TICAD V : Autonomisation des femmes et égalité des sexes en Afrique au centre des débats

31 mai 2013

image Une mère et ses enfants auprès de leur bétail à Rumbek, Sud Soudan. Le rapport issu des discussions du panel permettra au PNUD, au Japon et aux autres parties prenantes de réorienter leurs politiques et actions vers l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes en Afrique. Photo : Brian Sokol

Yokohama – Ce dimanche, à l'occasion de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD V), un panel de haut niveau modéré par Helen Clark, Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) débattra de l’enjeu de l'égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes pour stimuler le développement en Afrique.

Des directeurs d'agences de l'ONU, des chefs d'État africains, ainsi que le ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida, identifieront les actions prioritaires pour réduire les inégalités entre les sexes et placer l'égalité homme-femme au cœur du programme de développement en Afrique pour l'après-2015.

Le panel réfléchira aux pratiques permettant de relever des défis tels que la santé maternelle, la sécurité alimentaire, les violences sexuelles et les obstacles à l'autonomisation économique, juridique et politique des femmes, mais aussi à leur participation au renforcement de la paix.

Les questions de genre constituent également une dimension incontournable des politiques environnementales et énergétiques, notamment en matière de changement climatique, en raison du rôle des femmes dans l'agriculture (elles constituent près de 50 pour cent de la main-d'œuvre en Afrique subsaharienne, voire plus dans certains pays) et la collecte de combustible et de ressources naturelles pour l'alimentation.

Lors de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio +20 de juin 2012, les dirigeants du monde entier ont affirmé que l'égalité des sexes et la participation des femmes « revêtent une grande importance pour mener une action efficace dans tous les domaines du développement durable ».

« Une des mesures les plus importantes que les États peuvent prendre pour stimuler le progrès consiste à garantir et à améliorer les droits et opportunités politiques, économiques et sociaux des femmes. L'Afrique a réalisé une croissance économique notable au cours des dernières années. Pour perdurer, cette croissance doit être inclusive et se traduire par une amélioration concrète de la vie des femmes, des hommes et des enfants », a déclaré Helen Clark.

Le PNUD promeut l'égalité des sexes en tant qu'objectif de développement, mais aussi en raison de son effet catalyseur sur le développement en général.

L'élimination des disparités entre les sexes dans l'éducation, par exemple, accélère l'éradication de la faim et améliore la santé infantile et maternelle, car l'information éclaire les choix des femmes et des filles éduquées en matière de planning familial, de nutrition, de santé et d'éducation.

Les recherches préliminaires menées dans le cadre du dernier Rapport sur le développement humain du PNUD indiquent que, pour la survie de l'enfant, le niveau d'éducation de la mère compte plus que le revenu du ménage

Si l'égalité des sexes est indissociable de la réalisation du développement humain, il est également établi qu'il existe des liens entre égalité des sexes, croissance et développement durable.

D'après les estimations de la Banque mondiale, l'élimination de la discrimination envers les femmes dans certains secteurs professionnels peut augmenter la productivité de 25 pour cent. De même, l'égalité de chances d'accès aux ressources agricoles et au crédit peut influer de façon spectaculaire sur la sécurité alimentaire et la croissance économique en général.

La FAO indique qu’à accès égal aux moyens de production, les femmes peuvent accroître les rendements de leurs champs de 20 à 30 pour cent et améliorer la production agricole des pays en développement de 2,5 à 4 pour cent.

Le rapport issu des discussions du panel, prévu ce dimanche 2 juin dans le cadre de la TICAD V, permettra au PNUD, au Japon et aux autres parties prenantes de réorienter leurs politiques et actions vers l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes en Afrique. 

La TICAD est un sommet sur le développement de l'Afrique co-organisé par le Gouvernement du Japon, les Nations Unies, la Banque mondiale, le PNUD et la Commission de l'Union africaine. 

La TICAD V aura lieu du 1er au 3 juin 2013 à Yokohama au Japon. Ses objectifs seront de promouvoir un dialogue politique de haut niveau entre les dirigeants africains et leurs partenaires et de mobiliser un soutien en faveur des initiatives africaines de développement.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Toshiya Nishigori, Spécialiste en affaires publiques, PNUD Japon
Mobile : (+81) 90 7200 3295 / Tel: (+81) 3 5467 4751  E-mail: toshiya.nishigori@undp.org
 
Christina LoNigro, Attachée de presse et conseillère en communication auprès de l'Administrateur
Mobile: (+1) (917) 607 9446 / Tel:   (+1) (212) 906 5301  E-mail: christina.lonigro@undp.org

Suivre sur Twitter :  #TICAD and @PNUD_fr