PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi Bélarus Bélize Bénin

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République du) Congo (République démocratique du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Croatie Cuba Côte d'Ivoire

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Ghana Guatemala Guinée Guinée équatoriale Guinée-Bissau Guyane Géorgie

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libye Libéria L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Nicaragua Niger Nigéria Népal

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Philippines Programme palestinien Pérou

R

Russie (Fédération de) Rwanda République dominicaine

S

Samoa Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie São Tomé-et-Principe Sénégal

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe

RCA : 500 millions de dollars mobilisés pour l'aide humanitaire

20 janv. 2014

©UNHCR

Bruxelles/New YorkLa communauté internationale a annoncé qu'elle mobiliserait 500 millions de dollars pour financer les besoins humanitaires en République centrafricaine (RCA), tandis que la première femme présidente du pays, Catherine Samba-Panza, endosse son poste ad interim.

Face à l'escalade de la violence en République centrafricaine (RCA), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a appelé la communauté internationale à éviter que le conflit n'enfonce davantage le pays dans le dénuement et la pauvreté. 

Des représentants de haut niveau des gouvernements donateurs, dont la France et les États-Unis, mais aussi de l'Union africaine et de l'Union européenne, se sont réunis aujourd'hui à Bruxelles pour trouver une solution à la récente violence sectaire qui a fait près d'un million de déplacés. On estime que 2,2 millions de personnes, près de la moitié de la population, ont besoin d'aide humanitaire, et que 1,1 million sont touchées par des pénuries alimentaires liées aux combats.

Le système des Nations Unies et ses partenaires humanitaires ont appelé à mobiliser 548  millions de dollars pour l'envoi immédiat de secours humanitaire. De leur côté, les représentants du PNUD ont prévenu que l'urgence humanitaire pourraient ne constituer que le sommet de l'iceberg si la réponse à cette crise n'inclut pas des mesures visant à sauvegarder les acquis du pays en matière de développement. 

« Les répercussions des violences en cours en République centrafricaine se feront sentir des décennies après la destruction des vies, des sources de revenus, des communautés, des institutions et des infrastructures », a prédit Helen Clark, Administrateur du PNUD.   

« S'il est essentiel de satisfaire les besoins humanitaires immédiats, nous demandons aussi à la communauté internationale de soutenir les efforts de réconciliation, ainsi que les efforts visant à rétablir la confiance, rebâtir les institutions publiques et créer des emplois pour aider la population à se relever au plus vite. La remise du pays sur la voie du développement doit aussi être une priorité. »

La RCA est classée cinquième des pays les plus pauvres, avec une espérance de vie moyenne de 49 ans seulement, un taux de mortalité maternelle de 890 pour 100 000 naissances en 2013 et un taux de mortalité infantile proche des 16 pour cent chez les moins de 5 ans, en 2010. Le conflit a exacerbé cette pauvreté et ces souffrances persistantes. La violence a ébranlé les sources de revenus pour 96 pour cent de la population, indique une enquête récente. 

Pour le PNUD, investir dès maintenant dans la résilience, le relèvement et les initiatives de développement à long terme est un gage de paix durable pouvant, à terme, aider la communauté internationale à économiser des millions en aide humanitaire. 

Le PNUD a dévoilé aujourd'hui à Bruxelles son programme biennal de réponse à la crise dans le cadre des activités générales de l'ONU. Dans un premier temps, le PNUD demande 9,5 millions de dollars pour aider à la stabilisation des communautés les plus touchées. 

Le PNUD prévoit notamment de réhabiliter les infrastructures endommagées, telles que les réservoirs d'eau, les égouts, les ponts et les dispensaires locaux, mais aussi de créer des emplois d'urgence et d'allouer des prêts pour permettre d'octroyer des moyens de subsistances aux communautés affectées 

Le PNUD projette en outre de diffuser des émissions de radio visant à promouvoir la tolérance et à amener la population à renoncer à la violence, mais aussi de protéger les femmes et les filles et de mettre en place des systèmes de médiation de conflits  dans les villages.

À terme, l'objectif est de mettre sur pied des centres d'assistance judiciaire, des tribunaux itinérants et une unité mobile composée de juges, de policiers et de gendarmes, chargée de juger les crimes et d'enquêter sur les violations des droits de l'homme.

Pour plus d'information, veuillez contacter

Nicolas Douillet, Spécialiste en communication, Bureau régional pour l'Afrique, PNUD, One United Nations Plaza, New York, USA, Tél : +1 (212) 906-5937, nicolas.douillet@undp.org

Damian Kean, Spécialiste en communication, Bureau de la prévention des crises et du relèvement, PNUD, One United Nations Plaza, New York, USA, Tél : +1 212 906-6871, damian.kean@undp.org