ONU : vibrant plaidoyer de Malala Yousafzai en faveur de l'éducation pour tous

12 juil. 2013

image Photo ONU/Eskinder Debebe

New York –À l'occasion de la « Journée de Malala » le 12 juillet, qui coïncide avec son anniversaire, la jeune adolescente pakistanaise qui avait survécu à une agression perpétrée par des extrémistes religieux a prononcé vendredi devant l'Assemblée générale, transformée pour l'occasion en Assemblée de la jeunesse, son premier discours public depuis son agression en octobre 2012.

« Nos livres et nos stylos sont nos armes les plus puissantes. Un enseignant, un livre, un stylo, peuvent changer le monde », a déclaré Mme Yousafzai devant des centaines de jeunes venus du monde entier, tout en ajoutant qu'elle s'était inspirée des combats menés par Martin Luther King et Nelson Mandela notamment.

« Les extrémistes ont peur des livres et des stylos », a déclaré Malala, qui a balayé tout sentiment de revanche à l'égard des Taliban, auteurs de son agression, et souhaité que leurs propres filles aillent à l'école.

Vêtue du foulard de Benazir Bhutto, ancien Premier Ministre du Pakistan tuée dans un attentat le 27 décembre 2007, Malala a déclaré, sous des applaudissements nourris: « Les Taliban ont pensé que la balle qui m'a touchée nous pousserait à nous taire, mais ils ont eu tort. Au lieu du silence, une clameur s'est élevée. Ils ont pensé changer mes objectifs et mes ambitions, mais une seule chose a changé: la faiblesse, la peur et le désespoir ont disparu et le courage et le pouvoir sont nés. Je suis la même Malala. Mes ambitions, mes rêves et mes espoirs sont les mêmes ».

Devant ses parents émus, l'adolescente pakistanaise a ensuite exhorté les dirigeants du monde à lutter contre l'analphabétisme, la pauvreté et le terrorisme et à assurer un accès gratuit à l'éducation. « Je ne parle pas en mon nom mais au nom de tous ceux dont la voix ne peut être entendue. Au nom de tous ceux qui luttent pour leur droit de vivre dans la paix, leur droit d'être traité avec dignité, leur droit à l'égalité des chances et leur droit à l'éducation», a-t-elle conclu.

« Bon anniversaire Malala. Voilà les mots que les Taliban ne voulaient pas entendre », a lancé pour sa part l'Envoyé spécial de l'ONU pour l'éducation, Gordon Brown, qui a salué la « volonté incroyable » de Malala et qualifié la présence de la jeune femme de « miracle ». Très gravement blessée au cou et à la tête, Malala n'est sortie de l'hôpital qu'en janvier de cette année.

« Malala doit savoir qu'elle n'est pas seule », a renchéri le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, en rappelant que 57 millions d'enfants dans le monde ne sont toujours pas scolarisés et que l'aide à l'éducation a baissé pour la première fois depuis 10 ans. 28 millions d'enfants non scolarisés vivent en outre dans des zones en proie à un conflit, plus de la moitié d'entre eux étant des femmes et des filles.

M. Ban a ensuite réitéré l'engagement de l'ONU d'assurer l'accès à une éducation de qualité pour tous les enfants, par le biais notamment de son initiative mondiale pour l'éducation. Cette initiative vise à scolariser tous les enfants, à améliorer la qualité de l'éducation et à favoriser la citoyenneté mondiale. « Aucun enfant ne devrait mourir parce qu'il va à l'école. Aucun enseignant ne devrait avoir peur d'aller au travail. Ensemble, nous pouvons changer les choses », a affirmé M. Ban.