Magdy Martínez-Solimán : Remarques à l'événement de la RDC et de l’Initiative pour la Forêt d’Afrique Centrale (CAFI) à la COP 22, Marrakech

15 nov. 2016

Excellences, chers panélistes, collègues du Secretariat de l’Initiative pour la Forêt d’Afrique Centrale (CAFI), permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue.

Depuis 2009, la RDC est un pays phare de la REDD+. Non contente de posséder la deuxième plus vaste forêt tropicale au monde, elle s’est imposée comme leader dans de nombreux domaines.

L’année 2016 a été des plus remarquables :

  • Sur la base du consensus national, validé par la Primature, de stabiliser son couvert forestier à 63,5% de son territoire, la RDC a vu son plan d’investissement loué par CAFI - l’Initiative pour la Forêt d’Afrique Centrale - pour sa qualité, sa cohérence et son ambition.

  • Pour gouverner la REDD+, la RDC a établi des institutions compétentes, fonctionnelles et ; remarquables de par leur nature multi-partite, car elles rassemblent non seulement les ministères de l’environnement, l’agriculture, l’énergie, tous cruciaux pour les forêts, mais aussi des représentants de la société civile, des peuples autochtones, du secteur privé et des partenaires de développement.

  • La RDC a conclu une lettre d’intention avec CAFI, comprenant des objectifs politiques et de réforme d’envergure.

De ce fait, les ambitions de la RDC d’engager des réformes de manière participative et transparente sur l’agriculture, la sécurité foncière et la gestion des forêts, sont plus que reconnus : ils sont aujourd’hui financés.

  • La RDC bénéficie en effet d’une première capitalisation de son Fonds National REDD+ au travers du CAFI, qui lui permet aujourd’hui de lancer une programmation dont les détails seront discutés tout à l’heure.

  • De plus, le Fonds Carbone du Fonds de partenariat pour le Carbone Forestier (FCPF), dont la Banque mondiale est l’hôte, a approuvé en juin dernier le programme de réduction des émissions de la province du Mai Ndombé, qui bénéficiera de financements du Programme pour l’Investissement Forestier, le FIP, et de CAFI. Il est important de souligner que les fonds reçus du Fonds Carbone seront déposés dans le Fonds National REDD+, ce qui témoigne à nouveau de la volonté de la RDC de positionner son Fonds National REDD+ de manière centrale.

Le PNUD, qui nous accueille aujourd’hui en son Pavillon, est honoré et fier de pouvoir soutenir les efforts de la RDC.

  • En tant que Secrétariat de CAFI, le PNUD s’engage à faciliter la coordination inter-bailleurs, l’alignement des contributions des partenaires de développement sur le Plan d’investissements nationaux, et le partage de savoir Sud-Sud.

  • En tant que partenaire de mise en oeuvre, le PNUD s’engage, notamment à appuyer l’organisation, la représentativité et le professionnalisme de la société civile, ainsi qu’à soutenir des processus de réformes clé pour la réussite de REDD+, concernant par exemple l’aménagement du territoire.

  • En tant qu’administrateur du Fonds National REDD+, le PNUD assure une crédibilité et un renforcement des capacités fiduciaires de la partie nationale.

La RDC regarde plus loin. Suite à la sécurisation des financements CAFI et du Fonds Carbone, le pays travaille maintenant à la mobilisation de ressources conséquentes auprès du Fonds Vert pour financer l’approche nationale décrite dans son plan d’investissement REDD+.

Le PNUD est honoré de pouvoir participer au développement de cette vision et d’avoir pu accompagner la RDC dans cette démarche, avec l’appui généreux et continu de la Norvège ainsi que celle d’autres pays de la région d’Afrique centrale.

La RDC a des objectifs ambitieux. Mais l’ambition est nécessaire pour venir à bout des défis liés à la conduite de plusieurs réformes d’envergure – comme par exemple celle de l’agriculture, de l’aménagement du territoire et du foncier -, menées de front de surcroît.

Je vous souhaite à tous aujourd’hui une conversation ouverte, dynamique et constructive, afin que la RDC, avec le soutien de ses nombreux partenaires ici présents, continue sur cette trajectoire de développement vert qui préserve ses précieuses forêts.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe