Le visage de la violence faite aux femmes dévoilée par un vernissage pour marquer la campagne des 16 jours d’activisme

Posted 13 décembre 2021

M. Mamadou GOMIS, présentant les oeuvres à Mme la Représentante Résidente du PNUD, Mme la Ministre de la Femme, de la famille et de l'enfant, Monsieur le Ministre des Eaux et Forêts ainsi que l'Ambassadeur de l'Union Européenne.

Abidjan 3 Décembre 2021 : C’est par un vernissage que le PNUD a marqué entre autres activités la 30ème édition de la campagne des 16 jours d’activisme de lutte contre les violences faites aux femmes.

En prélude à ce vernissage, une formation sur les techniques de la photographie et les violences basées sur le genre a permis à 14 photographes, dont 10 femmes, de produire 55 œuvres photographiques donnant un visage multiple aux violences faites aux femmes et aux filles.

Ce vernissage unique en son genre a réuni des membres du Gouvernement dont la Ministre de la femme, de la famille et de l'enfant et son collègue en charge des eaux et forêt, mais également, la Représentante Spéciale de l'Union Africaine, l'Ambassadeur de l'Union Européenne, la Représentante de Onufemmes, des acteurs de la société civile et du monde des arts et des étudiant∙e∙s.

La question de la violence à l’égard des femmes constitue une préoccupation majeure pour tous les gouvernements, d’où l’invitation à mettre au point des stratégies et des plans d’actions pour y remédier. En Côte d’Ivoire, Plusieurs initiatives des organisations de la société civile viennent en soutien aux états pour prévenir et éliminer la violence à l’égard des femmes et venir en aide aux femmes qui en sont victimes. Dans un tel contexte, la photographie est aussi un vecteur essentiel pour renforcer la lutte. Elle est non seulement un art, mais également un puissant outil d’exploration sociale qui touche toutes les formes culturelles et permet de refléter les faits de société. C’est dans ce cadre qu’une séance de renforcement de capacité de 10 jours de 14 photographes, dont 10 femmes, sur les nouvelles techniques de la photographie et les violences basées sur le genre a été initiée par le PNUD.

Le Professeur Yacouba Konaté, Coordonnateur de la Galerie la Rotonde des Arts « Cette initiative qui vise à accompagner les photographes dénommés : « les Parlementaires », pour leurs œuvres photographiques, et artistiquement impeccables, dans une approche qui met en avant la Femme. L’exposition constitue un excellent moyen de découverte et de rencontre » a-t-il souligné.

Pour Carol Flore-Smereczniak, Représentante Résidente du PNUD en Côte d’Ivoire, la Violence Basée sur le Genre nous oblige à réfléchir à des moyens et modes d’actions pour lutter de manière plus efficace et durable contre ce fléau qui entraine non seulement de graves conséquences physiques, psychologiques, économiques pour ceux qui en sont victimes, mais entravent aussi leur participation active à la vie en communauté et portent atteintes à leurs libertés fondamentales.

« Longtemps exclues de ce corps de métier, les femmes y trouvent de plus en plus leur place, et il est opportun qu’elles y soient encouragées. C’est pour elles un moyen d’autonomisation mais également de réalisation d’œuvres photographiques et artistiques qui met en lumière les femmes, qui sensibilise et dénonce en profondeur la violation de leurs droits, notamment les violences faites aux femmes et aux enfants, en valorisant le rôle des femmes ivoiriennes dans la société » a déclaré Carol Flore-Smereczniak.

Tout en remerciant la Représentante Résidente du PNUD et ses collaborateurs pour cette belle initiative qui cadre parfaitement avec la vision du Gouvernement ivoirien, Madame la ministre de la femme, de la Famille et de l’enfant a aussi mis en perspective « la pertinence, le choix de ce métier qu'est la photographie, celle qui permet d'immortaliser tous les instants de notre Vie. Je voudrais vous féliciter pour votre adhésion à ce projet qui à travers vos prises de vue met en exergue la souffrance dont les femmes sont sujettes ».

Pour Mamadou Gomis, Commissaire de l’exposition et Formateur de la session académique, « Ce projet constructif et instructif, met un accent, sur le statut de l’image photographique, et celui de la Femme, sur le continent »

Ce vernissage a permis de mettre au grand jour le visage multiforme de la violence faites aux femmes et aux filles sur les questions de mutilations génitales, violences domestiques, les violences psychologiques, les identités de genre et bien d’autres sujets.