En soutenant les communautés autochtones, nous pouvons aider à protéger les écosystèmes et la biodiversité et lutter contre le changement climatique – un acte plus important que jamais alors que le monde commence à construire son future post COVID-19. Photo: PNUD Peru

 

Depuis 1982, le monde célèbre la Journée internationale des peuples autochtones le 9 août, soulignant leur contribution à notre planète et à notre avenir commun. Le thème de cette année – COVID-19 et résilience des peuples autochtones – offre un moment de réflexion.

Les peuples autochtones constituent la première ligne de défense de notre triple crise planétaire : perte de biodiversité, changement climatique, et inégalité. Les terres qu’ils possèdent représentent 80% de la biodiversité restante de notre planète, ainsi que 17% des stocks mondiaux de carbone forestier. Leur gestion ralentit la déforestation jusqu’à sept fois, et réduit la perte de biodiversité et les émissions de gaz à effet de serre – dont un quart est libéré par la déforestation et l'utilisation des terres.

Malgré les plus grands efforts des peuples autochtones du monde, la planète a perdu un bloc de la taille d’un terrain de football de forêts tropicales primaires toutes les six secondes l’année dernière – une grande partie sur des territoires autochtones. Les peuples autochtones font face à une intimidation accrue, et risquent de sombrer dans une pauvreté encore plus profonde alors qu’ils représentent déjà près de 19% des personnes extrêmement pauvres du monde.

Face à la pandémie de COVID-19, les peuples autochtones connaissent un taux élevé de marginalisation socio-économique et sont plus vulnérables que d'autres à la propagation de la pandémie.

Les peuples autochtones « agissent et utilisent les connaissances et pratiques traditionnelles, telles que l'isolement volontaire et le bouclage de leurs territoires, ainsi que des mesures préventives ». En effet, le Programme de petites subventions du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) – Fonds pour l’environnement mondial (FEM), a documenté les façons ingénieuses par lesquelles les communautés autochtones et locales s'adaptent au COVID-19. Dans le cadre de notre large soutien, le PNUD accorde des subventions dans le cadre de ce programme. Le Lion’s Share, un programme du PNUD visant à soutenir la biodiversité en partenariat avec l’industrie de la publicité, nous montre comment les programmes innovants peuvent attirer l’attention sur le rôle des communautés autochtones et locales dans la préservation de la biodiversité.

Les lauréats du prestigieux Prix Équateur du PNUD présentent des solutions innovantes fondées sur la nature pour lutter contre la perte de biodiversité et le changement climatique. Par exemple, en 2019, la communauté Dayak Iban de Sungai Utik, en Indonésie, a obtenu un régime foncier légal après 50 ans de plaidoyer. Un autre exemple brillant est la communauté Shipibo de la province d'Ucayali au Pérou, qui utilise l'imagerie satellitaire et la technologie des drones pour ramener à zéro la déforestation illégale annuelle.

Mais nous devons faire plus : une importante contribution est d’aider à garantir leurs droits fonciers, comme le travail entrepris par le Gouvernement péruvien et le PNUD afin d’élargir le modèle de co-gouvernance de la communauté Tuntanain.

En soutenant les communautés autochtones, nous pouvons aider à protéger les écosystèmes et la biodiversité et lutter contre le changement climatique – un acte plus important que jamais alors que le monde commence à construire son future post COVID-19.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PNUD Dans le monde