En Moldavie, les enseignants apprennent à utiliser Studii.md, une plate-forme d'apprentissage en ligne créée par Simpals avec l'aide du PNUD. Photo : Simpals

 

La pandémie COVID-19 est l'un des défis globaux les plus graves de ces dernières décennies – le « depuis la Seconde Guerre mondiale » selon le Secrétaire général des Nations Unies António Guterres.

La technologie numérique permet d’offrir une réponse efficace : dépistages en ligne, cartographie en temps réel des cas confirmés, formations à distance et collaborations de médecins sur les réseaux sociaux et messageries – entre autres. Alors que des millions de personnes voient leurs gagne-pains menacés, des millions d'autres ont la chance de pouvoir travailler à distance. Le numérique rend possible la « distanciation sociale » nécessaire pour lutter contre le virus tout en maintenant des connexions sociales virtuelles. Sans cela, nous nous trouverions dans une toute autre situation.

En 2019, le PNUD a lancé sa stratégie numérique (en anglais) pour repenser son usage de la technologie et son expérience conséquente dans l’innovation en vue de devenir un partenaire plus efficace. Nos diverses adaptations de solutions numériques et le développement de nouveaux outils contre la pandémie démontrent la puissance de la technologie de façon immédiate.

 

Soutenir les soins de santé

Face au Coronavirus les systèmes de santé se retrouvent rapidement dépassés. Il ne s’agit pas seulement de combattre d’éventuelles infections mais aussi de soigner celles nécessitant d’autres types de traitement. Au Bangladesh, nous soutenons le programme Aspire to Innovate (a2i) - en anglais -, et son consortium public-privé relié au service de santé téléphonique du gouvernement, ‘Shastho Batayon’. Les startups technologiques dans le domaine de la santé fournissent des soins en ligne tout en encourageant la distanciation sociale. Les patients peuvent se connecter aux médecins à travers le pays via une hotline gratuite et un portail en ligne. Certains services d’appels médicaux facturent, mais moins qu’une visite à l’hôpital.

En Uruguay, en collaboration avec le système national d’urgence, nous avons développé la plate-forme MIRA (en espagnol) que le gouvernement utilise pour coordonner ses interventions. Celle-ci reçoit et suit les demandes, attribue des tâches aux équipes d'intervention sur le terrain et communique des informations vitales aux personnes concernées. MIRA regroupe les informations pertinentes pour la prise de décision et génère des rapports de situation. Nous y avons aussi ajouté une fonction qui permet de suivre la disponibilité en lits des services d'urgence à travers le pays.

 

Lutter contre l’intox ou l’« infodémie »

Faire la part du vrai et du faux quand tous types d’informations sur le Coronavirus inondent le web devient de plus en plus difficile.  Nous avons établi un partenariat avec WhatsApp en collaboration avec l'Organisation mondiale de la santé et l'UNICEF pour fournir des informations précises aux communautés et aux gouvernements locaux.

À Cabo Verde au Sénégal, notre Accelerator Lab collabore avec un consortium de jeunes entrepreneurs, des experts et avec le gouvernement pour développer un canal unique et crédible d'informations officielles regroupant les dernières actualités sur le coronavirus, la réponse du gouvernement et d'autres infos utiles.

 

Évaluer l'impact socio-économique

Développer de nouveaux programmes et recommandations nécessite une évaluation continue de la situation – tant à partir de données secondaires (telles que le nombre de cas confirmés ou le nombre de fermetures d'entreprises) que de données primaires (en interagissant avec les gens pour comprendre leurs besoins et comment ils y font face). Youth Co: Lab a ainsi mené une enquête (en anglais) auprès de jeunes entrepreneurs dans toute la région Asie-Pacifique pour évaluer l’impact du COVID-19 sur leurs entreprises. Plus de 400 jeunes entrepreneurs de 18 pays travaillant dans l'agriculture, le commerce de détail, l'éducation et la technologie y ont participé et la moitié d'entre eux ont indiqué que leurs activités avaient ralenti ou cessé complètement. Mais il y avait aussi des récits plus optimistes : des entreprises dirigées par des jeunes développant de nouvelles façons d'aider leurs communautés.

Nous travaillons aussi avec le consortium d'ONG internationales REACH pour adapter notre Outil d'évaluation des dommages aux ménages et aux bâtiments (en anglais) aux impacts socio-économiques du COVID-19 sur les familles. Des outils de collecte de données numériques mobiles tels que Kobo Toolbox (en anglais) et d'analyse de données et de visualisation tels que Microsoft Power BI nous permettent d'accélérer les évaluations et la prise de décision et d’obtenir des résultats en jours plutôt qu'en semaines.

 

Le pouvoir de l'action collective

La pandémie souligne les opportunités de coopération globale : des pays s'entraident avec les fournitures médicales, des entreprises donnent libre accès à leurs outils numériques et des bénévoles aident les personnes vulnérables de leurs communautés. Notre bureau en Ukraine et notre Accelerator Lab d’Azerbaïdjan organisent des hackathons virtuels pour repérer de nouvelles solutions. À Singapour, notre Global Center s'est associé à Hackster, une communauté mondiale d’1,5 million d'ingénieurs et de développeurs pour lancer un défi d'innovation (en anglais) . Grâce à cela nous parviendrons rapidement à catalyser et à coordonner du matériel open source, à faible coût et facile à produire pour prévenir et détecter le Coronavirus.

 

Télétravail et apprentissage à domicile

Alors que la pandémie prive des millions d'enfants d'école, le PNUD soutient en Moldavie le développement de Studii.md, un site web qui numérise l'enseignement. Les enseignants peuvent donner leurs leçons en vidéo, joindre du matériel d'apprentissage et laisser des commentaires. La plateforme dispose d'agendas et de registres électroniques, du calendrier des cours et l'administration peut générer des rapports statistiques périodiques.

Le télétravail est un défi pour tous, y compris pour nous qui employons 17 000 personnes dans plus de 170 pays. Beaucoup travaillent pour la première fois à domicile. Avec des licences Zoom pour des milliers de collègues et une formation technique et de bien-être, nous faisons de notre mieux pour soutenir nos collègues en ces temps incertains.

Mais une connexion internet n’est pas un acquis pour tous et beaucoup, autour du monde, sont privés des avantages du numérique. Les préoccupations croissantes en matière de confidentialité des données nécessitent une consultation publique ouverte et inclusive. Malgré les efforts des grands de la technologie pour mettre fin à la désinformation, des rumeurs dangereuses et des « fake news » continuent de se répandre. Parmi les nouvelles solutions technologiques créées chaque jour, nombreuses sont celles qui reproduisent les efforts déjà existants. Le repérage et la mise à l'échelle des outils qui fonctionnent sont l'un des plus grands défis dans une organisation décentralisée comme le PNUD. La transformation numérique pourrait bien être accélérée par cette crise, mais il reste du travail. Avec notre stratégie numérique en place, nous sommes prêts à relever le défi.

 

Cette histoire a été écrite par le bureau numérique du PNUD. Si vous souhaitez en savoir plus sur les exemples ou si vous souhaitez partager votre propre expérience avec le numérique et COVID-19, veuillez nous contacter à digital@undp.org

 

Icon of SDG 03 Icon of SDG 17

PNUD Dans le monde