Rebeca Grynspan : Message à la conférence internationale de haut niveau pour le soutien et le développement du Mali

15 mai 2013

Rebecca Grynspan, Secrétaire Général adjointe des Nations Unies et Administratrice associée du PNUD
Message à la conférence internationale de haut niveau pour le soutien et le développement du Mali
Bruxelles, 15 mai 2013

Je tiens à remercier le Gouvernement français, la Commission européenne et le Gouvernement du Mali, qui ont organisé cette conférence pour aider la population malienne et mieux coordonner l’appui dans les semaines à venir. Les douze priorités du Plan pour la relance durable du Mali reflètent la volonté des instances dirigeantes maliennes de restaurer l’intégrité territoriale du pays, de promouvoir une croissance inclusive et de retrouver la voie de la paix et de la sécurité, de la bonne gouvernance et du développement à long terme.

La crise au Mali ne se résume pas à des menaces contre la sécurité. Pour la résoudre, il faudra s’attaquer à des problèmes politiques, sociaux et de développement profondément enracinés. Les dirigeants du Mali doivent œuvrer de concert dans le cadre d’un dialogue national inclusif et poursuivre des objectifs communs, à savoir restaurer la légitimité et la pleine autorité de l’État sur l’ensemble de son territoire, assurer la sécurité de la population et lui fournir les services de base et veiller à ce que le territoire du Mali ne serve pas de plate-forme pour la ré-émergence de l’extrémisme, du terrorisme et autres menaces contre lui-même ou ses voisins.

La création prochaine de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali prouve amplement que la communauté internationale s’engage à aider le Mali à poser les fondements d’une paix et d’une sécurité durables. Nous comptons sur nos partenaires maliens pour qu’ils saisissent cette opportunité de promouvoir un processus politique durable et inclusif, qui débouchera sur une gouvernance améliorée, comprenant des élections (pour lesquelles il sera nécessaire de mobiliser des ressources), la cohésion et la réconciliation nationales et le développement à long terme.

Pour appuyer les efforts du gouvernement, l’ONU au Mali a préparé le Cadre conjoint des Nations Unies d’appui à la transition au Mali, qui définit la réponse collective, cohérente et intégrée de l’Organisation aux priorités des instances gouvernementales. Le Cadre conjoint s’aligne sur le Plan de relèvement et cible le rétablissement de la bonne gouvernance et d’une paix durable tout en appuyant l’accès aux services de base. Il s’inscrit aussi dans le cadre plus large de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel, qui sera bientôt présentée au Conseil de sécurité et qui propose une réponse coordonnée aux questions complexes qui se posent dans la région.

Lorsqu’on réfléchit aux problèmes du Mali, il est important de ne pas négliger les besoins humanitaires actuels, qui restent considérables et réclament notre attention immédiate. Nous devons aussi nous préoccuper davantage des questions de genre et des besoins des femmes maliennes, et de la résilience du pays aux chocs économiques ou climatiques.

Je compte sur la communauté internationale pour fournir un appui coordonné au Gouvernement du Mali, et je loue les efforts des États Membres de la CEDEAO et autres nations africaines qui contribuent à mettre fin à la crise au Mali ou à d’autres crises dans la région. Une paix et une prospérité durables ne peuvent exister sans solidarité entre voisins. J’invite tous les pays en développement à appuyer le Plan pour le relèvement durable du Mali.

Je m’engage à faire tout mon possible pour que le Mali ait un avenir stable et prospère. Veuillez accepter mes meilleurs vœux pour le succès de cette conférence.

Direction
Rebeca

Rebeca Grynspan a été nommée par le Secrétaire général Ban Ki-moon au poste de Secrétaire générale adjointe des Nations Unies et Administratrice associée du Programme des Nations Unies pour le développement le 1er février 2010.

 

En savoir plus