L'Initiative Équateur : 20 ans d'action locale pour relever les défis mondiaux

Posted 5 avril 2022

Depuis 20 ans, le Prix Équateur met en lumière les solutions locales visant à lutter contre le changement climatique, la perte de biodiversité et répondre à d'autres défis.

Image : Initiative Équateur

Cette année marque le 20e anniversaire du premier Prix Équateur, par lequel le PNUD et les partenaires de l'Initiative Équateur ont récompensé l’action de 28 communautés autochtones et locales pour leurs solutions avant-gardistes en faveur de la nature, du climat et du développement durable.

Les solutions des lauréats s'attaquaient aux problèmes urgents de l'époque – perte de biodiversité, changement climatique et déforestation, exacerbés par le poids écrasant des inégalités. Vingt ans plus tard, les preuves que ces problèmes n'ont fait que s'intensifier, au point de devenir existentiels pour l'humanité, sont nombreuses.

Le dernier rapport des Nations Unies sur la biodiversité montre que nous entrons dans une période d'extinction massive – nous sommes sur le point de perdre un million d'espèces au cours des trois prochaines décennies. Le dernier rapport des Nations Unies sur le climat indique que la fenêtre d'action pour limiter les dégâts se referme rapidement, alors même que les effets du changement climatique commencent à dépasser la capacité d'adaptation de notre monde. Cette année, la déforestation en Amazonie était en passe de rencontrer le rythme le plus rapide depuis 14 ans, alors que nous avons déjà perdu plus de 62 millions d'hectares de forêts tropicales entre 2002 et 2019. Un récent rapport du PNUD sur le développement humain a également montré que les inégalités ont annulé jusqu'à 20 % des gains de développement.

Les lauréats du Prix Équateur 2002 ont relevé ces défis et bien d'autres encore, parmi lesquels la sécurité alimentaire, la sécurité de l'eau et les droits fonciers, grâce à leurs solutions innovantes et intégratives fondées sur la nature. Par exemple, un nouveau modèle de « zones marines gérées localement » a mis la gestion durable des pêches et la sécurité alimentaire entre les mains des communautés locales aux Fidji, un collectif d'exploitants de caoutchouc au Brésil a contribué à garantir les droits autochtones et à maintenir des moyens de subsistance tout en préservant les arbres, et une zone de conservation communautaire au Kenya a montré comment un écolodge communautaire pouvait répondre aux besoins des éleveurs locaux tout en favorisant la conservation de la nature. En fait, une grande partie des gains réalisés en matière de protection des terres et de conservation de la biodiversité au cours des deux dernières décennies ont été obtenus grâce aux peuples autochtones.

Les catégories du Prix Équateur de cette année – transformations systémiques

Cette année, l'Initiative Équateur organise le 13e Prix Équateur, qui mettra en lumière les initiatives des peuples autochtones et des communautés locales qui réalisent trois transformations systémiques par rapport aux pratiques habituelles, et qui ouvrent la voie à un avenir durable.

Créer un filet de sécurité planétaire

La première transformation est le besoin urgent de créer un filet de sécurité planétaire basé sur la nature pour l'humanité. Cette catégorie comprend des solutions visant à la fois à protéger et à restaurer les écosystèmes essentiels qui peuvent conserver la nourriture et l'eau, séquestrer le carbone et soutenir les moyens de subsistance de milliards de personnes. Étant donné que jusqu'à un quart de la surface terrestre est gérée par des peuples autochtones, la sauvegarde des droits des peuples autochtones sur leurs terres et territoires est essentielle à la création d'un filet de sécurité planétaire.

Redéfinir la prospérité et le développement

La deuxième transformation est le besoin urgent de redéfinir la nature même du développement. En 2020, le PNUD a publié son Rapport sur le développement humain, axé sur le développement humain et l'Anthropocène. Ce rapport a révélé qu'aucun pays n'avait atteint un niveau élevé de développement humain sans avoir eu au préalable un impact environnemental significativement négatif. Cette deuxième catégorie comprend l'intégration de la nature dans les plans et les politiques de développement, la garantie de l'État de droit dans la défense de la nature et la promotion de politiques positives pour la nature pour les communautés du monde entier afin que la société puisse enfin dissocier le développement humain des dommages environnementaux.

Créer une nouvelle économie verte et inclusive pour le futur

La troisième transformation concerne le besoin urgent de créer une nouvelle économie, qui réponde aux besoins de la société sans porter atteinte au capital naturel dont toute vie dépend. Il s'agit notamment d'accélérer le passage des pratiques habituelles en matière de ressources naturelles à des pratiques durables et régénératrices en matière d'agriculture, d'agroforesterie, de sylviculture et de pêche. Il s'agit également de placer les communautés locales et les petites entreprises au cœur de chaînes d'approvisionnement équitables et durables, de veiller à ce que les produits de base ne contribuent pas à la déforestation et de promouvoir des bioéconomies justes et inclusives.

Il est temps d'agir - nous ne pouvons pas attendre 20 ans de plus

Il y a cinquante ans, la Conférence des Nations Unies sur l'environnement a lancé une nouvelle ère dans l'action environnementale mondiale, en créant la Déclaration de Stockholm et le Plan d'action pour l'environnement. La même année, le Club de Rome a publié un rapport historique intitulé « Les limites de la croissance », le premier à affirmer clairement que le maintien d'une trajectoire de population, d'industrialisation, de surconsommation et de pollution incontrôlées entraînerait une crise existentielle pour l'humanité. Cette crise est aujourd'hui à nos portes.

Il y a trente ans, la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement à Rio de Janeiro, a lancé un plan d'action international pour l'environnement – Action 21 – ainsi que la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et la Convention sur la diversité biologique.

Nous savions déjà, il y a cinquante ans, que nos décisions en matière de développement devaient être radicalement révisées. Mais les actions au niveau national ont été lentes et sporadiques, et nous manquons à présent de temps. Le soutien, la reproduction et la mise à l'échelle d'actions locales innovantes en matière de nature et de climat constituent l'un des moyens les plus rapides de catalyser le progrès. Depuis vingt ans, le Prix Équateur braque les projecteurs sur l'action locale. 264 lauréats du Prix Équateur ont été récompensés jusqu'à présent, chacun d'entre eux montrant une voie viable vers un avenir plus durable et vivable pour tous.

Jamais le processus d'identification des réussites autochtones et locales n'a été aussi important. Les candidatures pour le Prix Équateur de cette année sont ouvertes jusqu'au 8 avril. Veuillez visiter le système de nomination en ligne Équateur Prix 2022 pour participer dès aujourd'hui !