Citoyen(ne)s et parlement : une évolution dans le monde arabe

14 juin 2013

imagele PNUd a aidé la Libye à investir dans l’avenir de sa jeune démocratie au cours de la période précédant les élections parlementaires de 2012, les premières depuis 60 ans. (Photo : PNUD Libye)

Rabat, Maroc - Le Rapport parlementaire mondial, fruit d'une initiative conjointe de l’Union Interparlementaire (UIP) et du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), a été rendu public, dans l'hémicycle du Parlement marocain le 5 juin 2013, lors de la cérémonie d'ouverture du Séminaire régional sur les nouveaux es rapports entre citoyen(nes)s et parlement.

Le Président de la Chambre des Représentants, Karim Ghallab, le Président de la Chambre des Conseillers, Mohamed Cheikh Biadillah, et le Président de l'UIP, Abdelwahad Radi, ont  présenté le rapport en présence de l‘Administratrice associée du PNUD, Rebeca Grynspan.

Pour Mme Grynspan, « les récentes transitions dans la région renforcent le rôle essentiel des parlements dans la quête de la démocratie et d'une plus forte voix politique. Il y a clairement un besoin pour plus d'inclusivité dans le travail des parlements, la nécessité de renforcer la représentativité des assemblées, ainsi qu’une nécessité de restaurer la confiance dans les institutions publiques et leur capacité à améliorer la vie des citoyens. « Le Rapport parlementaire mondial fait part d’expériences et des pratiques innovantes qui permettent de relier les parlements aux citoyens, à travers le monde, et de s'adapter aux nouvelles demandes auxquelles ils doivent faire face, » a-t-elle ajouté.

Karum Ghallab a souligné que « l'institution parlementaire doit être fondée sur une vraie démocratie privilégiant la transparence et le libre choix démocratique. » Et d’ajouter que « pour mieux répondre à l'évolution des attentes des citoyens, le Plan stratégique national du Maroc couvre des axes prioritaires  d'ordre législatif, juridique, social et économique. »

Le Président de l'UIP, Abdelwahad Radi, a pour sa part plaidé pour une plus grande représentativité des femmes au Parlement, et souligné que l'institution parlementaire devait être en mesure de mieux répondre à l'exigence d'égalité sociale : « Les parlements constituent un lien irremplaçable et puissant entre citoyens et gouvernants, et les fonctions qui leur incombent ne peuvent être assurées par aucune autre entité » a-t-il rappelé.

Le Rapport mondial parlementaire analyse l'évolution des attentes des citoyens et la manière dont les parlements, responsables politiques et fonctionnaires parlementaires y répondent.

Dans le contexte des profonds changements que connaît la région au lendemain du printemps arabe (qu’il s’agisse de révisions constitutionnelles, de la tenue de nouveaux scrutins, de processus de transition ou des effets des dispositions de nouvelles lois constitutionnelles), le séminaire régional intitulé " Évolution des rapports entre citoyen(ne)s et Parlement dans la région arabe" offre un cadre permettant d’amorcer un dialogue de haut niveau sur le renforcement de la relation entre ces deux acteurs.

Quatorze parlements de la région ont ainsi participé à ce séminaire afin d’analyser les constats du Rapport à la lumière des spécificités de la région arabe, et recenser les défis et opportunités du renforcement de la représentation parlementaire dans le contexte régional actuel. Les discussions ont ainsi mis en évidence l’importance de répondre au mieux aux demandes des citoyens, des femmes et des jeunes en particulier.

L’ensemble des participants estiment qu’il faut améliorer l’image de l’institution parlementaire dans la région et réinstaurer un climat de confiance et de collaboration entre citoyens et élus. Ces efforts doivent porter sur le renforcement des relations entre élus et citoyens d’une part et avec les médias d’autre part, la conduite des élus, les partenariats avec la société civile ainsi que sur la gestion des attentes des citoyens.

« Votre rôle, en tant que parlementaire, est essentiel : vous façonnez la démocratie, élaborez les lois, les allocations budgétaires et les paramètres fiscaux, et  jetez les bases qui permettent aux communautés les moins favorisées de bénéficier de la croissance, et contribuez à construire la résilience, » a souligné Rebeca Grynspan, avant de conclure : « Au PNUD, nous nous orientons de plus en plus vers un appui de long terme à la démocratie, qui va au-delà de la tenue du scrutin. »