Le PNUD en tête des organisations multilatérales pour la transparence de l’aide au plan mondial

23 oct. 2013

New York - Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) est en tête des organisations multilatérales en matière de transparence de l’aide, d’après un classement mondial de premier plan publié aujourd’hui.

L’Indice 2013 de la transparence de l’aide de Publish What You Fund salue le PNUD pour ses « ambitieux » efforts en matière de publication d’informations cette année. Au classement général, l’organisation se place quatrième sur les 67 grands donateurs évalués à travers le monde.

« Le PNUD mérite d’être félicité pour les améliorations considérables qu’il a apportées à ses publications dans le cadre de l’Initiative internationale pour la transparence de l'aide (IITA) et pour avoir révisé de façon ambitieuse son calendrier de mise en œuvre, avec notamment des plans pour publier 88 pour cent des domaines repris par l’IITA », expliquent les auteurs du rapport.

L’IITA a défini des références communes pour la divulgation d’informations plus actualisées, plus exactes et plus complètes sur l’aide. Flux financiers, budgets, résultats, emplacements, calendriers et documents de projet sont repris dans une base de données en ligne qui suit la façon dont l’aide est dépensée. Non seulement la responsabilité des pays donateurs s’en trouve accrue, mais cela permet aux pays en développement de mieux aligner l’assistance des donateurs sur leurs priorités et budgets nationaux, et d’ainsi en maximiser l’efficacité.

Plus de 170 pays, agences onusiennes, banques multilatérales et ONG représentant 76 pour cent de l’aide au développement officielle publient leurs informations sur le site de l’IITA et une vingtaine de pays récipiendaires ont approuvé l’initiative.

Le PNUD, l’un des tout premiers signataires de l’IITA, a commencé à publier conformément à ces directives mondiales en novembre 2011. Depuis, il a toujours souscrit, voire dépassé, les normes internationales en matière de transparence. Il a récemment lancé un site (open.undp.org) qui décrit en détail plus de 6 000 de ses projets de développement dans 177 pays et territoires et publie pour plus de 5,8 milliards de dollars de données sur ses projets.

« La transparence est au cœur de notre travail, souligne Helen Clark, Administrateur du PNUD. Le PNUD s’est engagé depuis longtemps en faveur de la responsabilité et s’efforce d’utiliser les ressources qui lui sont confiées de la manière la plus efficace et la plus transparente possible. »

Cet engagement soutenu en faveur de la transparence a valu au PNUD d’être nommé à la tête du Secrétariat de l’IITA au mois de septembre. Présidant un consortium qui regroupe le Bureau des Nations Unies pour les services d'appui aux projets (UNOPS), le Ghana, la Suède et l’ONG Development Initiatives, basée au R.-U., le PNUD profitera de sa présence considérable dans 177 pays et territoires pour continuer d’améliorer la transparence de l’aide internationale. Le Secrétariat a déjà entrepris des initiatives pilotes dans les pays en développement pour tester les bénéfices qu’on peut tirer de l’IITA sur le terrain.

« Ce nouveau rôle place le PNUD à la pointe des initiatives internationales pour accroître la transparence en matière de coopération au développement, notamment celles qui visent à élargir les normes communes de l’IITA pour la divulgation d’informations sur la façon dont l’aide est dépensée », affirme Helen Clark.

En 2013, le PNUD a commencé à divulguer les rapports de ses audits internes et a publié des rapports trimestriels en lieu et place du rapport budgétaire annuel. Ceux-ci détaillent les activités et les cadres de résultats en se fondant sur des  données géographiques infranationales.

Depuis l’actualisation de sa Politique sur la publication d’informations, le PNUD est devenu, avec la Banque européenne d’investissement,  l’une des plus importantes organisations multilatérales mis à l’honneur par l’IITA.

Contact information

Mark Cardwell, mark.cardwell@undp.org; Tel.: +1 212 906 5385

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe