Sierra Leone : un futur sans Ebola pour les personnes handicapées

24 févr. 2015

De nombreuses personnes souffrant de handicaps sont obligées de jouer des coudes pour trouver de l’argent dans les rues en Sierra Leone. Ces contacts physiques les exposent dangereusement au virus Ebola. Photo PNUD Sierra Leone

Freetown, Sierra Leone - Un groupe de jeunes en fauteuil roulant dévale une rue animée en se frayant un chemin entre les voitures pour quelques leones (monnaie locale). Ils ne collectent que très peu d’argent, et ces sommes diminuent de plus en plus au fur et à mesure que la crise causée par Ebola les repousse en marge de la société.

« Changer un pneu coûte 70 (mille leones) et acheter une nouvelle bicyclette 250, » déclare David Mgani, l’une des 70 personnes vivant dans un village de tentes temporaires qui a déjà dix ans, situé dans une espace bombardé au centre de Freetown.

Cela prend des jours et même des semaines pour gagner l’argent qui permettra de réparer les fauteuils roulants, sans parler d’en un acheter un neuf qui coûte environ 50 USD.

Entre-temps, la communauté surnommée HEPPO, ou l’Help Empower Polio People Organisation (Organisation qui aide les personnes ayant contracté la polio à devenir autonomes), pratique autant que possible le partage entre ses membres, notamment le nombre limité de fauteuils roulants ou de béquilles.

Ceux qui ne disposent pas de fauteuils roulants pendant la journée se traînent sur le sol, risquant ainsi de se blesser, de souffrir d’hématomes et de contracter des infections.

En Sierra Leone, on estime que 300 000 personnes souffrent de handicaps ; parmi celles-ci les 200 000 qui ont survécu à la poliomyélite se retrouvent maintenant avec des membres tordus et une mobilité réduite.

Repoussées vers les franges de la société, ces personnes ont créé des camps et des bâtiments dans tout le pays, et sont obligées de mendier pour survivre.

« Le fait qu’elles soient rejetés par leur famille, par la société, implique qu’elles vivent dans des maisons délabrées et en groupes, ce qui les expose à des risques élevés d’infection », a expliqué Haidatou Diallo, principal responsable du Programme One Family People.

Dans le cadre de l’initiative du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) qui vise à  atteindre les communautés les plus vulnérables, Diallo a diffusé aux personnes souffrant de handicaps des messages de prévention contre Ebola.

À ce jour, aucune mort liée à Ebola ou aucun cas d’Ebola n’ont été enregistrés dans les communautés soutenues par le PNUD/One Family People.

Selon Diallo, c’est le fait de savoir comment le virus se transmettait et ce qu’il fallait faire pour l’empêcher de se propager qui a permis d’obtenir un tel résultat. Dans des conditions de promiscuité, une infection causée par le virus Ebola aurait été catastrophique pour les personnes qui dépendent du toucher pour survivre.

Wenger Komba un des résidents munis de deux demi-cercles de bois robustes claque le sol, évitant ainsi que ses mains touchent la saleté. Il se déplace plus facilement sur ses mains et ses genoux qu’en fauteuil roulant. Pour Komba, le virus Ebola n’était qu’un souci supplémentaire, mais ce n’était pas le problème le plus urgent.

« Nous devons d’abord trouver un abri, et ensuite de la nourriture », a-t-il expliqué.

Durant les prochains mois, le PNUD étendra ses activités à des personnes souffrant de handicaps, et pour aider ce groupe vulnérable, appuiera des interventions en faveur de leurs moyens d’existence et de leur sécurité alimentaire.

Bien que l’impact d’Ebola sur ce groupe ait été dévastateur, l’espoir que les choses aillent mieux subsiste.

« Nous aimerions que le PNUD continue à nous aider comme il le fait actuellement afin de réduire la mendicité », explique Komba.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe