Ce que Singapour peut nous apprendre pour répondre au COVID-19

Posted 25 mars 2020

 

Si Singapour a été l'un des premiers pays touchés par le coronavirus COVID-19, son intervention rapide - comprenant des incitations financières pour travailler à domicile, des chatbots (intelligence artificielle conversationnelle), et une chaîne nationale WhatsApp pour informer ses citoyens - a reçu les éloges de l'Organisation mondiale de la santé et des scientifiques (en anglais).

Cette réponse au COVID-19 a été grandement facilitée par les vastes efforts de transformation numérique de la cité-état qui se sont accélérés dès 2014 et le lancement de l'initiative Smart Nation Singapore (en anglais).

Cette approche numérique a jusqu’ici répondu efficacement aux quatre stades d’une épidémie : la surveillance, la prévention et le confinement, le diagnostic et enfin, le traitement.

 

Des « identités numériques »

La surveillance d’une maladie consiste avant tout à en identifier la source. À Singapour, le gouvernement a employé une méthode de dépistage par le biais de la technologie. Notre « signature numérique », ou l’empreinte que nous laissons par nos interactions quotidiennes avec les technologies numériques – tels que des retraits en espèces ou nos paiements par carte – a été suivie pour identifier celles et ceux ayant pu être en contact avec des personnes infectées par le coronavirus. Néanmoins, tout contrôle de ce type doit être fondé sur un engagement de responsabilité et de transparence.

Des données géographiques et démographiques sur les cas d’infections confirmés ont également été publiées en ligne afin de limiter la panique et d'encourager ceux pensant être infectés à se faire diagnostiquer.

Mais une surveillance étendue n’est pas toujours efficace ; il est également nécessaire d’empêcher la transmission et d’assurer le confinement des personnes infectées pour stopper une éventuelle propagation.

C’est pourquoi Singapour a mis en place un large éventail d'interventions numériques visant à améliorer la santé publique. Cela comprend des outils en ligne informant les citoyens d’où se procurer des masques chirurgicaux délivrés par le gouvernement (MaskGoWhere – en anglais) et indiquant les cliniques et hôpitaux spécialisés dans les maladies respiratoires (FluGoWhere – en anglais). En quelques jours seulement, ces deux sites ont reçu plus d’1,4 million de visites.

 

Informer face au COVID-19

Toujours en rapport avec la sensibilisation et l’information sur le virus, le gouvernement a mandaté l'utilisation des SMS et des plateformes Web pour s’assurer que les personnes en quarantaine restent bien chez elles. En parallèle, une chaine nationale WhatsApp compte déjà plus de 630 000 abonnés, et les chatbots pour entreprises et particuliers ont répondu à plus de 75 000 requêtes liées à COVID-19.

La technologie a aussi joué un rôle clé dans le diagnostic du COVID-19. L'essai d'un capteur de température piloté par intelligence artificielle sur smartphone (en anglais) permet d’augmenter considérablement le nombre de prise de température possibles. Son succès l’a fait passer à plus grande échelle dans les principaux espaces publics en quelques jours seulement.

Le gouvernement a également misé sur la R&D pour développer ses propres kits de test, diminuant ainsi le temps de traitement des résultats et permettant de tester les cas suspects dans des endroits prioritaires tels que les aéroports. Une communication efficace a également joué un rôle important, notamment pour combattre la désinformation.

 

Une réponse sur le court et le long terme

Les efforts visant à aboutir à un traitement contre le COVID-19 à Singapour peuvent être répartis sur le court et le long terme. Sur le court terme, le pays se concentre sur la recherche d'options de traitement efficaces, notamment en restant attentif aux nouveaux médicaments et vaccins potentiels.

À plus long terme, le gouvernement s'attaque également aux contrecoups du COVID-19, avec notamment, un relâchement des clauses d'embauche dans les secteurs manufacturiers et de services et des efforts de requalification dans les secteurs particulièrement touchés par la pandémie.

Le Centre mondial pour la technologie, l'innovation et le développement durable du PNUD (en anglais) à Singapour, a étudié cette réponse de l’État de près.

 

Des implications mondiales

Nous travaillons en partenariat avec le bureau du programme Smart Nation à Singapour pour mieux comprendre les principes fondamentaux du plan d’intervention de la cité-état et en saisir les implications potentielles pour notre travail dans le reste du monde.

Les leçons en temps réel comme celles-ci continueront de façonner la riposte mondiale aux maladies, en particulier à mesure que la pandémie se propage.

Des études (en anglais) ont souligné que près de 3 fois le nombre de cas de actuels de COVID-19 aurait dû être détectés dans le monde, et donc mieux gérés, si tous les pays en proie au virus avaient adopté la même approche.

La réponse de Singapour s’est appuyée sur des bases numériques solides et a été stimulée par les efforts conjoints de personnes, de start-ups et d’institutions. La technologie a beau ne pas être un remède universel, elle peut catalyser le talent humain, le dévouement et le leadership lorsqu'elle est appliquée de manière stratégique. Il est donc important de considérer cela dans notre lutte contre le COVID-19, et dans nos réponses futures à d'autres défis mondiaux.