Ces cartes ELSA du Costa Rica montrent les régions qui se prêtent à la protection, à la gestion et à la restauration en coordination avec trois conventions différentes : l'Agenda pour le développement durable (ODD), la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et la Convention sur la diversité biologique (CDB). Cartes : Open Street Map et Carto.


L'année 2020 devait être une "super année" pour la biodiversité, avec toute une série d'événements offrant l'occasion de reconnaitre le rôle central de la nature pour toute vie sur Terre. Lors de la Conférence des Nations unies sur la biodiversité (COP 15), 196 gouvernements devaient s'entendre sur les objectifs qui façonneront l'action sur la nature pour les 30 prochaines années, tandis que la Conférence des Nations unies sur le climat (COP 25) offrait une dernière occasion d'accroître l'ambition des contributions nationales déterminées (CND) pour lutter contre le changement climatique.  

Au lieu de cela, 2020 est devenue l'année où la nature a montré à l'humanité que nous avons poussé la planète jusqu'à ses limites : COVID-19, les feux de forêt, les invasions de criquets et les vagues de chaleur record montrent les effets catastrophiques du changement climatique et de l'effondrement de la biodiversité. Et ce ne sont là que des signes avant-coureurs de ce qui nous attend si l'humanité ne change pas de cap.

La Conférence des Nations unies sur la biodiversité et la Conférence des Nations unies sur le climat ayant été reportées à 2021, nous avons l'occasion de réfléchir, d'une manière impensable il y a encore six mois, aux normes individuelles, sociétales et politiques du « business as usual ». Nous devons explorer les innovations qui reconnaissent le rôle fondamental de la nature dans tout, des résultats des entreprises au bien-être de l'homme, en passant par la survie de la vie sur Terre.

Ce que l'on appelle la quatrième révolution industrielle a apporté avec elle des changements technologiques incroyables qui ont le potentiel de transformer les sociétés. Environ 2 200 satellites font aujourd'hui le tour de la Terre. Les données spatiales peuvent produire des cartes du couvert forestier et de sa disparition, des établissements humains, des bassins versants des villes et de la production agricole. La technologie géospatiale sur le terrain peut compléter cette vision, offrant un moyen de cartographier les connaissances locales et autochtones sur des écosystèmes uniques. Cela est essentiel pour lutter contre l'extinction, la destruction des écosystèmes et les zoonoses telles que COVID-19.

Le Costa Rica et l'Ouganda reconnaissent tous deux le vaste potentiel des données spatiales pour soutenir la création d'un cadre mondial de la biodiversité post-2020 pour la Convention des Nations unies sur la biodiversité, qui tire également parti des synergies avec la Convention des Nations unies sur le climat. Le Costa Rica est l'un des seuls pays au monde à être parvenu à inverser la tendance à la déforestation et il est le pionnier d'un plan de décarbonisation audacieux. L'Ouganda, qui joue un rôle de premier plan dans la conservation en Afrique, est essentiel dans la promotion de la Convention des Nations unies sur la biodiversité. Il copréside l'élaboration du cadre mondial pour la biodiversité de l'après-2020, et joue un rôle essentiel en guidant la communauté mondiale vers les engagements internationaux qui sont largement considérés comme une occasion essentielle pour les gouvernements de mettre la biodiversité sur la voie de la reprise lorsque le cadre sera adopté à la COP 15.

En partenariat avec le PNUD, la National Geographic Society, l'Université du nord de la Colombie-Britannique, le Fonds pour l'environnement mondial et The Gordon and Betty Moore Foundation, le Costa Rica et l'Ouganda ouvrent la voie, ainsi que d'autres projets pilotes en Colombie, au Kazakhstan et au Pérou, pour utiliser des données spatiales afin de cartographier les « aires essentielles à la vie » (‘Essential Life Support Areas’, ou ELSA). Il s'agit de zones qui conservent une biodiversité essentielle et fournissent aux humains de la nourriture, de l'eau et un stockage de carbone. Les ELSA peuvent déterminer les régions à protéger, gérer et restaurer en priorité.

Au Costa Rica, le PNUD, le ministère de l'environnement et de l'énergie et le Centre de haute technologie ont créé un outil web interactif qui génère des cartes des ELSA en fonction des objectifs du pays en matière de nature, de changement climatique et de développement durable.

Ces cartes permettront d'identifier les zones naturelles essentielles pour la séquestration du carbone, la beauté naturelle, l'eau et la nourriture, ou encore le patrimoine culturel, ainsi que d'indemniser les propriétaires terriens qui s'engagent dans la protection, le reboisement ou l'agroforesterie.

En Ouganda, sous la direction du PNUD et de National Environment Management Authority, les cartes ELSA montreront où les actions de protection, de gestion, de restauration et de réhabilitation de la nature peuvent soutenir les parcours, la régénération des forêts, la protection des berges des rivières et des lacs et la restauration des zones humides. Les décideurs politiques ougandais sont particulièrement intéressés par les solutions basées sur la nature pour les moyens de subsistance, la résilience au climat et la réduction des risques de catastrophes, ce qui est une priorité essentielle compte tenu des récents glissements de terrain et inondations dans le pays (en anglais).

L'approche ELSA peut guider l'élaboration, la mise en œuvre et le suivi des progrès du cadre mondial pour la biodiversité de l'après-2020 au Costa Rica, en Ouganda et dans d'autres pays du monde. Alors que la cible 1 concerne les terres et les mers dans le cadre de l'aménagement du territoire, ELSA peut aider à identifier les actions qui tirent parti des synergies entre la cible 2, sur la protection et la conservation d'au moins 30% de la planète; la cible 7 sur l'augmentation des contributions à l'atténuation du changement climatique, à l'adaptation et à la réduction des risques de catastrophe à partir de solutions basées sur la nature; et la cible 5 sur le contrôle et la gestion des espèces envahissantes.

Parmi les autres objectifs de biodiversité mondiale post-2020 auxquels ELSA peut contribuer, citons la cible 9 sur le soutien de la productivité, de la durabilité et de la résilience de la biodiversité dans les écosystèmes agricoles et autres écosystèmes gérés, et la cible 10 sur la garantie que les solutions basées sur la nature contribuent à la régulation de la qualité de l'air et à l'approvisionnement en eau pour le bien-être humain.

La cartographie des zones essentielles à la vie sera primordiale pour déterminer où les solutions basées sur la nature devraient façonner les engagements du cadre mondial de la biodiversité pour l'après-2020. En utilisant ELSA pour réaliser des scénarios avant d'entamer des négociations ou de fixer des objectifs politiques, les pays peuvent voir ce qui est réalisable.

COVID-19 a peut-être repoussé l'établissement du cadre mondial de la biodiversité pour l'après-2020 et l'accord final sur les CDN jusqu'en 2021, mais nous devons agir maintenant sur la perte de biodiversité. Pour mettre un terme à la sixième extinction massive, il faut protéger au moins 30% de la planète d'ici 2030. Une tâche colossale, mais le Costa Rica, l'Ouganda et leurs homologues montrent la voie.

PNUD Dans le monde