Comment le numérique peut-il combler le « fossé identitaire » ?

Posted 19 mai 2022

Près d'un milliard de personnes ne dispose d’aucuns documents officiels d'identité et sont exclues de la société et de l'économie numérique.

Photo : Shutterstock

Près d'un milliard de personnes ne dispose d’aucuns documents officiels d'identité. Or sans cette preuve, ces personnes ne peuvent pas accéder aux principaux services publics ou privés. Elles sont exclues de la société et de l'économie numérique.

Il peut sembler prématuré de parler d'identité numérique, étant donné que l’obtention d'une identité physique traditionnelle reste un défi dans de nombreuses régions du monde. Mais l'identification numérique pourrait jouer un rôle important d'ici 2030 en offrant une forme légale d'identification à ceux qui n'en ont pas – un objectif fixé par les objectifs de développement durable. Près d'un milliard de personnes ne disposent pas de documents d'identité légaux et vérifiables.

La COVID-19 a mis en évidence le rôle du numérique et de la numérisation dans notre vie quotidienne. L'identité numérique est un fondement et un catalyseur essentiel de démarches du quotidien, de l'accès aux services publics et aux soins de santé à la réception de paiements ou même de l'utilisation de produits et services en ligne du secteur privé. Sans pièce d'identité, les individus peuvent être exclus des services publics, de l'économie numérique et même de la société au sens large.

Qu’est-ce que l’identification numérique ?

L’identification numérique renvoie à la fois à l’identité physique ou numérique associée à un individu, mais aussi au processus sous-jacent visant à garantir que celle-ci soit crédible, reconnue et fiable. Les identités numériques peuvent avoir différents objectifs – des identités fonctionnelles permettant d'accéder à des services ou des privilèges particuliers, comme les permis de conduire, aux « identités fondamentales » qui constituent une preuve faisant autorité de l'identité d'une personne, comme un passeport ou une carte d'identité nationale.

L'identification numérique fournit donc le processus et la structure permettant de vérifier l'identité d'une personne. Il s'agit d'un fondement essentiel et d'un catalyseur de l'économie numérique. Par exemple, à Singapour, pas moins de 3,5 millions d'utilisateurs effectuent des transactions avec plus de 700 agences gouvernementales et organisations du secteur privé dans plus de 2 000 services via l'application Singpass. Avec environ 350 millions de transactions personnelles et d'entreprise par an, c’est l'un des systèmes d'identité numérique nationaux les plus largement adoptés au monde.

Construire une identité numérique

De nombreux pays ont développé – ou sont en train d’étudier – des systèmes d'identification nationaux et des initiatives plus larges en matière d'enregistrement des faits d'état civil. Les gouvernements reconnaissent l'importance d'un identifiant unique – des certificats de naissance aux cartes d'identité (physiques ou numériques) – pour la prestation de services publics, entre autres. Dans le monde entier, le numérique joue également un rôle, qu'il s'agisse d'assurer la transition entre les cartes d'identité papier ou plastique à la conception de cartes à puce dotées de certaines fonctionnalités en ligne ou numériques, ou de proposer des offres entièrement numériques sans équivalent physique.

Le parcours de Singapour en matière d'identité numérique est particulièrement passionnant, car le pays est passé directement des cartes d'identité purement physiques à un produit numérique à part entière. Comment le pays a-t-il procédé ? Et comment les autres pays peuvent-ils s’en inspirer ?

  • Donner la priorité à la co-conception : Les solutions d'identification numérique doivent être inclusives. Pour ce faire, il est nécessaire d'engager les citoyens dans un processus de co-conception. Il s'agit notamment de répondre aux priorités en matière de culture numérique, de sûreté et de sécurité. Dans ce contexte, les responsables de la mise en œuvre, les concepteurs et les administrateurs devront également simplifier l'expérience de l'utilisateur en réduisant la complexité, les doublons et les anciens systèmes et processus. Cette collaboration est importante, car elle est un moteur essentiel de la confiance – un atout essentiel lorsque l'économie numérique comporte également des risques de fraude et d'autres dangers. La mise au point de solutions d'identification numérique robustes, sûres et utiles, fondées sur les besoins des citoyens, est une étape importante pour instaurer cette confiance.
  • S'appuyer sur les bases existantes : Tout identifiant numérique devra s'aligner sur les canaux existants de prestation de services publics et s'intégrer aux composants numériques du gouvernement. Cela peut s'avérer compliqué, notamment dans un contexte où des systèmes d'identité analogues peuvent être incomplets ou inexistants. Il peut être utile de s'appuyer sur des services ou des institutions de grande confiance pour donner l'exemple. Le parcours de l'identité numérique nationale de Singapour remonte à la mise en œuvre de Singpass, une infrastructure numérique de base. En étendant le dispositif aux secteurs public et privé, cette base solide a permis la mise en place d'une série de solutions innovantes qui facilitent les transactions des citoyens et des entreprises en toute sécurité.
  • Se concentrer sur la qualité des données : La qualité d’une forme d'identification dépend de ses données sous-jacentes. Assurer une source unique pour garantir l'authenticité de ces données fondamentales, est un élément crucial du système d'identification numérique. Les pays ont mis au point des registres de données canoniques, qui garantissent l'authenticité et l'unicité des données, ainsi que la possibilité de les intégrer à des bases de données au sein du secteur public et au-delà. Dans le cas de Singapour, il s'agit notamment de Myinfo, un service qui permet aux citoyens ou aux entreprises de pré-remplir et de fournir des données pour les transactions en ligne dans tous les secteurs, et de SGFinDex, un système de consentement géré de manière centralisée qui permet aux individus d'accéder aux informations financières détenues par les banques, les assureurs et les agences gouvernementales. La qualité des données doit également être garantie par la mise en place d'architectures numériques et de flux de travail fiables et durables.
  • Façonner un écosystème numérique : L'utilité et la durabilité de l'identification numérique ne peuvent être atteintes par le gouvernement seul. Le secteur privé joue un rôle particulièrement important. L'identification numérique doit être intégrée dans la prestation de services, tant publics que privés, pour devenir utile aux citoyens et catalyser une économie numérique plus large. Outre la démonstration d'une valeur claire pour l'utilisateur, un apprentissage et un perfectionnement constants sont nécessaires pour que l'identité numérique reste utile et essentielle dans une économie numérique en évolution rapide. Une économie numérique significative transcende les frontières, ce qui nécessite des efforts pour développer l'interopérabilité avec d'autres nations numériques en devenir et une collaboration avec la communauté technologique. Singapour a conclu des protocoles d'accord sur l'identité numérique avec des pays comme l'Australie, le Royaume-Uni et la Chine (Shenzhen) afin d'étudier la reconnaissance transfrontalière. Singapour se concentre également sur l'apprentissage mutuel par le biais de l'engagement international en accueillant un groupe de travail annuel sur l'identité numérique, ainsi que des initiatives de sensibilisation de la communauté technologique telles que le STACK-X Meetup.

Se lancer dans la course

La création d'une identité numérique est un marathon, et non un sprint. Elle doit être fondée sur les besoins et les réalités locales, mais les gouvernements doivent également chercher à apprendre des autres. La collaboration doit s’étendre également à la mise en œuvre, car l’identité numérique dépasse aujourd’hui les frontières nationales. Dans une économie numérique mondiale, fondée sur les flux de données transfrontaliers, il sera important de proposer des offres d'identification numérique plus larges. Des pays comme Singapour et l'Estonie étudient déjà le potentiel de ces initiatives d'identification numérique interopérables au niveau international.

Les gouvernements jouent un rôle de premier plan dans la mise en place et l'élaboration de ces systèmes d'identification numérique nationaux et internationaux, qui doivent être solides et catalytiques. Les citoyens et les entreprises sont des partenaires importants, mais c'est le gouvernement qui détient l'autorité légale. Cela exige des efforts remarquables – de la construction d'une infrastructure numérique inclusive, à la garantie d'une alphabétisation numérique et élargie, afin que chacun puisse bénéficier du potentiel offert par les initiatives d'identification numérique. Ces efforts sont essentiels, surtout si l'on reconnaît le rôle crucial de l'identification numérique dans la réussite et la prospérité de la vie et des moyens de subsistance dans le monde entier.

Ces informations ont été tirées d'une « Masterclass » sur l'aventure de l'identification numérique à Singapour, organisé par l’Agence GovTech de Singapour et le Centre mondial du PNUD pour la technologie, l'innovation et le développement durable. Consultez l'intégralité du webinaire ici.