La biodiversité au service du développement durable

15 oct. 2014

     Notre portefeuille sur la biodiversité et les écosystèmes est le plus important à travers le système des Nations Unies. ©Aude Rossignou / PNUD Burundi

La biodiversité et les écosystèmes sont à la base de toute forme de vie sur terre. Pourtant, les niveaux de déforestation et de dégradation des zones humides, des prairies et des écosystèmes demeurent très alarmants.

Les forêts et les écosystèmes assurent la bonne qualité de l’air et de l’eau potable. Les terres fertiles permettent d’avoir nourriture et médicaments. Les marais et les mangroves sont des remparts contre les catastrophes naturelles. Nous dépendons de la nature pour survivre et la nature est vitale pour le quotidien de millions de populations pauvres à travers le monde.

Une réunion d’importance majeure se tient en ce moment en République de Corée pour faire le point sur l’avenir de la diversité des formes de vie sur terre. A l’occasion de la 12ème Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique, des ministres et des représentants de plus de 190 pays étudient les meilleurs moyens de protéger l’environnement. Les discussions portent sur le développement durable dans le monde, en faisant l’inventaire des progrès réalisés en matière de conservation, de durabilité et de partage équitable des avantages que peut offrir la biodiversité.

Les pays doivent renouveler leur engagement à l’égard des « Objectifs d’Aichi »  découlant de la Convention sur la diversité biologique. Ces objectifs ont été approuvés en 2010 et doivent être atteints d’ici à 2020. Ils appellent à agir rapidement pour mettre un terme à la perte de la biodiversité, en s’attaquant à ses causes sous-jacentes, en réduisant les pressions exercées sur la biodiversité, et en promouvant son utilisation durable. 

La Convention a aussi pour objectif de garantir les avantages de la biodiversité à tous, y compris les femmes, les communautés autochtones et les populations pauvres. Ce qui nécessite d’appuyer davantage la planification nationale participative et le renforcement des capacités des gouvernements, de manière à leur donner davantage de moyens pour garantir la conservation de la biodiversité. Faute d’écosystèmes riches et diversifiés, le développement ne sera pas durable.

Heureusement, les pays du monde entier progressent vers un consensus sur la mise en place d’un nouvel agenda pour le développement durable. Il s’agit d’accélérer les progrès économiques et sociaux, tout en conservant la biodiversité et en assurant un équilibre entre l’utilisation des terres et les ressources naturelles pour maintenir les moyens de subsistance et assurer la survie.

Ce nouvel agenda est une occasion unique pour unir les pays du monde entier autour d’un ensemble d’objectifs véritablement transformationnels. Assurer le développement durable offre de formidables possibilités, mais ne pas le faire entraînerait aussi des risques et des coûts élevés. On peut en dire autant pour l’investissement dans la biodiversité et la réponse aux changements climatiques, car moins on investira dans le long terme, plus fort en sera le prix à payer plus tard. 

Le PNUD apporte sa contribution. Notre portefeuille sur la biodiversité et les écosystèmes est le plus important de tout le système des Nations Unies. Nous avons contribué à gérer plus de 500 projets dans 146 pays, notamment des projets dans environ 2000 zones protégées. Nous avons aussi encouragé l’adaptation aux changements climatiques et leur atténuation dans 70 pays. 

Il faut profiter de l’élan donné par cette conférence pour garantir la mise en place de politiques, de programmes et de financements pour sauvegarder les écosystèmes, les espèces et la diversité génétique à travers le monde. 

Investir dans et protéger la biodiversité, c’est investir dans l’avenir de notre planète.

PNUD Dans le monde