Six mois après Haiyan, les efforts de relèvement à long terme doivent viser la lutte contre la pauvreté

08 mai 2014

imageHaime compte les camions transportant les débris à Santo Nino. ©Lesley Wright/PNUD Philippines

Six mois après la plus violente tempête tropicale jamais enregistrées aux Philippines, et en dépit des signes physiques du relèvement, le PNUD estime que beaucoup reste à faire pour éviter que les souffrances ne soient exacerbées.

« Les autorités philippines, à tous les niveaux, et les communautés sinistrées ont joué un rôle décisif aussi bien pendant la réponse immédiate, qui a permis d'évacuer et de sécuriser des centaines de milliers de personnes, que lors du relèvement », écrit Helen Clark, Administrateur du PNUD, dans une contribution publiée ce jour par le Huffington Post. Aujourd'hui, les routes ont été dégagées, 15 pour cent des maisons réparées grâce au soutien accordé à plus de 120.000 ménages et la quasi-totalité des écoles et hôpitaux endommagés ont rouvert, ajoute-t-elle.

Mais, le relèvement définitif pourrait durer une décennie, voire plus, prévient-elle tout en appelant la communauté internationale à s'engager durablement, au-delà de la reconstruction, à renforcer la résilience aux catastrophes et à atténuer la vulnérabilité aux crises ultérieures, qui risqueraient d'exacerber les inégalités et la pauvreté. « Le relèvement ne se résume pas à la tâche, certes cruciale, de rebâtir les maisons et les structures. Il s’agit également de renforcer la résilience aux risques naturels », souligne-t-elle.

« Après la phase de secours d'urgence, le véritable relèvement doit viser à reconstruire durablement et à améliorer ce qui existait auparavant. C'est ce qu'envisagent les autorités philippines. »

Six mois de relèvement après la tempête, qui a fait plus de 6.200 victimes et 4 millions de déplacés, la plupart des zones sinistrées ont achevé la phase d'urgence humanitaire et amorcé la transition vers des plans de relèvement à long terme.

Le PNUD a joué un rôle important en aidant les zones ravagées par le typhon Haiyan à répondre à des besoins immédiats, tels que les vivres, médicaments et abris, mais aussi à mettre en place une gouvernance provisoire. Depuis la tempête, le PNUD offre des emplois temporaires aux communautés sinistrées dans le cadre des activités de déblayage.

Ces initiatives ont permis d’améliorer l'accès aux infrastructures, et de réduire les risques sanitaires et sécuritaires tout en permettant aux sinistrés de travailler.

Toutefois, après six mois et à l'heure où le programme passe du secours au relèvement à long terme, il est impératif de privilégier les sources de revenus durables et viables. Il est important de renforcer la capacité des communautés sinistrées à gagner leur vie et de promouvoir la résilience dans ce domaine.

Principaux résultats à ce jour :

• Grâce aux emplois d'urgence et à la dotation en matériel lourd, plus 500.000 m3 de décombres ont été déblayés rien qu'à Tacloban ; 15 hôpitaux, 744 écoles, 620 centres d'accueil, 622 bâtiments municipaux ont également été réhabilités, ainsi que 1.746 km de routes, 970 km de canalisations et 600 autres infrastructures essentielles, telles que des dispensaires, des ponts, des églises et des gymnases.

• Plus de 42.000 personnes, dont près de 35 pour cent de femmes, ont obtenu un emploi temporaire dans le cadre du programme de relèvement rapide du PNUD dans les Visayas.

• Grâce à l'appui technique et financier du PNUD, la décharge municipale de Tacloban, Santo Nino, a amélioré ses opérations et réduit la dégradation environnementale liée au dépôt d'urgence de déchets qui a suivi le typhon. Le PNUD a également aidé la ville d'Ormoc à améliorer les opérations d'enfouissement des déchets de sa décharge municipale.

• Le PNUD a fourni six scieries mobiles, des fonds pour l'emploi d'urgence et des conseils techniques aux planteurs de cocotiers de Roxas et d'Ormoc pour leur permettre de récupérer le maximum de cocotiers déracinés. Le PNUD aide les coopératives de planteurs de cocotiers à collecter, transporter, transformer et distribuer les fruits et le bois des arbres déracinés, générant des revenus pour beaucoup de sinistrés privés de leur gagne-pain.

L'action du PNUD :

• Par le microfinancement, la formation, la dotation en matériel et le conseil technique, le PNUD aide à déblayer les décombres et à gérer les tonnes de déchets laissées par la tempête. Il soutient ainsi le secteur du recyclage informel et contribue à améliorer les opérations de collecte et d'enfouissement des déchets urbains.

• En offrant des emplois temporaires aux sinistrés, le PNUD accélère le relèvement et prévient le retour à la pauvreté.

• Par la formation, le PNUD aide les sinistrés à diversifier leurs sources de revenus et à gagner leur vie.

• Le PNUD aide le gouvernement à cartographier les zones de vulnérabilité, en prévision d'éventuelles catastrophes.

• Grâce à l'assistance du PNUD, les autorités locales et centrales ont pu restaurer les archives foncières, mais aussi organiser des enquêtes pour identifier les ménages vulnérables.

• Le PNUD aide les collectivités locales à rétablir les services essentiels.

• Les programmes du PNUD ont permis de réhabiliter les infrastructures les plus vitales.