Helen Clark: Lancement mondial du 
Rapport sur le développement humain 2013

14 mars 2013

Helen Clark, Administrateur du PNUD

Lancement mondial du 
Rapport sur le développement humain 2013

« L’essor du Sud : le progrès humain dans un monde diversifié »

Mexico

Je suis ravie d’être des vôtres à Mexico à l’occasion du lancement du Rapport sur le développement humain 2013, « L’essor du Sud : le progrès humain dans un monde diversifié », le 22e de cette série de rapports mondiaux.

Le paysage du développement est très différent aujourd’hui de ce qu’il était au lancement du premier Rapport sur le développement humain, il y a 23 ans de cela. Un nombre important de pays en développement sont devenus des économies émergentes dynamiques à l’influence géopolitique grandissante. Ils exercent, à leur tour, une influence positive notable sur les progrès du développement humain de par le monde.

Le Mexique est l’une de ces nations dynamiques. C’est aussi un pays attaché de longue date au multilatéralisme et qui joue un rôle clé aux Nations Unies ainsi qu’au sein d’autres instances mondiales, un partisan résolu du développement durable et inclusif, de la coopération Sud-Sud et du partage des expériences.

Il est donc particulièrement approprié que le lancement du Rapport sur le développement humain 2013 ait lieu ici, au Mexique. Le PNUD est très honoré par la présence aujourd’hui du Président des États-Unis du Mexique, Son Excellence Monsieur Enrique Peña Nieto.

L’essor du Sud

Pour la première fois dans l’histoire récente, le Sud est, dans son ensemble, un moteur de la croissance économique mondiale et du changement social. De par le monde, les conditions de vie et les perspectives de centaines de millions de gens ont déjà connu des améliorations du fait de la transformation du Sud. D’ici 2020, selon les projections de ce Rapport, le produit économique combiné, sur la base de la parité de pouvoir d’achat en dollars 1990, de trois grandes économies émergentes à elles seules, la Chine, l’Inde et le Brésil, dépassera celui des États-Unis, de l’Allemagne, du Royaume-Uni, de la France, de l’Italie et du Canada réunis.

Ce dynamisme des économies émergentes est, pour une bonne part, attribuable aux échanges commerciaux, à l’investissement étranger direct et aux partenariats technologiques au sein même du Sud.

Les pays en développement ont presque doublé leur part des échanges commerciaux de biens, part qui était de 25 % en 1980 mais de 47 % en 2010, et le commerce entre pays du Sud est le plus grand facteur de cette expansion, étant passé de moins de 10 % à plus de 25 % au cours des trois dernières décennies.

Le Sud fait preuve d’une innovation et d’un esprit d’entreprise remarquables et les solutions aux défis du développement proviennent de plus en plus du Sud lui-même. L’expansion et l’adoption rapides des technologies, notamment de celles de l’information et des communications, permettent à un nombre croissant de gens d’interagir au-delà des frontières et les dotent d’un moyen d’influer sur les décisions qui affectent leur existence. C’est ainsi, par exemple, que l’on trouve des téléphones portables dans un grand nombre de ménages de l’Asie et de l’Amérique latine, de même que dans de nombreuses régions de l’Afrique. L’Inde, le Brésil, l’Indonésie et le Mexique comptent chacun plus d’usagers de Facebook que n’importe quel autre pays à l’exception des États-Unis d’Amérique.

Comprendre les tendances accélératrices de progrès
On ne saurait toutefois se contenter de décrire l’essor du Sud et d’observer son émergence. Le défi à relever est de comprendre ce qui est à l’origine de l’accélération du développement économique et humain et de partager les constats sur les facteurs qui se sont avérés efficaces.

Le Rapport examine les réalisations de plus de 40 pays « têtes de file  » qui ont obtenu de 1990 à 2012 de meilleurs résultats que prévu sur la base des tendances antérieures, en termes à la fois de revenus et des autres dimensions du développement humain. Il passe ensuite en revue les politiques de 18 pays pour lesquels on dispose d’informations détaillées afin de déterminer ce qui leur a permis d’obtenir ces résultats particulièrement bons.

Le Rapport a retenu trois facteurs clés, moteurs de transformation, qui ont contribué aux progrès rapides de ces pays. Il note que la plupart d’entre eux :

  • Sont dotés d’un État proactif et favorable au développement ;
  • Ont su tirer parti des marchés mondiaux et ont poursuivi des politiques de croissance inclusive ; et
  • Ont bénéficié de politiques sociales novatrices.

L’analyse des réussites de ces pays performants présentée dans le Rapport 2013 vient confirmer l’un des grands messages qui se retrouve dans les précédents rapports, à savoir que la croissance économique ne se traduit pas forcément en des progrès du développement humain. Il est d’une importance vitale de consentir des investissements substantiels dans les capacités des gens, notamment dans l’éducation et la formation, la nutrition et la santé. Des politiques pragmatiques axées sur la création d’emplois, l’intégration progressive dans les marchés mondiaux et l’amélioration des prestations de services ont elles aussi leur importance.

Maintenir  la dynamique

Se tournant vers l’avenir, le Rapport lance cet avertissement que, pour que le développement humain continue de progresser, il faudra relever un certain nombre de défis émergents ayant trait à l’évolution démographique, à la dégradation de l’environnement et à l’exclusion politique et sociale.  Il souligne la nécessité impérative d’une orientation sur la voie de l’inclusivité et de la durabilité.

Le Rapport préconise des actions dans quatre domaines clés pour maintenir la cadence des progrès du développement humain dans le Sud, à savoir :

  • Accroître l’équité, notamment entre les hommes et les femmes ;
  • Favoriser une participation accrue des citoyens, notamment des jeunes;
  • Affronter les pressions environnementales ; et
  • Gérer l’évolution démographique.

Je retiendrai ici deux de ces points : l’accroissement de l’équité et l’enjeu des pressions environnementales.  

Promouvoir l’équité est un objectif qui a d’une part une importance intrinsèque, mais qui occupe aussi une place cruciale dans l’amélioration du développement humain. L’un des instruments de politique les plus puissants pour ce faire est l’éducation. Selon les projections du Rapport, des investissements ciblés dans l’éducation, celle des filles en particulier, auront de profondes implications pour le développement humain, notamment pour la réduction de la mortalité infantile qui est liée au niveau d’éducation des mères.

Les programmes de protection sociale novateurs mis en œuvre dans le Sud, tels que les programmes de transfert monétaire du Mexique et du Brésil, ont contribué à améliorer la situation des groupes pauvres et marginalisés et à réduire les écarts en matière de revenus, de santé et d’éducation.

En revanche, la lenteur de l’action mondiale face  aux enjeux du changement climatique risque d’enrayer le développement humain, voire d’inverser le progrès déjà réalisés dans les pays du Sud qui sont les moins capables de s’adapter et d’avoir de graves conséquences pour leurs populations les plus pauvres.

Le Rapport lance un appel en faveur d’une ambition et d’un engagement accrus au niveau mondial, face au problème de la dégradation de l’environnement. Des politiques et des programmes novateurs conçus en vue de l’instauration d’un environnement durable, notamment les nouvelles technologies respectueuses de l’environnement élaborées dans le Sud, peuvent contribuer à orienter le développement futur sur des voies durables.

Essor du Sud et structures et développement mondiaux
Au-delà des recommandations de politique au niveau des pays, le Rapport émet ce message sans équivoque que l’essor du Sud a des implications pour la gouvernance et les processus décisionnels au niveau mondial, ainsi que pour les modalités de financement du développement.

Dans un monde de plus en plus interconnecté, par le commerce, la migration et les technologies de l’information et des communications, il est nécessaire de veiller à un resserrement de la coordination et à un accroissement de la coopération entre le Nord et le Sud.

À ces fins, il s’agit d’adopter des arrangements en matière de gouvernance mondiale qui soient plus légitimes, plus transparents, faisant une place accrue à la responsabilité redditionnelle et reconnaissant l’évolution géopolitique de notre époque en accordant plus de poids à la voix des pays du Sud.

Le Rapport note que le Sud sera lui-même une force de plus en plus puissante dans le développement mondial. Les pays du monde en développement sont de grands partenaires dans les domaines du commerce et de l’investissement non seulement pour les autres pays en développement, mais aussi dans le cadre de la coopération au développement. Le Sud possède aussi des réserves substantielles de capitaux, ne détenant pas moins des deux tiers des 10,2 mille milliards  de dollars des réserves mondiales de devises et environ les trois quarts des 4,3 mille milliards de dollars  des actifs des fonds souverains.

Conclusion

En conclusion, il y a beaucoup à apprendre de la réussite des économies émergentes du Sud, qui ont tiré parti de leur puissance économique croissante pour faire progresser le développement humain.

Le défi à relever à présent consiste à entretenir ce progrès, de partager les expériences et de mettre à profit l’influence croissante du Sud pour orienter notre monde sur la voie d’un développement durable et inclusive pour le bénéfice de tous. L’équilibre de l’influence évolue de toute évidence dans notre monde. Les contributions du Sud, intellectuelles, économiques, sociales, environnementales et politique, joueront un rôle important dans les efforts visant à instaurer pour nous tous un avenir meilleur.

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

pour en savoir plus
Télécharger le rapport
L'essor du sud: Le progrès humain dans un monde diversifié

Au cours des dernières décennies, plus de 40 pays en développement ont réalisé des gains plus importants que prévu dans le domaine du développement humain.

 

Voir tous les Rapports sur le développement humain