La contraction économique prévue pour 2020 à la suite de la pandémie toucherait de manière disproportionnée les pauvres et les vulnérables, les petites entreprises et les entreprises informelles, ainsi que les petits producteurs agricoles. Photo : PNUD Zimbabwe.

 

Harare, Zimbabwe –  L'économie du Zimbabwe s'est contractée de quelque 6,5 % en 2019, et la Banque mondiale prévoit une nouvelle contraction de 5 à 10 % en 2020 en raison de la pandémie. Ce serait désastreux, car cela toucherait de manière disproportionnée les pauvres et les vulnérables, les petites entreprises et les entreprises informelles, ainsi que les petits producteurs agricoles, selon l'évaluation. Le ralentissement des importations pourrait provoquer des pénuries et une inflation galopante, décourageant les investissements indispensables et aggravant la pauvreté généralisée parmi les 14 millions de personnes au Zimbabwe.

La production de minerais pourrait chuter de 60 % rien qu'au cours du premier trimestre de 2020, les entreprises réduisant leur production, ce qui signifie une perte potentielle de 400 millions de dollars de recettes, tandis que le tourisme et les envois de fonds étrangers - tous deux vitaux pour l'économie - s'effondrent.

La COVID-19 risque également de submerger le secteur de la santé du Zimbabwe, fragile et sous-financé, qui emploie 1,6 médecin et 7,2 infirmières pour 10 000 personnes, soit bien moins que les recommandations de l'OMS, et qui est fréquemment perturbé par des grèves. Et comme quelque 59 % de la population est déjà en situation d'insécurité alimentaire, les ralentissements mondiaux devraient provoquer une augmentation de la malnutrition, des retards de croissance, de l'émaciation et des maladies.

 

Nos recommandations, qui serviront de base aux programmes et aux politiques en réponse à la pandémie, comprennent:

  • Stopper la propagation de COVID-19 par des mesures telles que la réduction de la mobilité des personnes.
  • Maintenir les petites entreprises et certaines entreprises formelles plus établies en activité même pendant la fermeture.
  • Investir dans les services de base tels que l'eau et l'assainissement et veiller au strict respect des pratiques, notamment l'utilisation de masques faciaux, le lavage régulier des mains et la distanciation sociale.
  • Mobiliser des ressources supplémentaires en s'attaquant d'urgence aux flux financiers illicites provenant du pays, en particulier du secteur extractif.
  • Renforcer le système de santé en s'attaquant au manque chronique de financement et à la pénurie de travailleurs de la santé formés et motivés ; améliorer la prestation des services et l'accès aux médicaments et fournitures essentiels ; renforcer le système d'information sur la santé ; et promouvoir une bonne gouvernance dans le secteur.
  • Atténuer les souffrances d'une grande partie de la population pauvre et vulnérable, comme les petits agriculteurs, les petits commerçants et les personnes vivant avec le VIH et le sida, grâce à des transferts sociaux ciblés.
  • Rendre le prêt plus abordable et promouvoir l'esprit d'entreprise.
  • Promouvoir la bonne gouvernance et le respect des droits de l'homme.

 

Soutien sur le terrain

Au niveau des pays, le PNUD a alloué un soutien de 35,9 millions de dollars US par la mobilisation des ressources et la reprogrammation des fonds. Le Fonds Mondial a approuvé un montant de 4,1 millions de dollars US pour l'achat d'équipements de protection individuelle (EPI) afin d'assurer une préparation et une intervention adéquates et rapides, tandis que des fonds supplémentaires permettront de verser une prime de risque aux travailleurs de la santé de première ligne qui courent un risque élevé de contracter la maladie et d'augmenter les capacités de diagnostic et de laboratoire des établissements de santé nationaux.

Afin d'assurer la continuité des activités dans un contexte de verrouillage et de restrictions connexes, le PNUD et d'autres agences des Nations unies fournissent un soutien à la gouvernance électronique pour les fonctions essentielles des pouvoirs exécutif, judiciaire et législatif du pays et par les principales commissions constitutionnelles. Par le biais de sa plateforme Youth Connekt, le PNUD s'efforce également de sensibiliser, de promouvoir des mesures de prévention et d'informer le public sur la recherche des contacts et la pratique d'une hygiène adéquate. 

Le PNUD développe également ses efforts pour mettre les victimes de la violence sexiste en contact avec les services essentiels et soutenir le traitement et la prévention du VIH/sida, et travaille avec plus de 870 000 petits exploitants agricoles pour étendre la surveillance des maladies au niveau de la communauté, soutenir les centres d'isolement et sensibiliser le public aux moyens d'éviter de contracter ou de propager la COVID-19.

Pour mieux reconstruire, le PNUD travaille avec la Banque mondiale et d'autres agences des Nations unies pour évaluer les impacts socio-économiques potentiels, faire des recommandations et fournir des orientations politiques au processus de relèvement. L'agence explore également des modèles alternatifs de distribution alimentaire avec le secteur informel afin de soutenir les activités clés tout en adhérant aux mesures d'atténuation de la COVID19 telles que la sécurité des transports et des marchés.

 

Icon of SDG 03

PNUD Dans le monde