Dans une école jamaïcaine, les élèves utilisent la collecte de l'eau de pluie pour leur jardin - une méthode efficace pour s'adapter au changement climatique. Photo : PNUD Jamaïque/Tori Repole

 

Partout dans le monde, les citoyens sont plus engagés que jamais dans la lutte contre les changements climatiques. Nous assistons à l’organisation de marches et de manifestations d’envergure, ainsi qu’à la formation de coalitions en faveur du climat sur tous les continents.

Le message de ces mouvements est clair : il faut faire quelque chose.

Mais comment traduire cet appel à « faire quelque chose » en conseils politiques concrets à l'intention des dirigeants du monde ? Après tout, « faire quelque chose » peut recouvrir plusieurs sens différents. Et toutes les politiques ne se valent pas.

Il nous faut complètement changer notre façon de travailler. Il nous faut faire des choix audacieux et urgents. Et la seule façon d'y parvenir est d’amener des millions de personnes à discuter des options existantes pour assurer un avenir meilleur. En d'autres termes, pour éclairer les dirigeants de la planète sur le type de changement que souhaitent les citoyens, il faut avant tout aller vers ces derniers et recueillir des données sur ce qu’ils pensent de l'action climatique.

Force est de constater, à la lumière de mon expérience dans le domaine des changements climatiques, qu'il y a parfois un fossé entre les citoyens qui appellent à l'action et les choix audacieux que les dirigeants du monde doivent opérer. C'est pourquoi, dans le cadre de la Promesse climatique du PNUD, nous avons lancé en février 2020 la campagne Mission 1.5 - un jeu éducatif sur les changements climatiques. Ce jeu mobile, court et simple, a permis aux participants de choisir les solutions climatiques qu'ils souhaiteraient voir adoptées par leur gouvernement.

Mission 1.5 donnait aux joueurs la possibilité de se renseigner sur leurs choix politiques en matière de changements climatiques dans six catégories différentes : énergie, économie, transports, protection des populations, agriculture et alimentation, et nature.

Nous voulions aller à la rencontre des gens là où ils sont, soit de plus en plus souvent sur leur téléphone, en train de jouer. Alors, nous avons pensé : « Et si nous créions un jeu où le joueur incarne un chef d'État ? » Et si nous pouvions demander aux gens : « Si vous étiez la personne la plus puissante dans votre pays, que feriez-vous en matière de climat ? Privilégieriez-vous de protéger les forêts et l'océan, de faire voler des avions propres, d’instaurer des pratiques agricoles durables ? » Et si nous prenions tous ces modèles et les mettions à la disposition des gouvernements ?

C’est ainsi que le Vote populaire pour le climat a vu le jour.

Au cours de l'année écoulée, un grand nombre de personnes ont participé à notre jeu, répondu aux questions posées et voté sur leurs priorités.

Avant d'examiner certains des résultats, voici trois choses importantes à retenir :

·      Le Vote populaire pour le climat est la plus grande enquête d'opinion jamais réalisée. « Le sondage a porté sur 50 pays, représentant 56 % de la population mondiale âgée de plus de 14 ans, soit environ 1,2 million de répondants ». Les données recueillies par le PNUD ont ensuite été traitées par l'université d'Oxford.

·      Une approche de sondage innovante et originale a été utilisée dans le cadre du Vote populaire pour le climat. Ainsi, les questions ont été diffusées au moyen de d’invitations uniques intégrées dans des jeux mobiles à travers le monde entier. Par exemple, lorsqu'une personne jouait à un jeu tel que Words with Friends ou Angry Birds, la publicité habituelle était remplacée par une invitation à participer à l'enquête. Ce qui a permis de constituer un immense échantillon aléatoire. À notre connaissance, cette méthode n'a jamais été tentée.

·      Les données obtenues dans le cadre de l'enquête ont permis à bon nombre de pays de disposer pour la première fois de résultats de sondage similaires. L’enquête a également permis de toucher des centaines de milliers de jeunes, un public difficile à atteindre avec les méthodes de sondage traditionnelles et qui ne peut généralement pas encore voter aux élections. Ce faisant, nous espérons donner aux citoyens leur mot à dire sur l'action climatique, et fournir aux gouvernements des éléments pouvant éclairer les décisions cruciales qu’ils prennent en matière de climat et de relèvement face à la COVID-19.

Quatre conclusions de l'enquête

1.      La majorité des citoyens estiment que nous sommes dans une situation d'urgence climatique. À la question « Pensez-vous que les changements climatiques sont une urgence mondiale », 64 % des participants ont répondu par l'affirmative.

2.      Ailleurs dans l'enquête, nous avons énuméré 18 options de politiques climatiques et demandé aux participants de choisir jusqu’à trois préférences. Voici les quatre politiques climatiques les plus populaires.

·    Préservation des forêts et des terres (54 %)

·    Investissement dans les énergies solaire, éolienne et renouvelables (53 %)

·    Promotion de techniques agricoles respectueuses du climat (52 %)

·    Investissement dans les entreprises et emplois verts (50 %)

3.      Une autre constatation importante de l'enquête est que le niveau d’études fait une énorme différence. Nos données ont montré que le facteur sociodémographique le plus corrélé avec la conviction que les changements climatiques constituent une urgence et qu'il est nécessaire d'agir pour le climat est le niveau d’éducation.

4.      La prochaine génération est porteuse d’espoir. Dans tous les pays, les jeunes (de moins de 18 ans) sont plus nombreux que les personnes plus âgées à considérer les changements climatiques comme une urgence (69 %). Cependant, les autres groupes d'âge n'étaient pas loin derrière, 65 % des répondants âgés de 18 à 35 ans, 66 % de ceux âgés de 36 à 59 ans et 58 % des plus de 60 ans partageant le même avis.

Pour en savoir plus sur les conclusions du rapport, veuillez consulter 10 enseignements majeurs à retenir du soutien du public aux politiques climatiques (en anglais).

Réflexions

Ce que nous avons vu au cours de l'année écoulée confirme ce que je sais déjà : les citoyens se soucient de leur avenir et veulent que les dirigeants du monde les écoutent. Si nous parvenons à faire entendre suffisamment de voix, nous savons que ceux-ci seront attentifs.

Suite à la publication de nos résultats, les citoyens peuvent aller en ligne, voir comment leur pays a voté et engager un dialogue avec leur gouvernement.

Le Vote populaire pour le climat est un nouveau moyen d'éduquer les gens sur les changements climatiques et de les rapprocher davantage des personnes qui prennent les décisions difficiles.

Les dirigeants de la planète sont confrontés aux décisions les plus importantes de leur vie. Ce qu'ils décident de faire concernant le climat conduira soit à une planète plus risquée et plus instable, soit à un avenir plus prospère et plus durable pour nous tous.

Les choix que nous opérons aujourd'hui en tant que nations, en tant que planète, en tant qu'humanité, affecteront chaque génération à venir. A l'Organisation des Nations Unies, nous sommes prêts à assumer notre part de responsabilité.

Icon of SDG 03 Icon of SDG 06 Icon of SDG 07 Icon of SDG 11 Icon of SDG 13 Icon of SDG 17

PNUD Dans le monde