Le PNUD appuie l’audit électoral en Afghanistan

18 août 2014

imageLa communauté internationale appuie la vérification des bulletins de vote des élections afghanes. Photo: MANUA

Kabul, Afghanistan – L’audit de près de 23 000 urnes issues du deuxième tour des élections présidentielles afghanes tenues le 14 juin se poursuit à un rythme accéléré. L’audit est réalisé au sein du bâtiment de la Commission électorale indépendante (CEI) à Kaboul. Le cadre technique convenu par les deux candidats, le docteur Ashraf Ghani Ahmadzai et le docteur Abdullah Abdullah, a été élaboré par l’ONU et négocié par le Secrétaire d’Etat américain John Kerry le 12 juillet.

Un audit complet de toutes les urnes a été lancé suite aux allégations de fraude proférées par les deux parties au cours de l’élection. La procédure d’audit est une étape exhaustive et nécessaire qui devrait permettre de déterminer quel est le prochain dirigeant choisi par le peuple afghan .

Cette élection représente le premier transfert de pouvoir pacifique par des moyens démocratiques dans l’histoire afghane. Les résultats finaux des constatations d’audits et de l’arbitrage des plaintes électorales par la Commission des plaintes électorales (CPE) sont attendus au cours des prochaines semaines.  

Des conseillers électoraux du PNUD venus du monde entier, dirigés par des collègues de la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA), supervisent le processus d’audit réalisé par la CEI en présence des représentants des candidats.  

C’est la plus vaste procédure d’audit appuyée par l’ONU, et les conseillers du PNUD ont reçu un mandat de surveillance élargi par rapport aux autres projets d’assistance électorale de l’organisation. Dans les quelques 60 pays où le PNUD appuie les processus électoraux nationaux chaque année, l’accent est principalement mis sur la fourniture d’un appui au renforcement des capacités des organes de gestion nationaux des élections et des autres parties prenantes.

L’achèvement d’une liste de vérification par le personnel de la CEI est au cœur de la procédure d’audit.  Cette liste aborde des questions telles que la falsification des résultats provenant des urnes, et la nécessité de s’assurer que les résultats provenant des urnes correspondent aux résultats des bureaux de scrutin, par rapport aux résultats préliminaires annoncés par la CEI le 7 juillet.  

L’audit implique également un recomptage des “cas spéciaux”, lorsque les urnes produisent des résultats improbables, notamment une différence importante entre le nombre de votes enregistrés entre le premier et le deuxième tour, ou un nombre d’électeurs exceptionnellement élevé par rapport au nombre estimé d’électeurs éligibles.  

Une attention particulière est portée aux bulletins marqués de manière similaire. Les conseillers du PNUD, dans le cadre de leur mandat de surveillance, formulent des recommandations à l’intention des responsables de la CEI sur  cette question ainsi que sur d’autres, notamment lorsque les représentants des deux candidats et du personnel de la CEI sont en désaccord.

Le projet du PNUD intitulé ELECT II, qui appuie le processus électoral afghan et les deux organes de la CEI et du CPE, se poursuivra jusqu’en 2015. Il apportera une fois de plus un appui technique, logistique et financier important aux élections de la Wolesa Jirga (la chambre basse du parlement), qui se tiendront en 2015 grâce au financement de plusieurs partenaires internationaux. Le PNUD appuie le processus électoral en Afghanistan depuis 2003.

Pour en savoir plus
Projet Elect II (open.undp.org)

Le financement du projet ELECT II provient du Danemark, de l'Italie, du Japon, de la Turquie, de l'USAID, de l'UE, de DFID, du SIDA, de l'Allemagne, de la Corée du Sud, des Etats-Unis, de la DDC, de l'Australie, de la Norvège, de la France et des Pays-Bas.

 

Le PNUD en Afghanistan