PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi Bélarus Bélize Bénin

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République du) Congo (République démocratique du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Croatie Cuba Côte d'Ivoire

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Ghana Guatemala Guinée Guinée équatoriale Guinée-Bissau Guyane Géorgie

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libye Libéria L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Nicaragua Niger Nigéria Népal

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Philippines Programme palestinien Pérou

R

Russie (Fédération de) Rwanda République dominicaine

S

Samoa Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie São Tomé-et-Principe Sénégal

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe

Le PNUD renforce son appui à la gestion budgétaire en Afrique

13 mars 2014

Dakar – Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) formera un large éventail de partenaires au cours de la deuxième phase d’un vaste programme destiné à mobiliser les recettes fiscales et à améliorer la gestion budgétaire en Afrique.

Basé à Dakar, le Pôle « Stratégies de développement et finances publiques » vient en appui technique à 17 pays, et élargira son portefeuille pour englober un grand nombre d’organisations de la société civile, de parlementaires, d’universités et de ministères impliqués dans la prestation de services, notamment par le biais de la formation en ligne. 

Le programme vise à soutenir l’accomplissement des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et s’inscrit dans la préparation de l'agenda de développement post-2015.

« Les interventions de développement effectives sont indissociables de la gestion transparente et inclusive des finances publiques, » a dit Abdoulaye Mar Dieye, Directeur du Bureau régional du PNUD pour l’Afrique.

« Mobiliser et gérer ces ressources de manière adéquate est du ressort d’un grand nombre d’acteurs, bien au-delà des ministères, » a-t-il ajouté. « Il faut soutenir la société civile, les municipalités et les organes de contrôle dans la mise en place et l’exécution de budgets solides. »

La réunion du Comité d’orientation du programme marque le lancement officiel de la deuxième phase, couvrant la période de 2014 à 2017, et discutera de l’intégration des stratégies nationales de développement dans les budgets des Etats et des collectivités locales.

Elle réunit notamment la Banque Mondiale, le Fonds monétaire international, l’Union européenne, l’agence allemande de développement GIZ, ainsi que la France, l’Espagne et le Luxembourg.

L’action du Pôle sur cette période se penchera tout particulièrement sur les pays  en situation de conflit ou en post conflit comme la République centrafricaine ou le Mali, où il adaptera son intervention. Les préoccupations liées à la prise en compte des questions de genre, emploi et changement climatique dans les budgets seront également traitées.

Lors de la première phase, neuf pays ont élaboré, avec le soutien du PNUD, des stratégies nationales de développement. Ceux-ci ont mis en place de nouvelles politiques sectorielles, telles l’éducation et la santé, équipées de meilleurs outils en matière de suivi et d’évaluation et d’exigences de performance.

Au Togo, par exemple, les politiques de l’agriculture, de l’eau et de l’environnement ont été structurées en « budgets programmes » détaillant les coûts, résultats estimés et objectifs de performance pour chaque activité sectorielle. 

L’assistance du PNUD a également servi à démocratiser la gestion des finances publiques en formant les institutions chargées de la surveillance budgétaire, tout en impliquant les organisations de la société civile dans la priorisation des dépenses. 

Ainsi, par exemple, les parlementaires tchadiens et ivoiriens ont reçu des formations sur les réformes des finances publiques et sont en mesure de débattre les budgets sur un pied d’égalité avec le gouvernement.

« Il s’agit non seulement de former les décideurs d’aujourd’hui, mais à appuyer les pays sur la durée, dans le cadre d’une collaboration structurée et formalisée » souligne Laurence Jacquet, Coordinatrice du Pôle. « Dans cette optique-là, le renforcement des capacités des acteurs est un levier essentiel de l’action du pôle. Nous travaillerons de plus en plus avec les centres de formation, les universités pour renforcer les connaissances de nos futurs leaders. »

Grâce au programme, l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar offre désormais un cursus en contrôle fiscal en niveau master, afin de former la nouvelle génération à opérer un meilleur contrôle sur leurs ressources fiscales nationales.

Les partenariats développés avec les centres de formation pour l’utilisation de la plateforme de formation en ligne du Pôle permettront de démultiplier le contenu et l’audience des formations.

Pour plus d'informations, veuillez contacter

Dakar : Ophelie Mussetta, Chargée de Communication, Pôle « Stratégies de Développement & Finances Publiques », Centre régional du PNUD
Tel : (221) 33 869 27 47 ou (221) 78 184 4834
Email : ophelie.mussetta@undp.org 

Dakar : Ngone Sow, Chargée de Communication, PNUD Sénégal
Tél : (221) 33 859 67 10 ou (221) 775699605
Email: ngone.sow@undp.org