Prix Équateur 2015 : les peuples autochtones reconnus dans la lutte contre les changement climatique

8 déc. 2015

Photo: Getty Images pour le PNUD

Paris - Alors que les négociations de Paris sur le climat sont en cours, l’Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Helen Clark, et l’acteur Alec Baldwin ont coprésidé cette semaine la cérémonie de remise du Prix Équateur 2015 qui récompense la persévérance dont font preuve des peuples et des communautés locales autochtones dans 19 pays dans le monde pour lutter contre les changements climatiques et protéger l’environnement.

Lors de cette cérémonie, des personnalités de premier plan dans le domaine de l’environnement, parmi lesquelles l’anthropologue Jane Goodall, l’ancienne Premier ministre de la Norvège Gro Harlem Brundtland, le directeur de Greenpeace Kumi Naidoo, l’ambassadeur de la Norvège Hans Brattskar et le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones Vicky Tauli-Corpuz, ont salué le travail accompli par 21 groupes autochtones représentant des communautés locales d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine.

Les lauréats ont été récompensés pour les résultats remarquables qu’ils ont obtenus dans le domaine de la lutte contre les changements climatiques en mettant en place des mesures innovantes visant à réduire la pauvreté, à protéger la nature et à renforcer la résilience.

« Nos lauréats sont une source d’inspiration », a fait remarquer Helen Clark. « Les changements climatiques nous affectent tous — que nous soyons riches ou pauvres, que nous vivions dans des pays développés ou dans des pays en développement, dans des villes ou des zones rurales. C’est un véritable enjeu qui concerne l’ensemble de la société et exige une approche de l’ensemble de la société. Les personnes et les groupes qui sont présents ce soir ont montré que l’action et l’innovation pour lutter contre les changements climatiques étaient possibles à tous les niveaux, et c’est quelque chose qu’il faut encourager, soutenir et reproduire à une plus large échelle ».

1 500 personnes se sont rendues au Théâtre Mogador, dans le 9e arrondissement, pour assister à cette manifestation prestigieuse lors de laquelle est décerné l’« Oscar du développement durable ». Des vidéos sur les 21 initiatives primées ont été projetées, sur un récit de l’acteur Edward Norton et des chansons interprétées par Amadou et Mariam, un duo malien finaliste des Grammy Awards. La présentation des différentes réalisations des lauréats a toutefois été le moment fort de la soirée.

« Nous ne demandons pas de cadeaux », a expliqué Maria Incarnación Janamejoy, membre de la communauté autochtone inga d’Aponte (Colombie), qui représentait le Wuasikimas, el Modelo del Pueblo Inga, qui a remporté le prix. « Nous faisons partie de la solution, avec nos connaissances et nos pratiques millénaires qui ont permis à des générations de subvenir à leurs besoins ».

Pris en ligne de mire du trafic de drogue en Colombie, les Inga ont repris possession de 22 283 hectares de terres ancestrales en signant un accord révolutionnaire avec le gouvernent, aux termes duquel celui-ci s’est engagé à financer les efforts entrepris par les Inga pour chasser les guérillas menées par des groupes armés, les paramilitaires et les trafiquants de drogue qui avaient, entre 1986 et 2004, violé leurs droits territoriaux et dégradé leur environnement.

Les 21 lauréats du Prix Équateur ont obtenu la reconnaissance des droits fonciers pour des centaines de communautés, sauvé des millions d’hectares de forêts de la destruction, protégé des espèces sauvages menacées d’extinction et créé des dizaines de milliers d’emplois pour leurs communautés. Il y a parmi eux des groupes qui interviennent dans des zones de conflit en Iran, en Afghanistan et en République démocratique du Congo, ainsi que de communautés comme les Inga, en Colombie, et les Mosquitia, au Honduras, qui sont des victimes du trafic de drogue et d’autres types de criminalité.

Dans les allocutions qu’elles ont prononcées à la cérémonie, Gro Harlem Brundtland, Victoria Tauli-Corpuz et Frances Seymour, chargée de recherche principale au Center for Global Development, ont toutes indiqué qu’il existait de plus en plus de données factuelles démontrant la capacité des peuples autochtones à protéger leurs forêts et à obtenir de meilleurs résultats que d’autres gestionnaires des ressources naturelles.

« Un trop grand nombre gouvernements cèdent les terres des peuples autochtones à des fins économiques », a déclaré Mme Brundtland. « Si les droits des peuples autochtones ne sont pas respectés, ces peuples sont laissés pour compte au profit de l’huile de palme et d’autres activités d’investissement. La bonne nouvelle est qu’il existe de plus en plus d’éléments indiquant que les droits fonciers des communautés sont mieux protégés, avec les avantages qui en découlent sur le plan social, économique et environnemental ».

Alec Baldwin se dit convaincu que ce coup de projecteur sur les finalistes les aidera à renforcer et intensifier leurs efforts. « J’ai été touché par nos lauréats, des personnes avec lesquelles j’ai eu le plaisir d’échanger ces derniers jours. Si l’on se fie au chemin parcouru par les anciens finalistes, la reconnaissance de ces groupes et le soutien que cela leur apporte stimuleront leurs efforts, et je suis fier de participer à cela ».

Les pays dont les initiatives ont été primées sont notamment l’Afghanistan, le Belize, la Bolivie, le Brésil, le Cambodge, la Chine, la Colombie, l’Éthiopie/le Kenya (initiative transfrontalière), la Guyane, le Honduras, l’Indonésie, l’Iran, Madagascar, la Malaisie/l’Indonésie (initiative transfrontalière), l’Ouganda, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, la République démocratique du Congo et la Tanzanie. C’est la première fois que le Prix Équateur est décerné à des groupes venus d’Afghanistan, de Guyane et d’Iran.

« La détermination des peuples autochtones à préserver leur monde ne peut être mise en cause », a rappelé Mme Tauli-Corpuz. « Ces peuples n’ont cessé de prôner et d’appliquer les mêmes valeurs depuis des siècles, des valeurs qui leur ont été transmises par leurs ancêtres ».

Les lauréats de cette année ont été choisis parmi un nombre record de 1 461 candidatures provenant de 126 pays. Des experts internationaux ont été chargés de mener pendant un mois un processus rigoureux de sélection des lauréats.

Le Prix Équateur, qui se distingue par sa reconnaissance d’une action collective, plutôt que d’une réalisation individuelle, remet à chaque groupe lauréat la somme de 10 000 dollars. Des représentants des communautés à qui le prix a été décerné sont actuellement à Paris pour participer aux négociations sur les changements climatiques et rendre compte de ce qu’ils vivent et des actions qu’ils mènent à l’autre bout du monde.

Pour clôturer cette manifestation, Jane Goodall a appelé le monde moderne à considérer la sagesse des peuples autochtones et leurs solutions pour lutter contre les changements climatiques.

« Le cerveau humain, capable de tant de choses, est déconnecté du cœur », a estimé Mme Goodall. « Je pense que nous atteindrons notre plein potentiel humain lorsque la tête et le cœur travailleront en harmonie ».

Contact

Joseph Corcoran, +1778-987-8189, joseph.corcoran@undp.org

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe