L'ONU appelle à mettre fin à l'isolement des pays en développement sans littoral

3 nov. 2014

Les petits pays sans littoral continuent d'être exclus des bienfaits de la mondialisation, prévient l'Administrateur du PNUD


Vienne, Autriche – Des réformes urgentes des systèmes commerciaux, financiers et de transport s'imposent pour rattacher les pays en développement sans littoral (PDSL) à l'économie mondiale et améliorer la vie de leurs citoyens, a déclaré ce jour Helen Clark, Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement à l'occasion d'une rencontre mondiale réunissant chefs d'État, organisations multilatérales et secteur privé.
 
Le fardeau du déficit de capacités, les taux de pauvreté élevés et le faible niveau de développement humain privent de nombreux PDSL des bienfaits de notre monde globalisé et interconnecté. L'éloignement et l'isolement par rapport aux marchés mondiaux leur imposent des défis de développement très particuliers. La communauté internationale doit prêter une attention toute particulière à ces défis », a rappelé Helen Clark.
 
Mme Clark s'exprimait à l'occasion de la Deuxième Conférence de l'ONU sur les PDSL, qui donnera forme au nouveau programme de développement des 32 pays, dont la moitié en Afrique, pour la prochaine décennie.
 
Du fait de leur position géographique, les pays sans littoral sont subissent des longs délais liés au transport terrestre, aux procédures douanières et de manutention portuaire, qui constituent autant d'obstacles à l'expansion de leurs échanges de biens et de services et à leur croissance économique.
 
Malgré l'amélioration de la valeur de leurs exportations de marchandises de 33 milliards de dollars en 2003 à 224 en 2011, les PDSL représentent moins de 1,2 pour cent des exportations mondiales.
 
De sérieux obstacles en termes d'infrastructures, d'accès à l'énergie et à la connectivité Internet entravent leur capacité de développement. Par exemple, seuls 9 PDSL possèdent plus de 50 pour cent de routes goudronnées alors que leur distance moyenne au port maritime est de 1.370 kilomètres. Ces défis aggravent leur difficulté à investir dans la diversification de leurs économies et à créer une base fiscale leur permettant de financer leurs services administratifs et les services sociaux de base.
 
« Pour réduire la pauvreté et stimuler la croissance, les PDSL doivent baisser les coûts des transactions, renforcer les échanges et les investissements et améliorer leur résilience au changement climatique et aux chocs économiques », a indiqué Helen Clark.
 
Même si les bienfaits de l'intégration sont désormais bien connus et de multiples cadres juridiques mis en place, le plus grand défi reste à savoir comment promouvoir cet agenda. Au nombre des principaux obstacles, l'harmonisation des normes et réglementations, le renforcement des capacités des ressources humaines, la mobilisation des ressources financières et la volonté politique.
 
La conférence de Vienne passera en revue les réalisations du Programme d'action d'Almaty et mobilisera un soutien supplémentaire pour en accélérer la mise en œuvre. Signé en 2003, ce programme visait à créer des partenariats internationaux pour résoudre les problèmes spécifiques inhérents à l'isolement des pays en développement sans littoral et stimuler leurs économies et leur développement.
 
Le PNUD reste un partenaire de longue date des pays pauvres sans littoral, appelant notamment à leur inclusion aux fora internationaux et à les aider à stimuler leur développement à travers les échanges et la réduction de la pauvreté.

###

Le PNUD est le réseau mondial de développement dont dispose le système des Nations Unies. Il prône le changement, et relie les pays aux connaissances, expériences et ressources dont leurs populations ont besoin pour améliorer leur vie Nous sommes présents sur le terrain dans 177 pays et territoires, les aidant à identifier leurs propres solutions aux défis nationaux et mondiaux auxquels ils sont confrontés en matière de développement.

Pour plus d'informations, veuillez contacter :

Nicolas Douillet, Chargé de communication, Bureau régional du PNUD pour l'Afrique, +1.212.906.5937.Nicolas.douillet@Undp.org

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe