Eni et le PNUD unissent leurs forces

Un mémorandum d’accord entre les deux organisations vise à promouvoir l’énergie durable et la réalisation des ODD en Afrique

Posted 24 septembre 2018

Au nombre des projets figure la production d’électricité au moyen de centrales photovoltaïques, des parcs d’éoliennes, des systèmes hybrides hors réseau, des activités de reboisement et des dispositifs de cuisson peu polluants. Photo: PNUD Jamaïque

New York  – Eni SpA, société énergétique de premier plan, et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) unissent leurs forces pour améliorer l’accès à l’énergie durable et contribuer à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) en Afrique.  Leur partenariat est le premier en son genre conclu entre le PNUD et une entreprise du secteur de l’énergie de portée mondiale.

Le mémorandum d’accord a été signé par le Président-directeur général de Eni, Claudio Descalzi, et par l’Administrateur du PNUD, Achim Steiner, lors d’une cérémonie officielle à la Mission permanente de l’Italie auprès de l’Organisation des Nations Unies (ONU) en marge de la 73e Assemblée générale de l’ONU.

« L’amélioration de l’accès à l’énergie, tout particulièrement en Afrique, se situe au cœur même de nos valeurs et fait à présent partie intrinsèque de nos activités. Nous investissons plus de la moitié de nos ressources budgétaires en Afrique, où nous visons à renforcer le potentiel intérieur et à promouvoir le développement local. Le mémorandum d’accord signé aujourd’hui constitue une première pour le secteur de l’énergie et souligne la crédibilité de nos efforts et le bien-fondé de notre modèle d’entreprise », a déclaré M. Descalzi.

En vertu de l’accord, Eni lancera des opérations commerciales pour accroître l’accès à l’énergie propre dans la région et le PNUD utilisera son vaste réseau de développement dans plus 170 pays en vue de l’instauration d’un environnement favorable à la mise en œuvre du partenariat et pour évaluer son impact et sa durabilité au niveau des communautés locales.

L’Angola, le Congo, la Côte d’Ivoire, l’Égypte, le Gabon, le Ghana, le Kenya, le Mozambique, le Nigéria, et la Tanzanie figurent parmi les premiers pays où le partenariat sera mis en application.

 « Le secteur privé est un partenaire stratégique qui peut appuyer la réalisation de notre vision d’un développement inclusif, telle que celle-ci est énoncée dans le Programme 2030 et dans les 17 objectifs de développement durable, a noté l’Administrateur du PNUD Achim Steiner. Grâce à leur expérience commune, à leurs capacités d’innover et à leurs réseaux de terrain, le PNUD et ENI peuvent améliorer l’accès aux sources d’énergie durable en Afrique. »

« Ce partenariat, a-t-il poursuivi, illustre les activités que nous pouvons mener de concert pour réaliser les ODD, et en particulier l’ODD 17 sur les partenariats, 13 pour le climat, 12 pour la consommation et la production durables, et surtout l’ODD 7 sur l’énergie durable et propre. »

M. Steiner a également signalé que le PNUD s’attacherait à assurer le succès du partenariat pour accélérer l’élargissement de l’accès aux sources d’énergie durable, en vue de réaliser les objectifs sociaux et environnementaux envisagés dans le cadre du Programme 2030.

Avec l’urbanisation et la croissance économique rapides de l’Afrique, les besoins énergétiques du continent sont appelés à s’accroître.  Le Programme 2030 et les 17 objectifs ODD, tout particulièrement l’ODD 7, visent à assurer un accès universel à des services énergétiques modernes, fiables et d’un coût abordable, notamment aux carburants et aux technologies propres.

Au nombre des projets de Eni figurera la production d’électricité au moyen de centrales photovoltaïques (y inclus des systèmes flottants), des parcs d’éoliennes, des systèmes hybrides hors réseau, des activités de reboisement et des dispositifs de cuisson peu polluants.

Dans le cadre de ce partenariat, le PNUD s’emploiera également à sensibiliser le public à l’énergie propre et aux modèles commerciaux durables et mènera des activités de formation et de renforcement des capacités dans les communautés bénéficiaires.

« En 2017, Eni a fourni 56 milliards de mètres cubes de gaz sur le marché intérieur de 14 pays africains. À ce jour, la société a investi en Afrique subsaharienne un montant d’environ 2 milliards de dollars la construction et la réfection de réseaux et de centrales électriques, alimentant en électricité plus de 18 millions de personnes. Nous effectuons actuellement de nouveaux investissements dans l’énergie renouvelable dans tout le continent », a expliqué M. Descalzi.

Le mémorandum d’accord conclu entre Eni et le PNUD fait suite au lancement en septembre 2017 à Rome, du Centre pour le climat et le développement durable, placé sous l’égide conjointe du ministère de l’Environnement italien et de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, visant à favoriser le développement durable en Afrique.

*******************

Sur Twitter: @UNDP, @ItalyUN, @ENI, @UNDPAfrica, @UNDPfr, @ASteiner

Pour de plus d’informations, prière de contacter :
Eni :
Alessandro.Torello@eni.com, + 39 02 52 03 18 75
PNUD:
Lamine Bal, +1-646-242-3253
Mission permanente de l’Italie auprès des Nations Unies :
Ilaria Ragnoni, +1-917-332-8101