L'Appel à l'action pour inverser le déclin de la santé des océans, tourné vers l'avenir

Photo: PNUD en Inde

La Conférence sur les océans au siège de l'ONU à New York, du 5 au 9 juin, a vu l'adoption unanime par les 193 États membres des Nations Unies d'un ensemble de mesures destinées à inverser le déclin de la santé des océans.

Le document final, contenant plus de 1 300 engagements à agir, marque une percée dans l'approche globale de la gestion et de la préservation des océans.

En tant que contributeur clé de cet effort, le PNUD a présenté 39 engagements volontaires représentant une série d'initiatives au niveau mondial, régional, national et local pour répondre aux menaces envers nos océans : surpêche, pollution, acidification etc...

Ces engagements représentent un large éventail de partenariats multipartites impliquant des gouvernements, des agences des Nations Unies, des partenaires de développement, le secteur privé, la société civile et les communautés locales. Le PNUD travaille déjà avec plus de 100 pays pour aider à restaurer et protéger les océans et à mieux gérer nos ressources marines.

« La Conférence a largement dépassé son objectif d'attirer l'attention globale sur l'état déplorable de nos océans. Elle a établi un lien entre développement durable et action climatique - à travers les pays, les régions, les continents et les mers. L'appel à l'action est nécessaire et urgent car les causes sous-jacentes sont multiples et les réponses complexes. Parmi cette longue liste d'engagements volontaires, de nombreuses actions sont déjà en cours ou prévues. Des opportunités de nouveaux partenariats, d'échange d'informations et de partage d'expériences ont aussi vu le jour lors de la Conférence », a déclaré Magdy Martínez-Solimán , Secrétaire général adjoint de l'ONU et directeur du Bureau pour l'appui aux politiques et aux programmes du PNUD.

Quelques exemples d'engagements volontaires soumis par le PNUD :

  • Au niveau mondial, le PNUD et l'Organisation Maritime Internationale (OMI) ont annoncé un nouveau projet financé par le FEM, GloFouling, qui vise à aider les pays en développement à réduire les menaces que représentent les espèces marines envahissantes en engageant notamment le secteur privé à catalyser des solutions technologiques innovantes.
  • Au niveau régional, Le PNUD a annové un projet financé par le FEM sur les côtes péruviennes et chiliennes, pour réhabiliter les pêcheries et l'environnement marin du  Grand écosystème marin du courant de Humboldt, dont la surexploitation des ressources entraîne des répercussions en chaîne.
  • Au niveau national, le PNUD a annoncé de nouveaux projets avec les gouvernements de la Chine et de l'île de la Grenade pour renforcer le réseau d'aires protégées marines.
  • Au niveau local, à Maurice, le bénéficiaire d'un Programme de petites subventions du FEM, mis en œuvre par le PNUD, a annoncé la protection de cent colonies de coraux dans le lagon de la baie bleue. En Malaisie, un projet incitera les villages de pêcheurs de Pangkor Island à récolter les déchets (y compris les bouteilles en plastique) et à gérer le recyclage. Il y a eu au total 36 soumissions d'engagements bénévoles locaux.

Avant la Conférence, avec le soutien généreux de la Suède, le PNUD avait créé et géré le Centre d'Action pour les Océans (www.oceanactionhub.org) qui a joué un rôle clé dans la mobilisation, la sensibilisation et le soutien pour la Conférence. Le Centre a contribué à  l'engagement des parties prenantes en réunissant les gouvernements, le système des Nations Unies, les organisations intergouvernementales, les institutions financières internationales, les organisations de la société civile, les institutions universitaires, la communauté scientifique, le secteur privé, les organisations philanthropiques et autres.

En même temps, le PNUD a organisé 27 consultations nationales sur l'ODD14 pour renforcer l'élan de la conférence et aider les pays à identifier et à soumettre des engagements volontaires. Ces consultations ont mené à de nombreux engagements volontaires, notamment du Honduras (79) et de Maurice (13) et d'autres sont prévus après la Conférence.

Contact :

E-mail: sangita.khadka@undp.org, Tél: +1 212 906 5043

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe