Achim Steiner, Administrateur du PNUD

 

En ce jour de clôture des réunions de printemps du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, le PNUD salue les décisions des deux institutions et du G20 de suspendre immédiatement le service de la dette de 76 pays – dont 40 pays Afrique sub-saharienne – pendant un an.

 

Cet allègement devrait permettre aux pays de surmonter les effets sociaux et économiques dévastateurs de la pandémie de COVID-19, et jouer un rôle essentiel en les aidant à mieux se préparer, réagir et à se relever de cette crise.

 

Mais se concentrer uniquement sur les pays les plus pauvres  ne sera pas suffisante face à l'ampleur de la crise, comme le souligne le Secrétaire général des Nations Unies dans son nouveau rapport ‘Dette et COVID 19 : une réponse mondiale solidaire’ (PDF, en anglais).  

 

L'allégement de la dette ne doit pas être basé sur le niveau de revenu des pays, mais sur leur vulnérabilité. Un ouragan peut anéantir une économie en 8 heures. Une pandémie paralysera un continent pendant des mois. Cela n’a rien à voir avec le revenu, la richesse ou le PIB : les impacts réels dépendent de la vulnérabilité.

 

L'ONU encourage toutes les parties prenantes à définir un moratoire sur la dette durant les deux prochaines années pour tous pays vulnérables. Si le virus ne fait pas de discrimination en fonction des revenus des pays, la communauté internationale ne le devrait pas non plus.

 

Suivant les conclusions du rapport, nous appelons tous les créanciers – publics et privés, bilatéraux et multilatéraux – à prendre, en ces temps extraordinaires, trois mesures vers la viabilité de la dette :

 

  • Premièrement : établir un moratoire immédiat sur la dette pour tous les pays en développement pour offrir un « répit » aux acteurs de la réponse à la crise.

 

  • Deuxièmement : établir un allégement de la dette ciblé aux pays dont le niveau d'endettement est insoutenable et fournir la liberté de mouvement politique nécessaire à leur progression vers les Objectifs de développement durables (ODD).

 

  • Troisièmement, et à mesure que le relèvement s’amorce :  revoir les défis de longue date dans l’aménagement de la dette internationale, pour éviter définitivement tout défaut de paiement qui pourrait conduire à des crises financières et économiques prolongées.

 

Conformément au Programme d'action d'Addis-Abeba, toutes les mesures prises devraient être conformes aux stratégies des pays pour financer les progrès vers la réalisation des durable (ODD).

 

La mise à l’arrêt des économies a beau empêcher la propagation du virus et sauver des vies, sans action simultanée, des décennies de gains de développement   pourraient être anéanties. Selon une récente étude, c’est plus d'un demi-milliard de personnes supplémentaires qui pourrait se retrouver dans la pauvreté.

 

Cette crise a démontré de manière à quel point notre monde est interconnecté. Nous devons agir dans une solidarité sans frontières pour la vaincre.

 

PNUD Dans le monde