Helen Clark: Journée internationale de lutte contre la corruption

09 déc. 2012

Déclaration d’Helen Clark, Administrateur du PNUD, à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre la corruption 
Décembre 9, 2012

La corruption est un crime contre le développement qui sévit dans l’ombre. La journée internationale de lutte contre la corruption est l’occasion de mettre en lumière ses conséquences néfastes et de réaffirmer notre détermination à lutter contre ce fléau.

L’impact de la corruption ne se limite pas au détournement de ressources, aussi important soit-il. Celle-ci a un effet destructeur sur les sociétés et alimente une défiance justifiée à l’égard des autorités. Elle frappe de plein fouet les groupes les plus pauvres et vulnérables, privés des services de base auxquels seuls ceux qui sont en mesure de payer des pots-de-vin peuvent accéder.

Comme les plus pauvres sont aussi les plus dépendants des services publics, ils sont davantage touchés par ce qu’il faut sans doute considérer, sur le plan financier, comme de la petite corruption. Des études montrent que les femmes en sont souvent les premières victimes.

Ce sont également les populations les plus démunies qui ont le plus à perdre de la dégradation rapide des ressources naturelles, conséquence de la corruption qui favorise le contournement des lois et des réglementations. L’abattage illégal du bois, sur lequel les fonctionnaires corrompus ferment les yeux, constitue une menace pour les écosystèmes, dont les plus pauvres dépendent pour leur survie, tout en entraînant des pertes de recettes pour les gouvernements. Le PNUD, à travers son soutien au programme de réduction des émissions liées au déboisement et à la dégradation des forêts (REDD +), contribue à faire baisser les risques de corruption en matière de gestion des forêts.

La prévention et la lutte contre la corruption vont de pair avec une transparence et une responsabilisation des acteurs à tous les niveaux. Depuis maintenant deux décennies, le PNUD vient en aide aux pays qui combattent ce fléau.  Les approches intégrées, englobant le renforcement des capacités, des réformes de la gouvernance, des mesures ciblées, une plus grande transparence ainsi qu’une meilleure participation des citoyens, ont d’ores et déjà fait leurs preuves.

Les mesures de lutte contre la corruption doivent être intégrées aux processus de planification du développement. Les travaux menés par le PNUD partout dans le monde en matière de gouvernance ont pour objectif de renforcer les institutions nationales et les processus nécessaires pour instaurer la confiance, améliorer la réactivité et la responsabilisation des institutions, et mobiliser des ressources pour le développement.

Réparer les dégâts causés par la corruption est la responsabilité de tous, des gouvernements aux organisations de la société civile, en passant par le secteur privé, les médias, les populations et les jeunes. Ces derniers ont un rôle majeur à jouer dans la réalisation de cet engagement pour que leur avenir soit construit sur des bases saines et justes.

J’exhorte aujourd’hui chacun d’entre vous à participer aux efforts de lutte contre la corruption et à ouvrir ainsi la voie à un monde meilleur.

L'Administrateur du PNUD
Helen

Helen Clark a pris ses fonctions d'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement le 20 avril 2009. Elle est la première femme à assumer la direction de l’organisation et assure également la présidence du Groupe des Nations Unies pour le développement.

pour en savoir plus