PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi Bélarus Bélize Bénin

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République du) Congo (République démocratique du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Croatie Cuba Côte d'Ivoire

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Ghana Guatemala Guinée Guinée équatoriale Guinée-Bissau Guyane Géorgie

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libye Libéria L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Nicaragua Niger Nigéria Népal

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Philippines Programme palestinien Pérou

R

Russie (Fédération de) Rwanda République dominicaine

S

Samoa Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie São Tomé-et-Principe Sénégal

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe

Soudan du Sud : les chefs de file de la paix et de la réconciliation appellent à mettre un terme aux combats

9 janv. 2014

Des réfugiés dans l'enceinte de la Maison des Nations Unies dans le Sud-ouest de la banlieue de Juba. Photo ONU/Julio brathwaite

Juba – Les dirigeants des institutions de paix et de réconciliation, diversifiées sur le plan ethnique, du Soudan du Sud se sont exprimés conjointement pour la première fois aujourd’hui, demandant instamment aux dirigeants politiques du pays de mettre immédiatement fin aux combats et de présenter un plan de paix.

Les trois organes nationaux – le gouvernement, le parlement et la société civile, dont les dirigeants représentent différentes communautés – ont appelé les membres de tous les partis politiques à « s’engager en faveur d’un processus de dialogue politique, étant le seul moyen de résoudre le conflit et de remettre le pays sur le chemin du développement et de la prospérité pour tous ».

« En tant que citoyens du Soudan du Sud, nous estimons avoir le leadership, la compassion, l’intégrité, les capacités et l’énergie nécessaires pour travailler ensemble par-delà les barrières régionales, culturelles et ethniques, en vue de parvenir à une paix et à une réconciliation véritables de notre vivant », ont-ils ajouté.

On estime que 201.000 personnes ont été déplacées dans leur propre pays depuis le début des hostilités au Soudan du Sud au mois de décembre 2013. 60.000 personnes sont actuellement dans les bases des Nations Unies réparties sur tout le territoire. Les combats opposant les forces gouvernementales du Sud-Soudan et les rebelles ont touché six États sur dix, engendrant une violence généralisée entre différents groupes ethniques.

La déclaration a été publiée tandis que les pourparlers de cessez-le-feu se poursuivent à Addis-Abeba entre les diverses parties impliquées dans les hostilités. Les discussions sont censées aboutir à un accord de paix qui mettra fin aux combats et ouvrira la voie à des initiatives de paix et de réconciliation.

Il est essentiel de promouvoir la consolidation et la cohésion des institutions et des communautés au Soudan du Sud en vue d’éviter la résurgence des conflits et d’autres crises. Le PNUD appuie la Commission de Paix et de Réconciliation du Soudan du Sud, qui œuvre pour promouvoir le dialogue et la paix au niveau local.

Le PNUD continuera de travailler avec ses partenaires afin de contribuer à la construction d’un Soudan du Sud fort, pacifique et prospère.