Le déminage est essentiel à la relance de l'économie irakienne

6 avr. 2009

Bagdad - Les champs pétrolifères et les terres agricoles irakiennes sont contaminés par quelque 20 millions de mines antipersonnel et 2,66 millions de bombes à sous-munition, ce qui ralentit la reprise économique, d’après les chiffres publiés par le gouvernement.

En honneur de la Journée internationale des Nations Unies pour la sensibilisation aux mines et l’assistance à la lutte antimines, le gouvernement irakien et les Nations Unies se sont engagés à accélérer les activités civiles de déminage, afin de libérer plus de terres et de protéger les civils irakiens contre les dangers des mines.

« Le déminage est un élément clé dans un dispositif plus large visant à relancer l’économie irakienne », a déclaré David Shearer, Représentant spécial adjoint du Secrétaire général de l’ONU et Représentant résident du PNUD en Irak. « Les mines limitent l’accès des agriculteurs à leurs terres, empêchent d’améliorer la production de pétrole et mettent la vie des civils en danger. Nous saluons avec force le gouvernement irakien qui s’est à nouveau engagé à mettre en œuvre le Traité d’Ottawa, et nous appuierons ses efforts en priorité. »

On estime que les terres contaminées couvrent plus de 1 730 kilomètres carrés, ce qui affecte la vie de plus d’1,6 million d’Irakiens dans quelque 4 000 communautés. L’Irak a signé le Traité d’interdiction des mines qui est entré en vigueur dans le pays en février 2008. Depuis, une vingtaine de kilomètres carrés ont été déminés par des organisations nationales et internationales et 276 658 personnes ont pu suivre des formations de sensibilisation aux mines lors d’activités appuyées par l’UNICEF.

« L’Irak est un des pays les plus contaminés au monde par les mines, munitions non explosées et autres débris de guerre », reconnaît Son Excellence Narmin Othman, ministre de l’Environnement. « Le déminage est essentiel et urgent. Nous avons l’intention d’améliorer la coordination en la matière au sein du gouvernement et sommes confortés par l’appui international qui nous est offert. »

On estime aussi qu’environ un million d’enfants sont concernés par les mines et munitions non explosées. Environ 2 000 enfants (un quart de toutes les victimes) ont été mutilés ou tués par des sous-munitions depuis 1991.

« Les jeunes Irakiens paient un prix catastrophique pour la contamination du pays par des mines et munitions non explosées », déplore Sikander Khan, Représentant de l’UNICEF en Irak. « Il ne s’agit pas seulement de blessures physiques. Ils se voient privés de la possibilité d’aller à l’école, de jouer en toute sécurité et de vivre une enfance heureuse. »

Depuis 10 ans, l’UNICEF appuie le « Programme d’éducation aux dangers des mines » en Irak. Deux millions de personnes ont reçu des informations et des outils de prévention sur les dangers des mines et des débris de guerre explosifs. Le PNUD coordonne les activités de déminage en Irak et appuie le gouvernement irakien et les autorités civiles en charge du déminage avec la mise en place de capacités opérationnelles de déminage et l’élaboration d’un cadre règlementaire et de coordination des activités de déminage.

Contacts Pour de plus amples informations, veuillez contacter :
Paal Aarsaether, PNUD Irak, paal.aarsaether@undp.org, +962¬ 79 7204 209

Jaya Murthy, UNICEF Irak, jmurthy@unicef.org, +962¬ 79 692 6190

Juliette Touma, Bureau du Représentant spécial adjoint du Secrétaire général/ Coordonnateur humanitaire pour l’Irak, toumaj@un.org, +962¬ 77 672 9707

PNUD Dans le monde