Le PNUD intensifie ses efforts de conservation des espèces sauvages en Afrique

1 mai 2016

105 tonnes d’ivoire et 1,3 tonne de cornes de rhinocéros sont parties en fumée lors de la plus importante opération de destruction de défenses d’éléphants et de cornes de rhinocéros jamais organisée. Photo: PNUD au Kénya

Nairobi, Kénya - Le PNUD a renouvelé son soutien aux efforts déployés par les pays africains pour protéger leurs espèces sauvages. Ces actions s’inscrivent dans le cadre d’un nouveau programme mondial de conservation de la vie sauvage qui bénéficie de financements du Fonds pour l’environnement mondial (FEM). Ce programme, qui prévoit que le PNUD et le FEM investissent 60 millions de dollars sur le continent, doit contribuer à la mise en place de mesures incitatives en faveur de la conservation des espèces sauvages et d’une meilleure gestion des zones protégées.

« Le braconnage ainsi que le commerce illicite des espèces sauvages et des produits forestiers sont des actes odieux », a rappelé Helen Clark, Administrateur du PNUD, lors du forum Space for Giants, une rencontre de haut niveau sur la conservation organisée au Kenya. « Ce commerce international, qui représente des milliards de dollars, constitue une menace pour la sécurité, l’environnement et le développement. Il conduit à l’extinction des espèces vulnérables et en danger. Parce qu’il est illicite, il alimente aussi la corruption et les conflits, détruisant des vies, tout en aggravant la pauvreté et les inégalités. »

Dans le cadre de ce nouveau programme, le PNUD financera des activités visant à combattre le braconnage en augmentant les investissements dans les aires de conservation communautaires, l’application des lois, l’amélioration de la capacité des systèmes judiciaires ainsi que l’adoption de lois et de politiques plus fermes de défense des espèces sauvages.

Helen Clark s’est rendue au Kenya en vue de promouvoir la conservation de la vie sauvage sur le continent africain. À cette occasion, elle a participé à la plus importante opération de destruction de défenses d’éléphants et de cornes de rhinocéros jamais organisée. M. Uhuru Kenyatta, Président du Kenya, le pays à l’initiative de cet événement, a déclaré que le massacre des éléphants mettait en danger le patrimoine naturel du continent tout en sapant l’industrie très bénéfique du tourisme, récemment confrontée à de nombreuses difficultés.

Près de 105 tonnes d’ivoire et 1,3 tonne de cornes de rhinocéros sont ainsi parties en fumée pour exhorter le monde à mettre un terme au commerce de trophées d’espèces sauvages afin de protéger un patrimoine en danger. « Pour nous, l’ivoire n’a aucune valeur à part sur nos éléphants », a martelé le Président kenyan.

À l’heure actuelle, les pays africains se battent pour préserver leur patrimoine naturel et notamment leurs espèces sauvages, qui occupent depuis longtemps une place importante sur le plan économique et social. Le tourisme est une industrie florissante au Kenya, dont les réserves naturelles et les aires protégées totalisent plus d’un million de visiteurs annuels, ce qui représente près de 12 % du PIB national et plus d’un million d’emplois directs. On estime à entre 25 000 et 30 000 le nombre d’éléphants tués chaque année, sur une population de 500 000 individus.

L’engagement du PNUD contre la criminalité liée aux espèces sauvages

Le PNUD soutient les initiatives de lutte contre le commerce illégal de la faune et de la flore sauvages dans le cadre de programmes qui aident les pays à éliminer la pauvreté, à protéger l’environnement, à autonomiser les femmes et à bâtir des institutions solides dans le respect de l’État de droit. Son action se concentre sur la diversification des moyens d’existence en milieu rural, la résolution des conflits entre humains et faune sauvage, et le partage des bénéfices tirés de la gestion durable des espèces sauvages.

La lutte contre le commerce illégal d’espèces sauvages joue un rôle central dans les progrès vers la réalisation du nouveau Programme de développement durable pour 2030 et des objectifs de développement durable (ODD). Ce nouveau cadre mondial pour le développement reconnaît que l’élimination de la pauvreté sous toutes ses formes et ses dimensions constitue un défi planétaire nécessitant la mobilisation et les efforts de tous, et que la préservation de l’intégrité des écosystèmes naturels occupe une place essentielle dans le développement international et la réduction de la pauvreté.

Le PNUD collabore également avec différents partenaires internationaux tels que le Fonds pour l’environnement mondial (FEM), la Banque mondiale, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) ou l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), offrant un appui financier et technique en faveur de la conservation et de la protection de la vie sauvage.

Contacts

Au Kénya: patterson.siema@undp.org ou communication.ken@undp.org  

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe