Un nouveau projet du PNUD cible l’inégalité des sexes en Afghanistan

16 nov. 2012

imageLa ministre afghane de la condition féminine, Hussn Banu Ghazanfar et l'Administratrice associée du PNUD, Rebeca Grynspan, signe un nouveau projet pour l’égalité entre les sexes, à Kaboul. (Photo: PNUD)

Kabul — Lors d’une visite de deux jours en Afghanistan cette semaine, l’Administratrice associée du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Rebeca Grynspan, a lancé un projet de 30 millions de dollars ayant pour objectif de promouvoir l’égalité des sexes en améliorant l’accès des femmes aux services juridiques et aux opportunités économiques, ainsi qu’en appuyant le ministère de la condition féminine dans ses efforts pour améliorer la situation des femmes dans le pays.

Au cours d’une réunion avec la ministre afghane de la condition féminine, Hussn Banu Ghazanfar, et avec certaines représentantes d’associations de femmes en Afghanistan, Mme Grynspan a eu l’occasion d’entendre les préoccupations des femmes dans ce pays déchiré par les conflits.

Au nombre des premières préoccupations des Afghanes figurent l’amélioration de la sécurité et la protection juridique contre les violences et la discrimination. Les opportunités économiques, la participation à la vie politique et l’amélioration de l’accès à l’éducation et aux autres services communautaires fondamentaux occupent également une place prioritaire à l’ordre du jour.

Les représentantes de la société civile ont exprimé leur désir de jouer un rôle plus actif dans les pourparlers de paix, mais elles doivent améliorer leurs aptitudes en matière de négociation. Par ailleurs, beaucoup craignent que la question de l’instauration et de la préservation de la paix en Afghanistan s’avère considérablement plus ardue que celle de la conclusion d’un accord de paix. Les femmes s’inquiètent également de ce que les compromis consentis dans le cadre du processus actuel d’élaboration de la paix puissent mener à un retour en arrière quant au respect de leurs droits.

« Nous ne pouvons pas nous permettre de renoncer aux progrès que nous avons déjà réalisés », affirme Mme Ghazanfar.

Sur le sujet des prochaines élections prévues pour 2014, une représentante a déclaré sa fierté de voir la forte proportion de femmes parlementaires (la Constitution établissant un quota de 25 % pour la représentation féminine au parlement) mais elle a noté que la représentation des femmes devait aussi être renforcée à d’autres niveaux de la société, et s’accompagner d’une participation active des femmes au processus électoral.

« Chaque fois que nous détournons les yeux, la participation politique des femmes diminue; nous devons donc faire preuve de vigilance », souligne Mme Grynspan.

La protection juridique représente une autre priorité. Les statistiques indiquent un accroissement de la violence à l’égard des femmes au cours de l’année écoulée. En s’appuyant sur les acquis obtenus à ce jour, le nouveau projet vise à élargir l’accès aux services juridiques dans chacune des 19 provinces afghanes à 5 500 femmes victimes de violence sexiste. En outre, il prévoit d’établir 52 centres d’aide juridique et de dispenser 40 sessions de formation pour les dirigeants religieux, les juges et les personnels de police afin de les sensibiliser à la problématique hommes-femmes.

Ces services sont complétés par des activités soutenues par le Fonds d’affectation spéciale pour l’ordre public en Afghanistan, administré par le PNUD, qui finance également l’apport d’une aide juridique aux victimes de la violence sexiste. On compte aujourd’hui 33 unités d’intervention familiale opérationnelles dans tout le pays et 50 unités supplémentaires devant être établies sous peu. Ces unités sont dotées d’un personnel de police principalement féminin, recruté avec l’appui du Fonds d’affectation spéciale. À ce jour, 1 400 femmes ont été recrutées dans les rangs de la Police nationale afghane, dans le cadre d’un effort général visant à renforcer leur formation et à assurer le paiement régulier des salaires à près de 140 000 employés de police dans le pays.

« La complémentarité de ces deux programmes est important, » a noté Mme Grynspan, « car on peut ainsi intégrer de plus en plus de femmes dans la lutte contre la violence. »

La création d’opportunités économiques pour les femmes est un autre objectif important à l’ordre du jour. Grâce au nouveau projet en faveur de l’égalité des sexes, des appuis seront apportés chaque année à quelque 300 femmes entrepreneurs pour les aider à établir leur propre entreprise. Près de 1 000 entreprises seront ainsi créées par des femmes d’ici 2015; il n’en existe actuellement que 458 en Afghanistan, selon les statistiques officielles.

« Avoir un revenu c’est être respectée », a déclaré l’une des représentantes des associations de femmes.

Le nouveau  projet en faveur de l’égalité des sexes encadrera les femmes entrepreneurs tout au long du processus d’établissement de leur entreprise, ce qui contribuera à renforcer leur situation au sein de leur communauté.


Pour plus d’informations, veuillez vous adresser à :

 

En Afghanistan : trygve.olfarnes@undp.org, Tél.: +93 (0) 791903094