Prêt et technologies économes en énergie transforment l'Ethiopie rurale

Femmes rurales en Ethiopie
Femmes à l'extérieur d'un moulin à grain financé par le projet. Photo: FIDA / Alberto Conti

Pour Kimiyaa Umar, 35 ans et mère de six enfants, gérer une entreprise viable était un rêve impossible jusqu'à ce qu'elle obtienne un prêt sans intérêt de 3 000 birr (140 dollars américains) et suive une formation à l'entrepreneuriat.

« Nous avons été sélectionnées parmi les plus démunies.  Nous n'avions ni le capital ni les connaissances requises pour gérer une entreprise. Aujourd'hui, nous sommes considérées comme des modèles dans notre village, » explique Umar, qui dirige un groupe de 13 femmes parmi les quelque 20 000 qui ont bénéficié du programme à travers l'Éthiopie.

Le programme réunit six agences des Nations Unies - le PNUD, l'OIT, ONU Femmes, l'UNESCO, UNICEF et le FNUAP - pour appuyer le Gouvernement éthiopien dans ses efforts d'amélioration des conditions de vie des femmes et des filles.

Il cible les femmes des milieux ruraux et urbains dans l'ensemble des 11 régions du pays, pour renforcer la sécurité alimentaire et l’accès a l'éducation; développer les capacités des institutions fédérales et locales et promouvoir le leadership et la prise de décision, entre autres.

Rendu possible grâce aux contributions financières des Gouvernements suédois et norvégien, le programme octroye des prêts sans intérêt aux femmes qui ont de faibles revenus, tout en favorisant le développement de leurs compétences entrepreneuriales. Lorsque les femmes remboursent le crédit, l’argent est utilisé comme fonds renouvelable pour d'autres femmes.

Kimiyaa et son groupe investissent maintenant leur épargne dans une coopérative de foyers de cuisson économes en énergie.

« Avant de recevoir l'argent du prêt, nous avons suivi une formation sur la mise en place et la gestion d’une entreprise, ainsi que les avantages de l’épargne. Nous avons toutes commencé à créer des entreprises et à présent que nous avons fini de rembourser nos crédits, nous mis suffisamment d’argent de côté pour investir, » dit-elle.

Les membres du groupe utilisent ces foyers dans leur propre cuisine et elles partagent la technologie avec d'autres villages pour que d’autres femmes puissent en bénéficier. La coopérative, créée il y a un an, compte actuellement 60 membres et dispose d’un capital total de 40 000 birrs (2 000 dollars américains).

Il y a un an, Kimiyaa n'avait pas les moyens d'acheter des fournitures scolaires pour ses enfants. Ces derniers ne pouvaient pas étudier le soir, leur seule source de lumière provenant d'une lampe à kérosène de fabrication locale. Grâce à son commerce, Kimiyaa est parvenue à acheter une lampe solaire.

Le prêt l'a également aidée à se lancer dans l’élevage de chèvres et à augmenter ses bénéfices.

Kimiyaa souligne le fait que le programme a aidé les membres de la coopérative à changer les choses au niveau communautaire en peu de temps, et les a incités à travailler davantage.

« Plus de 200 femmes de notre village ont suivi notre exemple et ont commencé à épargner. Elles nous demandent conseil. Si nous misons davantage sur ces femmes, nous apporterons des changements durables, » dit-elle.

Femmes rurales en Ethiopie
Gauche: Les membres du groupe ont pu acheter des chèvres et des moutons avec un prêt de 3 000 birrs. Droite: Mrs. Tadelech tisse des paniers artisanaux. Photo: ONU Femmes/Fikerte Abebe

PNUD Dans le monde