts en faveur de la gouvernance pour des sociétés en paix, justes et inclusives.

Je ne saurais terminer mon propos sans remercier le Fonds des Nations Unies pour la Consolidation de la Paix ou PBF pour son appui financier. 

Mesdames et Messieurs, Honorables invités, je vous remercie pour votre attention.