Déclaration d'Istanbul: vers un avenir équitable et durable pour tous

23 mars 2012

Istanbul, Turquie — Nous, les participants au Forum mondial sur le développement humain, après nous être réunis les 22 et 23 mars 2012 à Istanbul, avançons que le développement durable, basé sur les individus et avec l’équité pour tous, doit être le fondement du progrès mondial. Nous venons de toutes les régions du monde, des gouvernements et des organisations internationales, de la société civile et du secteur privé et du monde universitaire.

Nous sommes unis par notre conviction de la nécessité d’une nouvelle vision englobant les trois dimensions du développement durable – social, économique et environnemental – et mettant les individus au centre du développement.  Ceci demande l’intégration synergique de politiques en matière de développement durable qui soient pleinement cohérentes et complémentaires.

Le développement doit être réalisé avec et pour les individus ; il doit être équitable, intégrateur et guidé par les droits de l’homme. Nous croyons que ceci doit servir de base pour le travail à réaliser lors de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20) à Rio de Janeiro en juin 2012.

Il est temps de redessiner l’agenda mondial en matière de développement. Le monde a besoin d’un engagement renouvelé en matière de développement durable et d’un leadership politique fort pour le mettre en œuvre. Dans ce contexte, les éléments suivants sont d’une importance cruciale :

  1. Il faut une vision adoptée au niveau mondial, qui conjugue croissance équitable et durabilité environnementale et qui soit enracinée dans des valeurs universelles et dans une justice sociale mondiale. Elle doit inclure un accent marqué sur l’inclusion sociale, la protection sociale et l’équité - en reconnaissance du fait que le développement économique a trop souvent été accompagné de dégradations environnementales et d’une augmentation des inégalités. A Istanbul nous avons débattu de cette vision, telle qu’elle est présentée dans le rapport du Groupe de haut niveau sur la viabilité mondiale mis en place par le Secrétaire Général des Nations Unies et dans le Rapport sur le Développement humain du PNUD.
  2. Il faut des ressources supplémentaires pour financer des solutions innovantes pour répondre aux problèmes d’aujourd’hui afin d’assurer un développement plus durable et équitable. L’aide officielle au développement demeure une ressource importante et doit être utilisée de manière efficace. Une approche coordonnée en faveur de la mobilisation du capital mondial et des ressources locales est indispensable pour résoudre les problèmes environnementaux et sociaux à l’échelle de la planète. De nouveaux partenariats, y compris avec le secteur privé et la société civile, peuvent augmenter les ressources et contribuer à une meilleure vie pour les populations actuelles et les générations à venir.
  3. Les femmes représentent la moitié de la population mondiale. L’autonomisation des femmes et l’amélioration de leurs chances par le biais de l’accès à l’éducation, aux soins de santé, aux services de base et à leur participation à la main d’œuvre sont des objectifs essentiels.  La promotion de leur participation plus large aux processus de prise de décision est également vitale pour des efforts de développement durable.
  4. Une bonne gouvernance est essentielle au développement durable, que ce soit aux niveaux mondial, régional, national et local. Les Nations Unies ont un rôle vital à jouer en faisant participer tous les acteurs de la société et en soutenant les capacités nationales en matière de conception et de mise en œuvre de stratégies exhaustives dans le domaine du développement durable.

Tandis que nous travaillons tous ensemble à la création de ce « nouveau contrat », nous reconnaissons que la croissance économique et la création de richesses doivent être intégratrices, créer de nouveaux emplois décents et réduire la pauvreté. Les bénéfices doivent être étendus à tous les individus dans la société. Il faut également  défendre et promouvoir le droit de tous à un environnement propre et sûr  et à un bon niveau de vie par le biais de l’utilisation de contrats sociaux basés sur les droits et de l’expansion de la protection sociale incluant la dimension environnementale.

Il faut apporter quelques ajustements aux modèles actuels de production et de consommation pour donner aux générations  futures (au moins) les mêmes chances de développement qu’à la génération actuelle. Ces ajustements demanderont des transformations structurelles.

Nous reconnaissons également l’importance et le pouvoir de la mesure. Nous ne pouvons gérer que ce qui est mesurable. Par ailleurs, ce que nous mesurons joue sur ce que nous faisons. Par conséquent il est vital que nous mesurions les progrès en matière de développement durable d’une manière plus exhaustive. Il faut des mesures qui aillent plus loin que celle du PIB pour refléter le développement humain, et qui soulignent des moyens durables et des résultats équitables. Nous demandons un plus grand soutien à l’égard du travail en cours au niveau mondial, aux Nations Unies et ailleurs, afin d’élaborer et d’utiliser des mesures des progrès plus adaptées et afin que les pays et les communautés collectent les données les plus pertinentes.

Nous accueillons favorablement les recommandations du Groupe de haut niveau sur la viabilité mondiale mis en place par le Secrétaire Général des Nations Unies et du Rapport mondial sur le Développement humain 2011 sur la Durabilité et l’Equité. Et nous notons le besoin de poursuivre les progrès vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement en 2015 tout en continuant à développer un consensus pour un cadre mondial après 2015 qui :

  • Soit universel par nature, et pertinent pour l’ensemble des pays ;
  • Reflète l’intégralité de l’agenda du développement durable, y compris l’importance continue de la réduction de la pauvreté et des inégalités – en particulier pour les pays les moins avancés ;
  • Traite les trois dimensions du développement durable (social, économique et environnemental) et leurs liens ; et
  • Soit basé sur des indicateurs mesurables assurant la promotion d’un contrôle efficace des progrès et réponses aux problèmes.

Nous désirons remercier le gouvernement turc d’avoir accueilli le Forum mondial sur le développement humain 2012.

Adopté lors du Forum mondial sur le développement humain, Istanbul, le 23 mars 2012

Informations supplémentaires

A Istanbul: Faik Uyanik, Tel.: +90 312 454 1105, faik.uyanik@undp.org; Deniz Silliler Tapan, Tel: +90 530 580 4357, deniz.tapan@undp.org; Stanislav Saling, +1 917 346 1955, stanislav.saling@undp.org

ANew York: William Orme, Tel.: +1 212 906 6763, william.orme@undp.org