La démocratie est indispensable mais ne suffit pas, selon un rapport du PNUD

23 févr. 2012

image Inscription des électeurs pour les élections présidentielles du 22 février à Sanaa, au Yémen.

Le Caire, Egypte - Le Rapport 2011 sur les défis du développement arabe a fait l’objet d’un débat public rassemblant au Caire des représentants des pouvoirs publics égyptiens, des universitaires et des professionnels du développement.

Le rapport affirme que, malgré la place centrale qu’ils ont occupée dans les révoltes arabes, les enjeux économiques sont moins bien pris en compte que les questions politiques dans le débat public post-révolution entre l’État, la société civile et la communauté internationale. Si les défis économiques, la justice sociale en particulier, ne sont pas correctement abordés, ils risquent d’entraver les progrès des transitions démocratiques des pays arabes.

« Ce rapport ne pouvait arriver à un meilleur moment, alors que la région se trouve à un instant critique de son histoire », constate Paolo Lembo, le responsable du Centre régional du PNUD pour les États arabes. « Il est bien plus qu’une analyse pertinente de l’exclusion sociale, économique et politique en proposant pour les politiques des recommandations spécifiques et concrètes, susceptibles de contribuer de façon significative aux débats – grandissants dans de nombreux pays arabes – sur la façon de définir le futur. »

Au-delà des chiffres, le rapport examine les relations entre les facteurs politiques et socioéconomiques qui sous-tendent les choix de politiques et donc les résultats du développement que ceux-ci entraînent pour le citoyen ordinaire. Il observe que la voie de développement suivie dans le monde arabe n’a pas permis de convertir les richesses naturelles de la région en améliorations durables pour les personnes.

Le rapport attribue ces médiocres résultats à l’influence corruptrice de la recherche de rentes sur le choix des voies de développement et des relations de gouvernance. Les politiques clientélistes en vigueur dans la région affaiblissent les mécanismes de redevabilité mutuelle qui doivent gouverner les relations cruciales entre l’État, le marché et les citoyens.

Le rapport voit une opportunité à saisir dans les transitions démocratiques en cours dans la région. « Les auteurs du rapport ont fait des efforts méritoires pour proposer des options de politiques, à la fois réalistes et pratiques, qui pourraient aider les nouvelles instances à formuler leurs agendas de réformes, commente Abdallah Dardari, conseiller principal du rapport. Nous voulions produire un rapport capable de servir de guide à l’action politique – et non une énième contribution intellectuelle au diagnostic de la situation du développement arabe. »

Afin de répondre à la demande de dignité, de justice sociale et de liberté scandée dans les rues arabes depuis la fin 2010, le rapport soutient que les pays arabes doivent adopter un modèle de développement fondé sur un nouveau contrat social de redevabilité mutuelle, et rejeter le modèle politique d’économie de rente.

Ceci permettrait aux États de devenir plus réactifs et redevables vis-à-vis de leurs citoyens, et à ces derniers de jouer un rôle plus proactif au niveau des questions de société, tout en brisant le schéma pernicieux de la dépendance vis-à-vis de l’État, qui a caractérisé le contrat social arabe.

Le rapport plaide pour la fin des politiques clientélistes et la redéfinition des relations entre l’État et ses citoyens, à travers la création d’un contrat social de redevabilité mutuelle, basé sur une représentation authentique et une fiscalité significative.

Les recommandations pratiques portent sur la mise en place d’une structure politique inclusive et d’un processus de croissance, où l’État tient un rôle pragmatique et de garant du développement, ainsi que sur une attention immédiate à porter aux zones rurales négligées et aux disparités sous-nationales.

Pour plus d’information, veuillez contacter :

Noeman AlSayyad, conseiller régional en communication, Centre régional du PNUD au Caire:
Tél. (+20) 2-2770 2242; Fax. (+20) 2-27 73 6420
E-mail: noeman.alsayyad@undp.org

Khalid Abu-Ismail, conseiller pour les questions de politique économique, de pauvreté et d’OMD, Centre régional du PNUD au Caire:
Tél. (+20) 2-2770 2254; Fax. (+20) 2-27 73 6420  
E-mail: Khalid.Abu-Ismail@undp.org