Le football réunit le président de Bolivie et des dignitaires pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes

26 sept. 2013

imageLe président de Bolivie, Evo Morales, (centre); l’Administratrice associée du PNUD Rebeca Grynspan (droite); le Directeur du PNUD pour l’Amérique latine et les Caraïbes Heraldo Muñoz. Photo: Fabrice Grover / PNUD

New York – Le président de Bolivie, Evo Morales, de hauts dignitaires et des ambassadeurs auprès des Nations Unies ont fait un temps d’arrêt, en marge de l’Assemblée générale, pour jouer un match de football en appui de la campagne du Secrétaire général Tous unis pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes.

Vêtus de bleu, couleur du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ou d’orange, celle de la campagne Tous unis, plus de 20 dignitaires (dont le ministre des Affaires étrangères de l’ex-République yougoslave de Macédoine Nicola Poposki et deux femmes parlementaires de Norvège Karin Andersen  et Lene Vågslid) s’étaient donnés rendez-vous sur le terrain de football de Roosevelt Island, non loin du siège de l’ONU. L’ambassadeur d’Autriche auprès des Nations Unies et des diplomates de Bosnie-Herzégovine, du Brésil, du Lichtenstein et des États-Unis avaient également fait le déplacement.

La rencontre s’est soldée par une victoire de l’équipe en uniforme orange de Poposki et Vågslid, qui l’a emporté sur un score de 7 buts à 6.

« Le foot est une passion universelle et un moyen formidable de mobiliser les esprits et de faire comprendre que ‘‘un homme, un vrai, ne frappe pas une femme’’ », a déclaré le Directeur du PNUD pour l’Amérique latine et les Caraïbes Heraldo Muñoz, organisateur du match et capitaine de l’équipe orange. Il a cité des statistiques accablantes dans la région, où deux femmes sur trois ont subi des violences domestiques à un moment de leur vie.

« Leadership et volonté politique sont indispensables pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes. Les instances gouvernementales doivent montrer l’exemple, en pratiquant la tolérance zéro pour toutes les formes de violence sexiste, et ils doivent adopter et faire respecter des lois punissant toutes les formes de violence contre les femmes et les filles, conformément aux normes internationales relatives aux droits de l'homme », a expliqué l’Administratrice associée du PNUD Rebeca Grynspan.

Accompagnée de Lakshmi Puri, Directrice exécutive adjointe d’ONU-Femmes, Mme Grynspan a donné le coup d’envoi du match avec un SOCCKET, un ballon qui produit de l’électricité lorsqu’on tape dessus et permet de charger des lampes et des téléphones mobiles. Elle a ainsi appelé à trouver des solutions innovantes pour donner accès à l’énergie durable pour tous.

« Saisissons cette opportunité pour marquer un but contre la violence et en faveur des droits de la femme et de l’égalité des sexes, a déclaré Mme Puri. Un but qui peut apporter des changements réels et transformateurs dans la vie des femmes et amener des progrès durables dans le contexte des objectifs du Millénaire pour le développement et du Programme de développement pour 2015 et après. »

Au plan mondial, quelque 50 pour cent des agressions sexuelles ont pour victimes des jeunes femmes et jeunes filles de moins de 16 ans. Plus de la moitié des 25 pays ayant le taux le plus élevé de meurtres de femmes (fémicides) se trouve en Amérique latine et dans les Caraïbes, d’après le rapport 2012 Small Arms Survey. En 2011, près de 650 femmes ont été assassinées en El Salvador, 375 au Guatemala. Le fémicide est la deuxième cause de décès chez les femmes de 15 à 49 ans au Honduras. De plus, il bénéficie de l’un des taux les plus élevés d’impunité dans la région.

Les Nations Unies collaborent avec les instances gouvernementales, les parlements et des organisations de la société civile en Amérique latine et dans les Caraïbes pour formuler des lois et mettre en œuvre des politiques qui garantissent l’égalité des sexes et les droits de la femme. Suite à une initiative de l’ONU, la région va bientôt adopter un Protocole régional pour enquêter sur les décès sexistes.

Contacts

PNUD: Carolina Azevedo, carolina.azevedo@undp.org, Tél: +1 212 906 6127 

ONU-Femmes: Sharon Grobeisen, sharon.grobeisen@unwomen.org, Tél +1 646 781-4753

Pour des photos ou vidéos, veuillez contacter Boaz Paldi, boaz.paldi@undp.org, Tél  +12129066801

Suivez-nous sur les médias sociaux: #matchUNiTE @UNDP  @PNUD_fr @UN_Women @SayNO_UNITE