Page content

COVID-19

La pandémie

 

Une réponse globale et intégrée est un investissement dans notre avenir

 

La COVID-19 est ‘la’ crise globale de notre époque et le plus grand défi auquel nous ayons été confrontés depuis la Seconde Guerre mondiale.

Le virus a infecté plus de 230 millions de personnes et continue de muter et de se transmettre. Nous avons à présent dépassé le cap tragique des 5 millions de morts, et la famille humaine déplore une perte à la limite de l'intolérable.

Le nombre de morts est en augmentation constante et nous devons travailler ensemble pour ralentir la propagation de ce virus

- L'Administrateur du PNUD, Achim Steiner

Mais la pandémie est bien plus qu'une crise sanitaire, c’est aussi une crise socioéconomique sans précédent mettant sous pression chacun des pays qu'elle touche, elle a des impacts sociaux, économiques et politiques dévastateurs qui laisseront de profondes cicatrices qui tarderont à s’effacer.

La Banque mondiale estime que la pandémie a fait basculer 97 millions de personnes supplémentaires dans l'extrême pauvreté en 2020.

L'Organisation internationale du travail estime que le chômage devrait toucher 205 millions de personnes en 2022, contre 187 millions en 2019.

La réponse du PNUD

 

En s'appuyant sur notre expérience avec d'autres épidémies telles qu'Ebola, le VIH, le SRAS, la tuberculose et le paludisme, ainsi que sur notre longue collaboration avec le secteur privé et public, le PNUD aide les pays à réagir efficacement et dans l'urgence face à la COVID-19 dans le cadre de sa mission d'éradiquer la pauvreté, de réduire les inégalités et de renforcer la résilience aux crises et aux chocs.

Bien que la pandémie a dévoilé des histoires de grande ingéniosité et d'une grande expertise logistique - des vaccins ont été mis au point et distribués en un temps record, et plus de 6 milliards de doses ont pu être administrées - elle a exacerbé les inégalités existantes et mis en évidence de profondes divisions qui feront payer un lourd tribut aux sociétés et aux économies.

Le tableau de suivi mondial pour l'équité en matière de vaccins COVID-19, une initiative conjointe du PNUD, de l'OMS et de l'Université d'Oxford, a révélé que l'inégalité constitue un risque pour une reprise économique complète et que les pays à faible revenu ajouteraient 38 milliards de dollars à leur PIB prévu pour 2021 s'ils avaient les mêmes taux de vaccination que les pays riches.

Nous sommes à la tête des appels en faveur d'un revenu minimum provisoire pour aider les femmes les plus pauvres du monde à faire face aux effets économiques persistants de la pandémie et à prévenir l'augmentation des inégalités entre les femmes.

Ensemble, nous pouvons et devons empêcher la violence partout, dans les zones de guerre comme dans les foyers, tandis que nous nous efforçons de vaincre la Covid-19.

- Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres

La COVID-19 a également créé une « pandémie fantôme » de violence sexiste, qui a augmenté dans ce que le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a décrit comme une « horrible flambée mondiale ».

Le tableau de suivi du PNUD sur le genre examine les nombreuses façons interconnectées dont la pandémie a rendu la vie plus difficile aux femmes - des risques économiques, sanitaires et sociaux disproportionnés à une plus grande charge de soins et de travaux ménagers non rémunérés. Il vise à fournir des informations non seulement pour rectifier les inégalités de longue date mais aussi pour construire un monde plus égalitaire entre les sexes.

Le PNUD a également révélé ce que le monde gagnerait à un leadership plus féminin. Notre rapport conjoint avec l'Université de Pittsburgh montre que les obstacles qui empêchent les femmes d'accéder au pouvoir sapent la réponse à la pandémie. La première recherche approfondie sur la question - qui a porté sur 170 pays - révèle qu'en dépit de leurs compétences avérées, les femmes dirigeantes continuent d'être empêchées d'accéder aux plus hauts niveaux de pouvoir et d'influence.

  • Un membre du réseau de volontaires de Karbala livre de la nourriture à une famille vulnérable. Le réseau de volontaires a été formé grâce à un projet conjoint du programme des Volontaires des Nations Unies et du PNUD, inspirant un sens renforcé du volontariat à travers de petits projets communautaires, avril 2020.

    Photo : PNUD Irak/Abdullah Dhiaa Al-deen

  • Un travailleur communautaire sensibilise à la COVID-19 et distribue du savon à une famille à faible revenu au Bangladesh. Le PNUD, avec le soutien du ministère du développement international du Royaume-Uni et du gouvernement du Bangladesh, déploie une aide d'urgence de 1,5 million de dollars au profit de 50 000 familles urbaines pauvres, en avril 2020.

    Photo : PNUD Bangladesh/Fahad Kaizer

  • Le PNUD, le PAM et le ministère des Affaires sociales et de l'Action humanitaire ont lancé une initiative de transfert d'argent liquide pour soutenir 7000 familles vulnérables à Brazzaville, en République démocratique du Congo. Cette initiative vise à atténuer les impacts socio-économiques des mesures de confinement de COVID-19, mai 2020.

    Photo : PNUD RDC/Mariam Ouedraogo

  • Hind Al Garbely travaille dans le cadre d'un programme de réponse à la COVID-19, qui a créé 400 emplois pour les jeunes de la ville de Gaza, avec le soutien du bureau de représentation du Japon en Palestine, juin 2020.

    Photo : Shareef Sarhan\ PNUD PAPP

  • À Buenos Aires, des cuisiniers bénévoles d'une communauté à faibles revenus brandissent des affiches du Laboratoire accélérateur du PNUD. L'affiche explique à la communauté, généralement peu à l'aise avec le système bancaire, comment effectuer des opérations bancaires et comment le faire avec des mesures de distanciation sociale pendant la pandémie, mai 2020.

    Photo : PNUD Argentine/Magdalena Diehl

  • Une rue d'Istanbul, richement illustrée, est fermée et vide.

    Photo : PNUD Eurasie/Karen Cirillo

La pandémie a révélé à quel point la fracture numérique affecte les personnes qui ne disposent pas d'un accès fiable à l'internet et l'ampleur du travail à accomplir pour que les opportunités de travail, d'éducation et de services publics soient accessibles à tous.

Notre réponse est conçue pour aider les décideurs à regarder au-delà de la reprise, vers 2030, à faire des choix et à gérer la complexité et l'incertitude dans quatre domaines principaux : la gouvernance, la protection sociale, l'économie verte et la perturbation numérique.

En Équateur, notre Accelerator Lab utilise le financement participatif pour connecter les plus vulnérables à l’alimentation, et aux biens et services de base.

Sur l’Ile Maurice, nous soutenons le relèvement économique à la pandémie en soutenant le marché des énergies renouvelables.

Le PNUD collabore avec le ministère kenyan de la Santé pour piloter des robots intelligents dans le cadre de la réponse à la COVID-19.

La pandémie a mis à rude épreuve les jeunes du Bangladesh, qui doivent faire face à des pertes d'emploi et à un manque d'opportunités en raison de la fracture numérique. Le PNUD travaille sur des projets visant à promouvoir l'apprentissage en ligne et à créer des emplois, en particulier pour les femmes et les filles et les personnes appartenant à des communautés à faibles revenus.

Le gouvernement chinois et le PNUD travaillent avec le Fonds d'aide à la coopération Sud-Sud au Liban pour promouvoir le redressement socio-économique des femmes et des jeunes en favorisant les moyens de subsistance durables et les opportunités commerciales.

En Turquie, les coopératives de femmes bénéficient d'un large soutien technique pour développer leurs activités en ligne.

Et le PNUD a investi dans l'avenir des écoliers jamaïcains en leur offrant de nouveaux espaces et équipements d'apprentissage virtuel.

Une vendeuse vend des décorations pour le festival de Vesak, une attraction touristique généralement énorme, à Colombo, au Sri Lanka. Le Sri Lanka est l'un des nombreux pays qui dépendent fortement du tourisme et gravement touchés par l'arrêt des voyages touristiques. La diversification économique pour des raisons socio-économiques et stratégiques est une nécessité pour l'avenir.

Ruwan Walpola/Shutterstock

Nous devons rétablir la confiance et la coopération, au sein des nations et entre elles, et entre les peuples et leurs gouvernements.

L’appui du PNUD contribuera également à garantir que les réponses de chaque pays soient structurées, équitables et inclusives, pour que personne ne soit laissé de côté et que les pays puissent continuer de progresser dans la réalisation des Objectifs de développement durable.

Entretemps, nous devons considérer les façons d’éviter qu’une telle pandémie ne se reproduise. À long terme, le PNUD examinera les moyens d'aider les pays à mieux prévenir et gérer ces crises et à faire en sorte de tirer pleinement les leçons de ce que nous vivons.

Une réponse globale et intégrée est un investissement dans notre avenir.