Le développement urbain durable est indispensable à la réalisation de la plupart des ODD d’ici 2030

17 oct. 2016

Vue aérienne de Monrovia, capitale du Libéria. Photo: PNUD

Quito, Équateur — Le déplacement progressif des populations en direction des villes représente un changement fondamental dans le domaine du développement mondial et exige des mesures tenant compte de ce phénomène.

«  Pour la première fois de l’histoire de l’humanité, plus de la moitié de la population mondiale vit en milieu urbain.  La proportion atteindra 60 % en 2030 et 90 % de cette croissance se produira dans le monde en développement, en Afrique et en Asie principalement. »

C’est ce que note la Stratégie d’urbanisation durable (en anglais) du PNUD lancée aujourd’hui à Quito, à l’occasion de la Conférence des Nations Unies sur le logement et le développement urbain durable (Habitat III).  Le Nouveau Programme pour les villes définit une démarche globale face à l’urbanisation pour les deux décennies à venir.

Si les villes n’occupent qu’une petite superficie de la planète, leur empreinte économique et écologique est considérablement plus importante. Les villes dégagent plus de 80 % du PIB mondial, produisent plus de 70 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) et consomment 80 % de l’énergie mondiale.

« Il faut que nos villes soient plus résilientes et leurs habitants, moins vulnérables », a déclaré l’Administrateur du PNUD, Helen Clark.  « Le PNUD sait, a-t-elle ajouté, que pour aider les pays à mettre en œuvre le Programme de développement durable à l’horizon 2030, il doit appuyer les instances gouvernementales, les entreprises et les communautés dans leur riposte face à ces aspects de l’urbanisation, par le biais d’une démarche intégrée axée sur la durabilité, l’inclusion et la résilience. »

Le Programme 2030 et les nouveaux objectifs de développement durable (ODD) illustrent de façon éloquente les défis et les opportunités présentés par les agglomérations urbaines. La conférence  Habitat III vise à obtenir un engagement politique renouvelé en faveur du développement urbain durable, à évaluer les résultats obtenus à ce jour, à lutter contre la pauvreté urbaine, et à repérer les défis nouveaux et émergents ainsi qu’à y faire face.

L’ambassadrice de bonne volonté du PNUD, Michelle Yeoh, était présente à la conférence : « Pour ne pas faire de laissés-pour-compte, nous devrons trouver des moyens de donner à ceux et à celles qui vivent dans la pauvreté une voix dans le processus décisionnel, afin d’accroître les opportunités économiques en milieu urbain ».

Parmi les principaux points d’action de la nouvelle stratégie d’urbanisation du PNUD figure une alliance étroite avec les partenaires locaux et internationaux pour concevoir, élaborer et promouvoir des initiatives qui visent à résoudre les problèmes urbains pressants, notamment la pauvreté, le chômage, les changements climatiques et les risques de catastrophe, ainsi qu’à réduire les disparités entre hommes et femmes.

La stratégie appelle également à procéder à des échanges Sud-Sud et à aider les pays à surveiller les progrès, les problèmes et les tendances en matière de développement urbain. Le PNUD appuiera ces questions, en faisant fond sur ses travaux passés et actuels dans le domaine de l’urbanisation, en partenariat avec ONU-Habitat, les villes et les communautés.

La stratégie du PNUD s’inscrit dans le fil du Nouveau Programme pour les villes dont le texte a été établi en juillet 2016 à Subaraya (Indonésie), validé lors de la Réunion intergouvernementale informelle au Siège des Nations Unies à New York (du 7 au 10 septembre 2016) et qui doit être adopté le 20 octobre à Quito.

La promotion de villes durables est une composante centrale du Programme 2030, qui comporte un ODD urbain, l’ODD 11 : Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables.  Par ailleurs, ainsi qu’il ressort de la stratégie d’urbanisation du PNUD, les actions entreprises dans les villes seront essentielles pour assurer la réalisation d’au moins 11 des 17 ODD.

Contacts

A Quito : José Martino| Officier de Communication | PNUD en Equateur| email: jose.martino@undp.org |Tel: +593 22460330 ext. 2209

Marcela Barrientos| Officier de Communication| Bureau Amérique latine & Caraïbes| email: marcela.barrientos@undp.org Tel: +1 347-923 1572

A New York : Sangita Khadka, Officier de Communication, email: sangita.khadka@undp.org Tel: +1 212 906 5043

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe