Parcourir le Métavers en gérant les risques et opportunités

Posted 19 juillet 2022
A woman and a man wearing virtual reality headsets

Étant donné que de plus en plus de personnes passent beaucoup de temps dans des environnements numériques et virtuels, il existe à la fois des opportunités pour accélérer les progrès vers la réalisation des ODD, et des risques qu'il faut gérer afin d'éviter les méfaits du numérique et l'exacerbation des inégalités.

Photo : PNUD/Kinley Wangmo

Chanthou rentre chez elle, dans la campagne cambodgienne, après une longue journée de travail. Elle travaille pour une marque de vêtements de luxe, mais au lieu de produire des biens physiques dans l'usine de confection toute proche, Chanthou conçoit et vend des vêtements numériques pour l'entreprise sous la forme de jetons non fongibles, ou NFT en abrégé. Son expérience de l'art cambodgien, associée à son talent créatif, a permis de produire des objets numériques uniques qui sont vendus et échangés dans de nombreux mondes virtuels décentralisés connus collectivement sous le nom de « Métavers ».

Le scénario ci-dessus est fictif, mais il soulève des questions importantes : S'agit-il d'un rêve utopique de la #TechForGood (« technologie pour le bien commun ») dans le sillage des derniers développements, ou évoque-t-il des opportunités réelles qui peuvent faire progresser les Objectifs de développement durable (ODD) ? Par ailleurs, si quelque 2,9 milliards de personnes ne disposent toujours pas d'une connexion satisfaisante à l'Internet, quels avantages le Métavers offre-t-il pour le développement durable ?

Dans le droit fil de l'objectif du PNUD de promouvoir la transformation numérique inclusive, les technologies émergentes sont mises à profit dans le cadre d'une approche holistique pour garantir que tout le monde profite des changements qu’elles apportent. Dans cette optique, il existe à la fois des opportunités pour accélérer les progrès vers la réalisation des ODD, et des risques qu'il faut gérer afin d'éviter les méfaits du numérique et l'exacerbation des inégalités.

Démystifier le Métavers

Le Métavers est un réseau en pleine expansion de mondes numériques virtuels et augmentés qui existent en parallèle avec le monde physique. En termes simples, le Métavers peut être considéré comme la prochaine évolution majeure et tridimensionnelle de l'Internet (ce qui explique en partie pourquoi cet ensemble de technologies est généralement appelé « Web 3.0 »).

Le Métavers se décline sous deux grands types de modèles : ouverts et fermés. Les mondes fermés sont contrôlés et exploités par des entreprises disposant d’un écosystème autonome ou « jardin clos ». En revanche, les mondes ouverts sont décentralisés et leur contrôle est réparti entre les utilisateurs et les contributeurs.

La rareté et la traçabilité numériques sont des caractéristiques déterminantes du Métavers, favorisées par la technologie blockchain. Cette capacité à créer et à vendre des actifs numériques « uniques » - dont l'authenticité de la création originale peut être prouvée - a conduit à un déferlement des jetons non fongibles (ou NFT) dans le secteur de la création. Si l'élan qui entoure les NFT pourrait n'être, en grande partie, qu'une mode passagère, les tendances sous-jacentes, telles que la capacité de suivre le déroulement des ventes sur les marchés numériques et d’en conclure, pourraient durer bien plus longtemps.

UNDp-Colombia-virtual-space-screenshot-2021.jpg

Généralement appelé ‘Web 3.0’, le Métavers peut être considéré comme la prochaine évolution majeure et tridimensionnelle de l'Internet.

Photo : PNUD Colombie

À ces premiers stades de développement du Métavers, il existe de nombreuses possibilités d'accélérer l’atteinte des ODD, dont plusieurs sont en cours d'exploration (comme l'exemple décrit dans l'histoire fictive ci-dessus sur Chanthou). Couvrant un large éventail d’enjeux , le Métavers pourrait être efficacement mis à profit pour transformer et améliorer l'éducation ; renforcer les moyens de subsistance et la production de revenus ; faciliter l’accès aux services publics et privés ; renforcer la coopération mondiale et la création de communautés ; stimuler la participation citoyenne ; et permettre l’émergence de nouveaux modèles de coopération et de collaboration.

Inversement, des inquiétudes légitimes sont soulevées quant à ses incidences potentielles, allant des atteintes à la vie privée et aux droits de l’homme à l'exacerbation des inégalités et la perpétuation des préjugés sociétaux, en passant par les problèmes environnementaux liés à la consommation d'énergie.

À mesure que le Métavers évolue, des écosystèmes d'innovation sûrs et pertinents devront être financés et mis en place, si nous voulons avoir un impact positif sur les ODD. Aussi, les trois domaines pratiques interdépendants suivants sont considérés comme devant faire l’objet d’une attention immédiate :

  1. Redoubler d'efforts en vue de réduire la fracture numérique ;
  2. Intégrer les perspectives des pays du Sud ; et
  3. Créer des systèmes fondés sur les droits.

 

Redoubler d'efforts pour réduire la fracture numérique

Comme l'a montré la pandémie de COVID-19, la fracture numérique a des conséquences négatives de plus en plus marquées.

Malgré un essor de la connectivité pendant la pandémie, l'Union internationale des télécommunications indique qu'environ 2,9 milliards de personnes, soit 37 % de la population mondiale, n'ont toujours pas accès à l’Internet, et 96 % d’entre elles vivent dans des pays en développement. Le rapport relève également qu'à l'échelle mondiale, les habitants des zones urbaines sont deux fois plus susceptibles d'utiliser l'Internet que ceux des zones rurales. En outre, il existe des écarts importants entre les sexes en matière d'accès aux technologies et aux compétences numériques, 62 % des hommes utilisant l'internet contre 57 % des femmes, dans le monde, et 31 % des hommes sont connectés, contre 19 % des femmes, dans les pays les moins avancés.

Au regard de ces inégalités, s'ils ne sont pas planifiés de manière responsable, l’expansion rapide et les investissements dans le Métavers peuvent exacerber davantage la fracture numérique. Par exemple, alors que l'éducation, le travail et les services publics dépendent de plus en plus de l'accès numérique, le manque de connectivité constitue un obstacle croissant au développement humain.

Pour autant, des investissements dans des infrastructures publiques numériques qui permettent une connectivité inclusive aideront des milliards de personnes à tirer parti des nouvelles opportunités qu’offre le Métavers. Au-delà de la disponibilité et du caractère abordable de la connectivité physique à l'Internet, il est également essentiel de promouvoir la culture numérique pour s’assurer que tout le monde puisse participer au Métavers, d'une manière sûre et constructive qui améliore la qualité de vie.

Intégrer les perspectives des pays du Sud

Pour l'avenir, il est nécessaire d'inclure davantage les diverses perspectives des pays du Sud dans la cocréation. Bon nombre des plateformes du Métavers existantes, ont été mises en place par des entreprises de pays du Nord, comme Meta, Epic Games et Microsoft. De même, les créateurs et les utilisateurs des plateformes ouvertes comme Decentraland, Sandbox ou encore Voxels, se trouvent en majorité dans des pays du Nord. Cependant, lorsque des millions de nouveaux internautes des pays du Sud se connecteront au cours de la prochaine décennie, à quoi ressembleront leurs expériences virtuelles ?

Les plateformes du Métavers qui adoptent dès le départ une stratégie plus inclusive et plus diversifiée pourraient être les plus avantagées à long terme, comme l'ont montré plusieurs études sur la transformation numérique inclusive. Concevoir et construire des plateformes de métavers en intégrant volontairement les valeurs, perspectives et talents des pays du Sud permet de renforcer l’appropriation et la proposition de valeur de celles-ci. Concrètement, cela pourrait signifier développer un large éventail de packs linguistiques, soutenir les écosystèmes numériques locaux et établir des partenariats stratégiques avec des groupes sous-représentés. Disposer d'une base d'utilisateurs représentative au niveau mondial permet d’enrichir l'environnement d'innovation et offre une réalité commune partagée, favorisant ainsi un discours et une collaboration productifs.

Le PNUD peut faciliter la mise en place d'environnements sûrs pour la cocréation et l’expérimentation de concepts dans les pays du Sud. Sur le continent africain, Jambo constitue un exemple pratique et avant-gardiste qui ouvre déjà la voie à de nouvelles façons de construire des communautés Web3 en Afrique. En investissant dans les ressources et les partenariats, il est possible de faire davantage pour mobiliser et soutenir les écosystèmes numériques d'inspiration locale à travers le monde.

Kvinde sidder i et rum med andre og ser på en computerskærm.

Malgré un essor de la connectivité pendant la pandémie, environ 2,9 milliards de personnes, soit plus d'un tiers de la population mondiale, n'ont toujours pas accès à l’Internet.

Photo : PNUD Mauritanie
Créer des systèmes fondés sur les droits

Étant donné que de plus en plus de personnes passent beaucoup de temps dans des environnements numériques et virtuels, la mise en place d'un système fondé sur les droits devient même plus importante.

Dans ces espaces virtuels, sans frontières et apparemment sans autorité, du Métavers, la responsabilité et le respect des droits humains doivent être une priorité. Que ce soit dans le monde virtuel ou hors ligne, le PNUD prône résolument une approche du développement fondée sur les droits.

Si les questions émergentes en matière de confidentialité des données, de sécurité et de désinformation ne sont pas traitées de façon proactive, elles peuvent nuire à la fois aux utilisateurs finaux et aux plateformes elles-mêmes. Le PNUD entend aider les gouvernements à adopter une approche proactive pour protéger leurs citoyens dans le Métavers, en veillant au respect des droits de l'homme. De même, le PNUD peut travailler en partenariat avec les fournisseurs de plateformes pour les amener à intégrer de manière réfléchie et appropriée une approche basée sur les droits et centrée sur l'utilisateur dans leurs systèmes.

De par son engagement dans des initiatives comme DigitalX, Digital Public Goods Alliance (Alliance pour les biens publics numériques), et la recherche sur l'avenir numérique, le PNUD, en collaboration avec diverses parties prenantes, travaille déjà à l’émergence d’un nouvel écosystème sur l'éthique dans la conception des technologies. Ces efforts visent à hiérarchiser et mettre à l'échelle les outils afin de créer des cadres de responsabilité et des garanties, en particulier dans des contextes nationaux complexes où la fracture numérique est la plus marquée.

Au cœur des garanties nécessaires dans le Métavers se trouveront des identités numériques solides et responsables (idéalement liées à des personnes réelles via leurs identités légales) avec des modalités de surveillance appropriées. Alors que les innovations se multiplient, les normes numériques ouvertes et les mécanismes de gouvernance responsables doivent être un dénominateur commun aux plateformes émergentes.

Nous avons besoin de tout le monde, partout, pour libérer tout le potentiel du Métavers

Le potentiel du Métavers ne pourra être pleinement réalisé que si tout le monde, partout, peut y accéder. C'est à cette seule condition que nous serons en mesure de mobiliser véritablement une communauté mondiale d'utilisateurs pour réduire la fracture numérique et garantir l'inclusion de diverses perspectives, ainsi que leur protection dans un système fondé sur les droits. A l’instar du monde physique dans lequel nous vivons, le tout est plus que la somme de ses parties dans le Métavers, où chacun devrait avoir la possibilité de partager des idées, des connaissances et des expériences en vue de renforcer les sociétés, faire progresser l'humanité et protéger la planète.

Si l'on en revient à la promesse de l'Internet à ses origines, le Métavers peut encore constituer une plateforme de nivellement pour tous. Il s'agira également de garantir la participation des groupes vulnérables et à risque de la population, en levant les barrières traditionnelles comme la situation géographique, l'appartenance ethnique, le statut économique, ou d’autres paramètres. À cet égard, le PNUD soutient le développement d'une infrastructure publique numérique inclusive, qui permet aux gens de participer librement au développement et de tracer la voie d’un avenir inclusif et durable.