La technologie, moteur du programme de développement mondial

09 juil. 2013

Londres - Helen Clark, Administrateur du PNUD, s’est exprimée aujourd’hui au sommet Activate à Londres sur les liens entre la technologie et les médias numériques, ainsi que sur le prochain programme de développement.

Dans une interview avant le sommet, Helen Clark a parlé de la participation publique dans la gouvernance et l’élaboration des politiques comme de l’un des facteurs facilitant le développement durable.

« En matière de développement, je suis pour les approches participatives, moteurs de la croissance inclusive, de l’équité et de l’environnement durable. La technologie joue un rôle central, non seulement parce qu’elle permet une large implication dans les questions de développement mais aussi parce qu’elle est l’un des moteurs de celui-ci. »

Helen Clark a donné une interview en ouverture de la conférence sur « Le rôle de la technologie dans la création d’institutions ouvertes et réactives », qui correspond au thème général de l’évènement : « Transformer le monde via l’innovation numérique, la technologie et l’ouverture ».

Le PNUD, acteur clé dans le domaine du développement, se sert de la technologie comme moteur de l’engagement, et du développement en lui-même. Avec le Groupe des Nations Unies pour le développement, le PNUD a lancé une conversation mondiale via les médias sociaux, divers sites web et des réunions en face-à-face, afin d’impliquer chacun dans le processus de développement après 2015.

« À ce jour, plus de 750 000 personnes ont participé dans 194 pays. Les commentaires que nous recevons indiquent que les gens veulent s’occuper des éléments des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) laissés inachevés, s’attaquer aux inégalités, autonomiser les femmes et protéger l’environnement. Ils disent qu’il faut se préoccuper de l’accès à des services comme l’éducation, mais aussi de la qualité de ces services. Ils veulent des instances gouvernementales honnêtes, ouvertes et réactives. La technologie a un rôle à jouer pour y arriver. »

La technologie permet d’élargir le dialogue sur l’élaboration du programme pour l’après-2015 et de dresser un tableau plus clair de ce dont les gens ont besoin pour mener une vie autonome.

Le PNUD se sert aussi de la technologie pour rendre ses opérations plus transparentes et plus performantes : il a publié plus de 50 rapports d’audit depuis janvier et continue de fournir des informations conformément à l’Initiative internationale pour la transparence de l’aide (IITA).

« On peut dire que grâce à la technologie, nous nous dirigeons vers un développement haute définition, car nos communications avec les gens sont d’une telle ampleur que nous obtenons un tableau proche de l’image que donne un écran plat. »

Contact

Stanislav Saling: +1-646-781-4077; stanislav.saling@undp.org