Image: Mary Long/Shutterstock.com

 

En décembre 2017, Bloomberg avait fait la une en publiant un rapport suggérant que les équipes inclusives prenaient de meilleures décisions 87% du temps (lien en anglais). Selon le magazine, la prise de décisions était aussi plus inclusive plus rapide.

Récemment, les articles de journaux faisaient remarquer que les gouvernements ayant le mieux géré la pandémie de COVID-19 – comme la Nouvelle-Zélande, l'Allemagne et Taïwan – étaient ceux avec des femmes aux postes clés

Si une analyse plus complète sera évidemment nécessaire en temps voulu pour démontrer toute relation de causalité, un rapport du Forum économique mondial pointe déjà du doigt les conséquences de ne pas inclure les femmes dans la prise de décision du secteur de santé en période de pandémie.

Tout est cela est à prendre en compte alors que les gouvernements du monde amorcent le relèvement de la crise sanitaire et socio-économique laissée par la COVID-19.

Mais ce n'est pas nouveau. Il a fallu de nombreuses années d'action concertée de groupes de femmes et de lobbying de militantes pour que le Conseil de sécurité des Nations Unies reconnaisse le rôle clé que jouent les femmes pour assurer la paix et la sécurité dans le monde en adoptant, en octobre 2000, la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies (RCSNU 1325). Depuis lors, neuf autres résolutions sur la paix et la sécurité des femmes ont suivi. Des recherches menées sur l'impact de l'engagement des femmes dans les négociations de paix et des efforts considérables ont été déployés par ONU Femmes, la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (WILPF) et le Réseau international d'action de la société civile (ICAN) pour amener les femmes aux tables de négociations.

Cela étant, il reste de de nombreuses lacunes, en particulier l'appel à garantir que les femmes participent aux prises de décisions économiques et politiques dans les situations post-conflit. Il ne s’agit pas du fait que les femmes ne prennent pas de décisions clés dans leur communauté, mais plutôt que leurs voix ne trouvent généralement pas d’écho.

Les femmes sont le ciment qui maintient les sociétés unies dans les périodes de conflit, de déplacements forcés et de retour. Des données provenant d'Irlande du Nord, de Colombie et des Philippines montrent que le soutien aux efforts des femmes pour la consolidation de la paix au niveau local améliore la stabilité.

Pour encourager les femmes à se faire entendre, le PNUD a lancé le mois dernier une discussion en ligne en collaboration avec ONU Femmes, WILPF et ICAN, pour explorer le rôle de ces femmes artisanes de la paix dans la prise de décisions économiques et politiques post- conflit. En vigueur jusqu'au 30 juin, cette consultation externe se concentre sur trois thèmes, dont le rôle des femmes dans la réponse à COVID-19. Les résultats seront partagés à l'occasion du 20è anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU plus tard cette année, et les meilleures approches seront mises en œuvre dans les projets du PNUD à l’avenir. Nous encourageons tous et toutes à participer à cette discussion.

 

Icon of SDG 03

PNUD Dans le monde