L'Inde met du soleil dans les cuisines

Slide
Photo: Prashanth Vishwanathan/PNUD Inde
Slide
Photo: Prashanth Vishwanathan/PNUD Inde
Slide
Photo: Prashanth Vishwanathan/PNUD Inde
Slide
Photo: Prashanth Vishwanathan/PNUD Inde
Slide
Photo: Prashanth Vishwanathan/PNUD Inde

Une demi-heure avant le déjeuner et l'arrivée en masse de 650 garçons affamés, Raja, le chef cuisinier de la résidence étudiante de la Mission Ramakrishna à Chennai, contrôle la situation : il doit préparer 120 kilos de riz à chaque repas pour combler l’appétit des garçons orphelins et démunis qu’accueille le pensionnat. Il dispose pour cela d’un système de cuisson vapeur novateur fonctionnant à l'énergie solaire.

En 2013, l'institution caritative vieille de 109 ans a investi dans un système de chauffage à l'énergie solaire qui peut alimenter les cuisines et permet ainsi de remplacer les combustibles fossiles par une source d'énergie alternative propre.

Ce système de chauffage solaire a bénéficié du soutien d'un partenariat entre le PNUD et le Ministère des énergies nouvelles et renouvelables du gouvernement indien. Lancé en 2012 et financé par le fonds pour l'environnement mondial, le projet encourage l'utilisation de la technologie solaire dans toute une série d'entreprises, d'établissements commerciaux et d'institutions religieuses et philanthropiques. Il vise à promouvoir et développer un marché viable et stable afin de limiter ou abandonner l'utilisation des carburants traditionnels qui dégradent l'environnement.

A retenir

  • La Mission a pu diviser par 2 sa consommation de mazout et réduire ses dépenses d'environ 8 000 dollars US par an
  • Depuis 2012, 10 469 m2 de systèmes ont été installés, permettant d'économiser 645 tonnes de mazout et de réduire les émissions de CO2 de près de 3000 tonnes par an
  • Au cours des 3 prochaines années, 45 000 m2 de systèmes seront installés, permettant ainsi l'économie de 39 200 tonnes d'émissions de CO2

Les systèmes de cuisson alimentés à l'énergie solaire tels que ceux qui ont été installés à la Mission nourrissent déjà plus de 10 millions de personnes. Ces deux dernières années, le taux d'installation de systèmes de chauffage fonctionnant à l'énergie solaire a plus que doublé dans le pays.  Depuis 2012, 10 469 mètres carrés de systèmes ont été installés, permettant d'économiser l'équivalent de 645 tonnes de mazout et de réduire les émissions de CO2 de 2976 tonnes par an.

Le système installé à la Mission a été judicieusement conçu pour pouvoir tirer le maximum de chaleur du soleil et transformer en permanence l'eau en vapeur, laquelle est ensuite conduite jusqu'à un accumulateur puis, de là, jusqu'aux cuisines. L'accumulateur est ici une innovation majeure, en ce qu'elle permet de stocker la vapeur non utilisée dans un grand réservoir bien isolé, sous forme d'eau chaude à haute pression.

Cette technologie innovante permet non seulement de cuisiner plus rapidement, grâce à une alimentation continue en vapeur d'eau à une pression optimale constante, mais la chaleur peut également être utilisée à tout moment pour cuisiner, ce qui présente un grand intérêt pour une institution comme la Mission, qui fournit jusqu'à 3 000 repas par jour. Cette technologie s'est aussi avérée précieuse à d'autres égards, puisqu’elle a divisé par deux la consommation de mazout et réduit les dépenses d'environ 8 000 dollars US par an.

Le système n'émet aucune vapeur toxique ni fumée suffocante et prend très peu de place. Son entretien est simple, et son dispositif d'enregistrement des données en ligne, qui a pu être installé grâce à une subvention du projet, permet le contrôle de l'énergie produite à distance. Le suivi informatisé des paramètres garantit un fonctionnement optimal des systèmes et les dispositifs de sécurité assurent une exploitation sans risques.

«Nous sommes pleinement satisfaits», déclare Frère Chandrasekaran, responsable du projet à la Mission. «Nous avons considérablement réduit notre dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles, sans produire de pollution».

Swami Satyajnanananda, le secrétaire de la résidence étudiante, met en évidence d’autres bénéfices: «Nous avons pu offrir à nos jeunes étudiants une technologie respectueuse de l'environnement, ce qui est très important pour l'avenir».

Le projet a aussi organisé 40 ateliers de sensibilisation auxquels 900 personnes ont participé à travers différents États. Il a passé des annonces publicitaires dans les quotidiens, et  soutenu la publication de revues, bulletins périodiques et d’un site Web sur le sujet (www.cshindia.in).

Au cours des trois prochaines années, le projet ambitionne d'installer 45 000 mètres carrés de systèmes à travers toute l'Inde, permettant ainsi l'économie de 39 200 tonnes d'émissions de CO2 et de 3,15 millions de litres de mazout chaque année.

PNUD Dans le monde