Conflit syrien : le PNUD lance un appel à l’aide

08 juin 2013

image 60 millions de dollars sont nécessaires au PNUD pour poursuivre jusqu’à fin 2013 ses activités de secours humanitaires. Photo: IRIN News Service

New York / Genève – Le conflit en Syrie sape le développement et ses conséquences sont catastrophiques pour la population, mais aussi dans toute la région, affirme le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), qui a lancé un appel humanitaire à hauteur de 4,4 milliards de dollars pour les victimes de la crise.

« Les communautés touchées par le conflit en Syrie et celles qui accueillent les réfugiés en Jordanie et au Liban sont désespérément dans le besoi », a déclaré l’Administrateur du PNUD, Helen Clark.

Le PNUD collabore avec la population syrienne et les communautés d’accueil en Jordanie et au Liban depuis le début du conflit, il y a deux ans. Il a annoncé qu’il avait besoin de 60 millions de dollars supplémentaires pour poursuivre jusqu’à la fin de l’année 2013 ses activités de secours humanitaires, d’aide aux moyens de subsistance et de relèvement rapide dans les trois pays.

« Dans beaucoup d’endroits en Syrie, où les combats ont entraîné l’interruption de services cruciaux pour la survie, nous avons besoin de ressources financières supplémentaires pour continuer à collaborer avec les ONG et les communautés locales», explique Helen Clark. « Il s’agit de réparer les infrastructures de base et d’appuyer des initiatives essentielles pour créer de nouvelles sources de revenus, telles que les emplois d’urgence – surtout pour les groupes les plus vulnérables. »

Les combats ont fait quelque 80 000 morts, environ sept millions de personnes ont besoin de secours humanitaires, le nombre de déplacés atteint plus de quatre millions et 1,6 million de réfugiés ont fui à l’étranger.

Pratiquement tous les secteurs productifs connaissent des perturbations et les services publics ne fonctionnent plus dans beaucoup d’endroits. Plus de la moitié des hôpitaux publics et un tiers des habitations ont été endommagés ou détruits; une école sur cinq a dû fermer. Il y a pénurie de produits de base comme le pain, une eau salubre ou des médicaments de première nécessité.

Les initiatives mises en place en Syrie par le PNUD pour remplacer des biens productifs comme les fournitures de base pour les petites entreprises, ou ses projets visant à rétablir des services comme l’alimentation en eau, les centres de santé et le ramassage des ordures et des débris procurent des revenus aux habitants, notamment aux femmes au foyer, et permettent à certains quartiers de continuer à fonctionner dans la mesure du possible.

Non seulement ces initiatives permettent à ceux que le conflit a mis au bord du dénuement de gagner tant soit peu leur vie, mais elles peuvent aussi atténuer la poursuite des déplacements en aidant les communautés locales à se stabiliser et se relever là où c’est possible.

En Jordanie et au Liban, les projets du PNUD dans les communautés les plus touchées par l’afflux de réfugiés syriens visent à maintenir une certaine stabilité économique en créant des opportunités d’emploi et en collaborant avec les autorités locales pour assurer le maintien de services publics essentiels comme la santé et l’eau.

Mais même si ces problèmes s’avèrent pressants, on ne peut ignorer les conséquences de la crise à moyen et long terme.

« C’est maintenant qu’il faut agir pour aider le Liban et la Jordanie à préserver les acquis du développement tout en évaluant les effets de la crise syrienne afin d’en atténuer l’impact à moyen et long terme », a ajouté la directrice du Bureau régional du PNUD pour les États arabes, Mme Sima Bahous, lors du lancement de l’appel de fonds.

Pour plus d'informations

Joyce De Pina, PNUD New York, +1 212 906 5698 ; joyce.depina@undp.org
Noeman AlSayyad, PNUD le Caire, +20 2 2453 5603 ; noeman.alsayyad@undp.org