Un nouveau rapport analyse les perspectives économiques en Afrique

6 juin 2011

Lisbonne — Selon le rapport Perspectives économiques en Afrique, dont l’édition 2011 a été lancée aujourd’hui, les pays africains devraient resserrer leurs liens transfrontaliers afin de tirer pleinement les bénéfices des relations avec leurs partenaires traditionnels et les pays émergents, et ainsi favoriser leur croissance durable et inclusive.

Les économies des pays d’Afrique ont surmonté la crise mondiale relativement bien et ont même amorcé une reprise en 2010. Toutefois, les récents événements politiques en Afrique du Nord et les prix élevés des produits alimentaires et pétroliers auront vraisemblablement pour effet de ralentir la croissance du continent à 3,7 % en 2011. Pour l’année en cours, l’Afrique subsaharienne va croître plus rapidement que l’Afrique du Nord. Par ailleurs, le nouveau rapport prévoit une reprise à 5,8 % en 2012.

« L’Afrique connaît une croissance, mais des risques sont présents. Il faut porter de toute urgence une attention à la stimulation d’une croissance inclusive, à l’amélioration de la redevabilité politique et aux effets de l’explosion démographique », déclare Mthuli Ncube, Économiste principal et Vice-président de la Banque africaine de Développement (BAD).

Rédigé conjointement par la Banque africaine de Développement (BAD), le Centre de Développement de l’OCDE, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), le rapport souligne que les efforts des gouvernements doivent comprendre des mesures visant à la création d’emplois, à l’investissement dans des services sociaux de base et dans la promotion de l’égalité des genres.

«Si l’on veut s’assurer que les plus vulnérables ne soient pas laissés pour compte, il est fondamentalement important d’accorder la priorité à la santé, à l’éducation et aux services de base », déclare Pedro Conceição, Économiste principal au Bureau régional du PNUD pour l’Afrique. Selon le rapport, la seule croissance économique ne suffira pas au développement humain. La croissance doit être aussi étendue que possible afin de réduire les forts niveaux d’inégalité qui prévalent.

Le rapport fait cependant ressortir que les nouvelles voies de coopération créées entre l’Afrique et les pays émergents sont prometteuses. « De nouveaux partenaires amènent de nouvelles opportunités aux pays africains. Pour tirer pleinement les bénéfices de cette nouvelle situation, il est impératif que les priorités nationales de développement et les objectifs en matière d’échanges, d’aide et d’investissements soient clairement définis », ajoute Mario Pezzini, Directeur du Centre de Développement de l’OCDE.

L’Afrique est en train d’accroître son intégration dans l’économie mondiale et de diversifier ses partenariats, ce qui révèle des opportunités sans précédent. En 2009, la Chine a dépassé les États-Unis et est devenue le principal partenaire commercial de l’Afrique ; par ailleurs, la part des échanges de l’Afrique avec les pays émergents a sensiblement augmenté au cours des dix dernières années, passant de 23 % à 39 %. Les cinq pays émergents partenaires de l’Afrique les plus importants sont dorénavant la Chine (38 %), l’Inde (14 %), la Corée (7,2 %), le Brésil (7,1 %) et la Turquie (6,5 %).

Le rapport fait encore ressortir que quoique, dans leur ensemble, les partenaires traditionnels assurent encore la plus grande partie des échanges commerciaux (62 %), de l’investissement (80 %) et de l’aide publique au développement (90 %) de l’Afrique, les économies émergentes sont en mesure de fournir le savoir-faire, les technologies et les expériences de développement supplémentaires nécessaires au relèvement du niveau de vie de millions de personnes vivant sur le continent.

La priorité accordée aux personnes doit aller de pair avec les efforts à consentir pour accélérer la coordination et l’intégration régionales. Les accords commerciaux qui bénéficient au continent dans son intégralité, qui permettent de tirer pleinement parti des activités du secteur privé et qui stimulent les perspectives d’investissement au niveau régional constituent la voie à suivre.

« Une course pour attirer les montants d’investissement et d’aide les plus importants à n’importe quel prix auprès des partenaires des pays émergents devrait être évitée », déclare Emmanuel Nnadozie, Directeur du Développement économique de la CEA. « L’Afrique doit progresser davantage en matière d’intégration régionale et de développement de ses marchés, afin que le pouvoir de négociation des pays du continent puisse s’améliorer et que sa croissance économique s’accélère ».

Bien qu’une plus grande diversification de ses partenariats soit susceptible de bénéficier à l’Afrique, la spécialisation excessive en matières premières non-transformées, le poids de la dette et les problèmes de gouvernance demeurent d’importants défis à relever. Le rapport recommande que, pour surmonter ces défis, les pays africains adoptent des politiques de développement qui promeuvent un large éventail de secteurs d’activités et qui réduisent leur dépendance de produits de base tels que les cultures de rente et les minéraux.

Contacts

ADB:
Pénélope Pontet
p.pontetdefouquieres@afdb.org
T: +216 71 10 12 50 (Tunis)
M: +216 24 66 36 96  

OECD Development Centre:
Elodie Masson
elodie.masson@oecd.org-
T: +33 (0)1 45 24 8296 (Paris)
M: +33 (0)6 01 48 43 36

UNDP:
Sandra Macharia
sandra.macharia@undp.org
T: +1.212.906.5377 (New York)

UNECA:
Yinka Adeyemi
yadeyemi@uneca.org
T: +251 11 544 3537 (Addis Ababa)

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe