Le PNUD appelle à une plus forte participation communautaire pour lutter contre Ébola

13 oct. 2014

Ebola awareness training in session in Monrovia, Liberia. Credit: Kate Wingard

 De hauts responsables du PNUD se rendent dans des centres de traitement pour faire le point sur les conditions de vie et les projets menés dans les quartiers pauvres

Freetown, Sierra Leone – Des associations locales détiennent la clé pour vaincre le virus Ebola en Sierra Leone, en Guinée et au Libéria, ont déclaré les hauts responsables des Nations Unies pour le développement à l’issue de leur visite à Freetown.

« Ce que nous observons ici, à Freetown, c’est un formidable esprit d’autonomie qui gagne les cœurs et les esprits dans la lutte contre cette maladie dévastatrice. Il faut d’urgence appuyer cet effort et le développer encore davantage pour mettre un terme à la crise » a déclaré Magdy Martínez Solimán, Sous-Secrétaire général de l’ONU et Directeur du Bureau des politiques et d'appui aux programmes du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

« Les communautés sont fortement mobilisées et nous œuvrons activement à leurs côtés et avec les autorités nationales pour intensifier les efforts mais aussi pour réintégrer les survivants, remettre le pays sur la voie du développement, et au bout du compte, parvenir au relèvement et renforcer les moyens de subsistance. Nous allons vaincre cette crise » a-t-il ajouté.

Le 11 octobre, la délégation a rencontré des responsables communautaires de Mabella, une région pauvre et surpeuplée de Freetown, et elle s’est entretenue avec un groupe de 200 volontaires parrainés par le PNUD qui mènent des activités éducatives et auprès des populations locales. Dans le cadre cette initiative communautaire, qui a permis d’approcher d’ores et déjà 500 000 personnes, le PNUD travaille en collaboration avec l’ONG nationale One Family People pour venir en aide à 45 centres de personnes handicapées à travers le pays.

Des hommes et des femmes souffrant de différents handicaps s’occupent de faire imprimer des brochures en braille, de transmettre des messages par le chant à leurs pairs aveugles et de lutter contre la stigmatisation. Le PNUD collabore aussi avec 1 000 chauffeurs de motos-taxis (Okada riders) qui distribuent des kits hygiéniques et expliquent à leurs clients comment éviter de contracter la maladie.

Outre ce programme de participation communautaire, le PNUD en Sierra Leone travaille en collaboration avec les forces armées dans la capitale qui se chargent d’appliquer les procédures opérationnelles standard aux points de contrôle, de la mise en quarantaine et des zones de dépistage, dans le respect des droits de l’homme et des besoins physiques comme l’accès à la nutrition et à l’eau.

La crise Ebola en Sierra Leone a perturbé la production et le commerce de produits alimentaires ainsi que d’autres biens, a paralysé les affaires et a privé des milliers de femmes et d’hommes de soins de santé. L’agriculture, l’exploitation minière, la construction et les services sont les secteurs les plus touchés.

A Freetown, la fermeture de pratiquement tous les bars, restaurants et night-clubs est la manifestation la plus visible de l’épidémie. En conséquence, le plus grand brasseur du pays a été contraint de réduire sa production, et ce sont 24 000 emplois qui ont été supprimés dans la chaîne d’approvisionnement. Selon le PNUD, ce nombre n’est qu’une infime partie des emplois qui seront perdus au cours de la crise.

La délégation du PNUD en Sierra Leone a rencontré les hauts responsables gouvernementaux,  notamment le Président Koroma ; les responsables du Bureau de la sécurité nationale de la Sierra Leone, ainsi que le Coordonnateur national des opérations de lutte contre le virus Ebola ; et des représentants internationaux dont Paul Farmer, Conseiller spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour les leçons de la médecine communautaire. La délégation a également visité un centre de traitement de la fièvre Ebola à Lakka, dans la banlieue de Freetown.

La délégation se trouve en ce moment au Libéria, et se rendra à Dakar le 14 octobre pour rencontrer le Directeur du PNUD pour l’Afrique, Abdoulaye Mar Dieye et les directeurs régionaux des organismes des Nations Unies. M. Dieye s’est aussi rendu à Accra au Ghana, où a été créée la nouvelle Mission des Nations Unies pour l'action d'urgence contre l'Ebola (UNMEER).

Il a rencontré, vendredi, le Président ghanéen John Dramani Mahama - également Président de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) - pour débattre des efforts que doivent déployer les Nations Unies pour lutter contre la crise en Afrique de l’Ouest. Le Président Mahama a indiqué qu’il fallait intensifier rapidement l’intervention d’urgence dans les pays les plus touchés par le virus.

Pour en savoir plus, veuillez contacter

Nicolas Douillet, Chargé de communication, PNUD Afrique
Tel: +1.917.701.1520 - Email: nicolas.douillet@undp.org

Sandra Macharia, Conseillère régionale en communication, PNUD New York
Tel: +1.212.906.5377 - Email: sandra.macharia@undp.org

PNUD Dans le monde