Un partenariat piloté par le PNUD dévoile les clés du succès de projets communautaires de développement durable

16 oct. 2012

Hyderabad, Inde — L’Initiative Équateur, un partenariat piloté par les Nations Unies qui récompense tous les deux ans, avec le Prix Équateur, des initiatives locales de développement durable, a présenté une série de 127 études de cas et d’enseignements de l’expérience, soulignant les éléments clés de la réussite de plusieurs projets communautaires de développement.

« Les gens s’intéressent aux raisons du succès de ces initiatives et au travail extraordinaire de ces communautés, qui en gérant des ressources naturelles, parviennent à trouver des moyens de sortir de la pauvreté. Ils veulent savoir quels enseignements le PNUD a tirés de son action à leurs côtés », explique Veerle Vandeweerd, Directrice du Groupe environnement et énergie du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). « Aujourd’hui, nous répondons à cette demande », ajoute-t-elle.

Les études de cas décrivent en détail les travaux des lauréats du Prix Équateur, qui proposent chacun des mesures innovantes à l’échelle locale pour faire face aux défis liés à la pauvreté, à la dégradation de l’environnement et au changement climatique. Elles s’accompagnent d’un ouvrage, The Power of Local Action: Lessons from 10 years of the Equator Prize (en anglais uniquement) qui dresse une liste des enseignements et des meilleures pratiques tirés de ces initiatives.

Ces documents ont été présentés à l’occasion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique qui s’est tenue à Hyderabad, en Inde. Cette conférence, qui réunissait des dirigeants du monde entier, avait pour mission de négocier les détails d’une feuille de route pour la protection la biodiversité.  

Parmi les projets novateurs faisant l’objet d’une étude de cas, citons:  

  • Shidhulai Swanirvar Sangstha, une organisation basée au Bangladesh, qui gère un ensemble d’écoles, de dispensaires de soins et de centres de formation flottants et alimentés à l’énergie solaire avec pour objectif d’offrir des services aux communautés démunies vivant à proximité des cours d’eau, dans des zones inondables.
  • Guassa-Menz Community Conservation Area une initiative lancée en Éthiopie, qui a réintroduit des pratiques traditionnelles de gestion des prairies naturelles pour créer des emplois et protéger des espèces menacées de loups et de babouins.
  • The Talamanca Initiative un partenariat au Costa Rica ayant développé un modèle agricole biologique et axé sur la conservation des ressources naturelles, qui a eu un impact considérable sur l’économie et le paysage à l’échelon local. 

Le Prix Équateur, qui est parrainé par plusieurs lauréats du Prix Nobel, d’anciens chefs d’État et des personnalités telles que Sir Richard Branson, le philanthrope Ted Turner, l’acteur Edward Norton et le mannequin Gisele Bündchen, permet de promouvoir des solutions innovantes, qui donnent aux communautés locales vivant en zone équatoriale la possibilité de conjuguer l’agriculture et le développement économique avec la protection de la biodiversité et de l’environnement.

Il récompense des organisations de terrain qui œuvrent pour donner aux communautés les moyens de participer au développement local dans le respect de l’environnement, par le biais de mesures telles que la gestion communautaire de forêts, la pêche artisanale, la protection de la faune, les banques de semences ou le recours à des énergies et à une gestion des ressources en eau durables.

La base de données d’études de cas de l’Initiative Équateur est accessible ici et la publication: Le pouvoir de l'action locale: Leçons tirées des 10 ans du Prix Équateur, ici (PDF en Anglais).

L’Initiative Équateur est un partenariat rassemblant l’ONU, des gouvernements, la société civile, des entreprises et des organisations de terrain dans le but de faire progresser les solutions locales en faveur des populations, de l’environnement et des communautés résilientes dans un monde en mutation.

Les partenaires actuels de l’Initiative sont : Conservation International, la Convention sur la diversité biologique, Ecoagriculture Partners, l’université Fordham, le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement, l’Union internationale pour la conservation de la nature, The Nature Conservancy, le ministère des Affaires étrangères du Royaume de Norvège, Rare, le Programme des Nations Unies pour l'environnement, le PNUD et la Fondation des Nations Unies.

Pour de plus d’informations, veuillez contacter

Joseph Corcoran: joseph.corcoran@undp.org.