PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi Bélarus Bélize Bénin

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République du) Congo (République démocratique du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Croatie Cuba Côte d'Ivoire

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Ghana Guatemala Guinée Guinée équatoriale Guinée-Bissau Guyane Géorgie

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libye Libéria L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Nicaragua Niger Nigéria Népal

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Philippines Programme palestinien Pérou

R

Russie (Fédération de) Rwanda République dominicaine

S

Samoa Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie São Tomé-et-Principe Sénégal

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe

Au Mali, mobilisation massive des électeurs

30 juil. 2013

Le premier tour de l’élection présidentielle malienne s'est déroulé dans le calme et a fortement mobilisé les électeurs, dont un grand nombre de jeunes et de femmes. Plus de 6 millions de Maliens étaient appelés dimanche à se rendre aux urnes.

« C’est la première fois que je fais la queue pour voter, il y avait du monde (…). Certains n’avaient jamais voté de leur vie mais ils ont tenu à faire entendre leur voix. Cette fois, je n’ai jamais vu une telle mobilisation autour d’un vote, » dit Anta, une électrice présente au centre de Kalaban à Bamako.

Dans un autre centre, Drissa Samaké sort du centre de vote aidé de son petit-fils : « J’ai aujourd’hui, 89 ans. Je suis de l’époque de ceux qui faisait le voyage du Mali au Sénégal à pied.

Pourquoi j’ai voté ? Pour l’avenir bien sûr, pour mes enfants et mes petits-enfants, pour le changement,» ajoute-t-il. »

Ces élections symbolisent pour beaucoup de Maliens la fin de la crise qu’a traversée le pays pendant près d’un an.

L'Union européenne, le Danemark, la Norvège, la Suisse, la Suède, le Canada et la Belgique ont financé à hauteur de 50 millions de dollars un fonds commun pour le scrutin. Le PNUD a géré le fonds et mis en place un projet d’appui au processus électoral, appuyant le Ministère de l’Administration territoriale, la Délégation générale aux élections et la Commission électorale nationale indépendante (CENI) dans les opérations de vote. Les Etats-Unis ont également soutenu les élections financièrement.

Le PNUD a également aidé la Direction générale des élections (DGE) à enregistrer 6 829 696 électeurs au sein d’un fichier biométrique, approuvé par tous les partis politiques et désagrégé par sexe et par région.

L’organisation a également assuré le paiement des frais de formation et de prestation d’environ 125 000 agents des bureaux de vote et livré du matériel de vote dans tout le pays.  Dans le nord, à Gao, Kidal et Tombouctou, marqués par des conflits, les bureaux de vote ont fonctionné grâce à l’installation de groupes électrogènes.

Dans le cadre de l’éducation civique et de la mobilisation de la population, des subventions ont été allouées à 45 institutions et ONG dans le but de renforcer les capacités des partis politiques, le règlement des conflits et contentieux électoraux, le vote des réfugiés, l’observation électorale, et la participation des femmes.